Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Juventus-Torino

Blaise de Turin

Second choix du mercato estival turinois et fraîchement débarqué en Italie, Blaise Matuidi ne baragouine pas encore la langue de Dante, mais a compris instinctivement le football de la Juventus, où il impressionne déjà dans l'entrejeu. Plus qu'à l'aise, Blaise.

Modififié

Cet été, la Vieille Dame a d'abord longtemps zieuté les grandes carcasses longilignes d'Emre Can et Nemanja Matić. Mais ces deux-là ne souhaitaient manifestement pas rejoindre le Piémont. Alors, la Juve s'en est retournée vers son flirt d'été habituel : Blaise Matuidi. Un joueur qu'elle avait déjà furtivement approché à l'été 2016. Cette fois-ci, l'affaire est dans le sac. Et Matuidi peut démontrer une capacité d'adaptation éclair, en enchaînant les bonnes performances. Si bien qu'après cinq journées de Serie A, la direction et les tifosi turinois sont tous d'accord sur une chose : Blaise semble fait pour la Juventus. Et inversement.

Casting parfait


Les débuts réussis du Français dans le Piémont s'illustrent d'abord par ses statistiques : déjà quatre titularisations en C1 et Serie A, six matchs et 411 minutes de jeu disputées sous le maillot bianconero. Surtout, une densité et une disponibilité au milieu de terrain qui ont conquis à peu près tout le monde. Les médias transalpins en tête : Matuidi est le second joueur le mieux noté de la Juventus après Dybala dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport. Mais aussi Massimiliano Allegri, qui en pince déjà sérieusement pour l'ancien Parisien. Le Mister italien ne s'en cache pas : entre lui, Blaise et la Juventus, le courant passe instinctivement. « C'est une chance de l'avoir avec nous » , lançait ainsi Allegri après la victoire de la Juve face à Sassuolo le week-end dernier. « Matuidi a une qualité extraordinaire : il se tait et il court. Et en plus, il sait jouer au foot. »


Un cocktail de qualités basiques, mais précieuses, que la Juve a toujours valorisées, en veillant à intégrer régulièrement des soldats de l'ombre irréprochables à son effectif, le dernier en date étant l'inoxydable Stefano Sturaro. Matuidi, bien sûr, est d'un tout autre standing que le milieu de terrain italien, mais il n'a pas posé son sac dans le Piémont avec l'assurance de se voir attribuer un statut de titulaire en puissance. Devant lui, Miralem Pjanić, Claudio Marchisio et Sami Khedira tiennent la corde pour jouer devant la défense du 4-2-3-1 de Max Allegri. Ce qui ne condamne pas pour autant le Français au banc de touche. Car la Juve comme le joueur ne sont pas dupes : les blessures récurrentes des très fragiles Marchisio et Khedira, tous deux probablement indisponibles pour le derby face au Toro ce samedi, font partie intégrante du quotidien des Bianconeri et laissent à Matuidi l'opportunité de cumuler les minutes sur le pré.


Et si Blaise n'est pas parti pour être un indéboulonnable du onze type juventino, il reste une valeur sûre à son poste en Europe, que la Juve a minutieusement observé et supervisé, comme l'explique Matuidi lui-même : « Il y avait une vraie envie du club de me voir devenir un joueur important dans les années à venir. Ce n'est pas non plus un transfert qui s'est réalisé du jour au lendemain. L'an dernier, déjà, c'était dans les tuyaux. » Dès lors, pas étonnant de voir Allegri responsabiliser sans hésiter le Français, alors même qu'il accorde un temps de jeu assez faible à d'autres recrues piémontaises plus onéreuses comme Bernardeschi et Douglas Costa, qui, à défaut d'avoir d'emblée la confiance de leur coach, vont devoir progressivement la gagner.

Il n'y a qu'un seul Blaise


Néanmoins, à écouter Allegri et au vu des premières copies de Matuidi, il serait réducteur de limiter ce dernier à un rôle de douzième homme de luxe. Car Blaise ne fait pas que renforcer numériquement l'entrejeu de la Juve, il participe aussi à faire gagner en verticalité et en mobilité le milieu bianconero. Le profil du Francais reste en effet unique au sein de l'effectif piémontais. Au savoir-faire tactique de Khedira et aux gâteries techniques de Miralem Pjanić, il oppose son incomparable volume de jeu, sa science du duel et ses courses de box to box qui lui permettent de se projeter dans les deux surfaces. Face à la Fiorentina ce mercredi, le Français a une fois de plus imprimé sa rythmique à la partie, en étant notamment auteur d'un déboulé tout en puissance sur le côté gauche, qui a été à deux doigts d'offrir un penalty aux siens.


Un profil explosif, hyperactif et hargneux qui manquait à l'effectif de la Vieille Dame depuis le départ d'Arturo Vidal en 2015. Et si Matuidi n'est pas aussi talentueux balle au pied que le Chilien, Allegri n'a pas manqué de relever que pour la Juve, « Blaise est déjà un joueur très important qui rythme le jeu. Il sait jouer simple, intelligemment, avec ou sans ballon, et est toujours en mouvement. » Certains tifosi turinois n'ont, eux, pas manqué de relever que le numéro de maillot de Matuidi, le 14, qu'il portait aussi au PSG, était également celui choisi par Didier Deschamps lorsqu'il évoluait à la Juventus. Comme un signe supplémentaire que Blaise et la Vieille Dame étaient décidément faits pour s'entendre.

Par Adrien Candau Propos de Blaise Matuidi issus de L’Équipe
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70