Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Mort de Cheick Tioté

C'était le Cheick

Putain de destin. En plein lundi de Pentecôte, la nouvelle est tombée sans prévenir : Cheick Tioté, trente ans, est décédé à la suite d'un malaise cardiaque à l'entraînement à Pékin où il évoluait depuis quatre mois. S'il est difficile d'expliquer l'inexplicable, il convient de ne pas oublier Cheicky.

Modififié
Il y a des moments où l’on se sent tous aussi impuissants que ce pantin de Travis Clark, où l’on encaisse les coups de la vie sans vraiment pouvoir dire grand-chose, ni comprendre grand-chose. Rien ne devait se passer comme ça. Le mot « crise cardiaque » ne doit, rationnellement, pas se scotcher au destin d’un homme de trente ans, d'autant plus lorsque celui-ci s’apprête à être père quelques jours plus tard. Bref, définitivement, on sait que la vie n’a pas de règle et c’est finalement sans aucun doute le jeune défenseur de Newcastle Chancel Mbemba qui a le mieux résumé le sentiment général : « Je suis K.O. J’ai envie de me réveiller et d’apprendre que c’est un cauchemar. » Voilà, l’uppercut a été reçu en plein lundi de Pentecôte, comme ça, alors que le soleil nous frappait la gueule. Cheick Tioté s’en est donc allé, brutalement, une heure après s’être effondré lors d’une séance d’entraînement à Pékin à la suite d’un malaise cardiaque. Comme Marc-Vivien Foé, comme Antonio Puerta, comme Patrick Ekeng, comme Goran Gojić, comme entre 1000 et 1500 sportifs – amateurs ou professionnels – chaque année en France. Il est difficile d’expliquer l’inexplicable et, parfois, il n’y a pas assez de mots. Tioté s’est donc éteint là où il aurait presque voulu le faire : sur un terrain de foot.

Le drame dans le drame


Comme s’il cela ne suffisait pas, Siaka Tiéné, son ancien partenaire en sélection, a débarqué au micro de SFR Sport dans la soirée de lundi. Pour rendre hommage, raconter la tristesse ressentie au moment de l’annonce à Abidjan, parler du « battant, guerrier » qu’était Cheick Tioté sur un terrain, mais aussi pour livrer une précision dramatique : « Sa femme est enceinte, elle devait accoucher aujourd’hui ou demain, elle n’est pas encore au courant. Sa famille lui a enlevé son téléphone, il faut qu’elle se repose. » Un drame dans le drame. Alors, c’est aussi le moment de se rappeler qui était Tioté sur un terrain. Soit, un patron, une gueule indissociable du Newcastle des années 2000 où il avait débarqué en 2010 après avoir remporté le championnat des Pays-Bas avec le FC Twente de Steve McClaren. L’international ivoirien (55 sélections) sera resté un peu moins de sept piges chez les Magpies, aura connu l’ère Pardew et la descente aux enfers du mythe Newcastle. Peu importe, il était Newcastle, dans tout ce que cela peut représenter. Tioté, c’est aussi l’histoire d’une quête, de la traque d’un prodige repéré dès 2008 par l’ensemble des scouts de Premier League lors d’un prêt à Roda JC, alors qu’il appartenait encore à Anderlecht. Pour s’en convaincre, certains fileront même observer le milieu de poche lors d’un match de tour préliminaire de C1 où l’Ivoirien avait éteint le Robin van Persie d'Arsenal sur deux manches malgré l’élimination finale du FC Twente.

« Il a marqué CE but ! »


Alors, pourquoi Newcastle ? Parce que Cheick Tioté collait à une mentalité difficilement descriptible et assez unique. Il répétait souvent « ne pas vouloir faire trop de bruit » , était décrit par tous comme « un monstre de travail » et comme un mec qui balançait sa joie de vivre en dehors. Souvent, Tioté était aussi un repère pour les nouveaux joueurs, les gars comme Yanga-Mbiwa, Papiss Cissé ou Demba Ba. Comme pic collectif, il y aura forcément cette saison 2011-2012 où les Magpies termineront cinquièmes de Premier League et au bout de laquelle Tioté s’imposera sans trembler comme l’un des meilleurs milieux du championnat d’Angleterre. Tout simplement car le bonhomme faisait partie de ces joueurs de l’ombre, des travailleurs discrets et des boulons indispensables à un équilibre global. La lumière, il n’aimait pas ça, mais il la prendra pour lui un soir d’histoire : le 5 février 2011, lors d’un Newcastle-Arsenal (4-4) incroyable alors que les Gunners menaient 4-0 après vingt-six minutes de jeu. Cheick Tioté avait alors bouclé le come-back d’une patate monstrueuse du gauche à trois minutes de la fin. Ce jour-là, Papiss Cissé avait balancé ceci : « Même s’il ne marque plus jamais pour Newcastle, il a marqué CE but ! » En effet, Cheicky ne marquera plus pour les Magpies – malgré un but magnifique refusé contre Manchester City –, réenfilant dans la foulée son costume de milieu agressif, viril et pas toujours correct, en club comme en sélection.

« Si on doit mourir sur un terrain... »


Au cœur de cette histoire avec Newcastle, Cheick Tioté avait surtout pris la dimension de ce que représentait jouer pour un tel club. Il aura notamment ces mots en 2012 : « On doit remporter chacun de nos duels. Si l’on doit mourir sur un terrain pour gagner, on doit le faire, c’est une obligation. » Puis, chez les Magpies, Tioté, c’était aussi Cabaye et une doublette parfaite qui poussera même Sir Alex Ferguson à envoyer à plusieurs reprises son frère, Martin, pour observer l’international ivoirien et tâter une éventuelle possibilité de le rapatrier à Manchester United. Il restera finalement à Newcastle jusqu’à s’offrir une pige en Chine, en deuxième division, avec le Beijing Enterprises Group FC, qu’il avait rejoint en février 2017. Pas pour « le projet sportif » , c’est certain, mais peut-être parce que pendant plusieurs années il n’avait pas été reconnu à sa juste valeur là où certains le comparaient à ses débuts à son idole, Michael Essien. Reste aujourd’hui les questions sur le pourquoi du comment auxquelles où ne pourra pas forcément répondre et auxquelles on n’aura probablement jamais de réponses. Il restera donc un chant de St. James’ Park pour ne pas oublier : « When you’re facing a rout, and you’re 30 yards out, Cheick Tioté ! From the Ivory Coast, squeezed inside of the post, Cheick Tioté ! He left Fàbregas, lying flat on his ass, Cheick Tioté ! When we made it 4-3, he said leave it to me, Cheick Tioté ! »



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure La Premier League aux couleurs de l'arc-en-ciel 1

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom