S’abonner au mag
  • Angleterre
  • Tottenham Hotspur

Postecoglou peut-il vraiment soigner Tottenham ?

Par Arthur Charlier

Ange Postecoglou, tout juste arrivé sur le banc de Tottenham, doit insuffler un vent d'air frais chez les Spurs, en quête d'un trophée depuis 2008. Encore inconnu, l'Australien né en Grèce a toutes les cartes en main pour venir à bout de sa mission.

Postecoglou peut-il vraiment soigner Tottenham ?

Au niveau du maillot, Tottenham est resté plus que classique, en présentant son habituelle tunique blanche sur laquelle seul le col peut se démarquer. En revanche, les Spurs ont choisi d’innover en nommant comme entraîneur Ange Postecoglou, icône du South Melbourne dans les années 1990, puis vainqueur d’un trophée dans tous les clubs qu’il a dirigés – sauf Melbourne Victory –, pour succéder à Ryan Mason sur un banc où l’instabilité règne. Plutôt qu’opter pour un nom ronflant pour faire oublier leur triste huitième place de Premier League, les Lilywhites ont joué la sobriété en signant la semaine dernière l’Australien affamé de titres, qui vient de réaliser un triplé historique avec le Celtic en Écosse. Le technicien né il y a 57 ans en Grèce doit maintenant transposer sa méthode à Tottenham, qui sort d’une saison sans relief et ambitionne de retrouver sa place dans le Big Four.

Attaquer et y croire

Le Grec prône un jeu offensif et devrait marquer une rupture avec Antonio Conte, mis à la porte en cours de saison. Dans un championnat certes beaucoup plus faible, son Celtic a tourné sur une moyenne de trois buts marqués par match. Un principe qu’il tente d’appliquer depuis qu’il a enfilé le costume d’entraîneur, avec des idées parfois surprenantes, comme l’évoque Diogo Ferreira, qui l’a connu au Melbourne Victory en 2012 : « Dès qu’il est arrivé, il ne voulait pas de numéro 9, mais deux numéros 10, c’était la première fois que ça arrivait en Australie. » Son style de jeu semble assez puissant pour viser une place en Europe dès la saison prochaine, ce qui ne devrait pas effrayer un coach qui a déjà ramassé 21 trophées depuis le début de sa nouvelle vie, dont plusieurs avec des équipes de jeunes (la Premier League sera une autre paire de manches, bien sûr). « Ce mec n’a ni de plan B ni de plan C, ajoute Ferreira, lui aussi devenu entraîneur. Il a son idée qui est de jouer au football et de marquer plus de buts que l’adversaire. » Il devra néanmoins faire face à une contrainte qu’il n’a jamais affrontée : ne pas bénéficier du meilleur effectif de la ligue, qui est à ce jour celui des Skyblues de Manchester City. Un poids qui pourrait s’alourdir en cas de départ de Harry Kane, le meilleur buteur de l’histoire de Tottenham, annoncé partant cet été, mais qui devrait être rapidement remplacé par Kyogo Furuashi, l’attaquant du Celtic pisté par le club de Londres pour accompagner son entraîneur.

L’Ange jamais auréolé

Postecoglou arrive en tant qu’outsider en Europe, alors qu’il a performé en A-League, en deuxième division grecque, en J-League puis au Celtic durant ses mandats d’entraîneur. C’est un statut qu’il affectionne, puisqu’il l’a déjà vécu lors de son arrivée en Écosse. « Nous ne savions même pas prononcer son nom et encore moins comment il jouait ni s’il allait pouvoir nous entraîner, puisqu’il n’avait pas de licence pro validée par l’UEFA », balance Aaron Haire, un supporter à la tête d’un blog dédié à l’actualité du club vert et blanc de Glasgow, encore éberlué par son départ. Sans licence, l’Athénien ne pouvait pas s’asseoir sur le banc, mais le club écossais avait réussi à obtenir une dérogation lui permettant d’exercer ses fonctions et d’arriver aujourd’hui dans le championnat le plus compétitif d’Europe. Il débarque au beau milieu d’experts de la tactique comme Klopp, Guardiola, De Zerbi ou encore Arteta, qui ne lui feront aucun cadeau.

C’est en prenant les commandes de Tottenham que Postecoglou peut marquer l’inversion d’une spirale négative et de résultats jamais au rendez-vous, marquée par des entraîneurs de renom comme Mourinho ou Espirito Santos qui n’ont jamais réussi à gagner avec cette équipe. Pour soulager les fans d’un passé trop peu couronné, il devra donner un nouveau style à une équipe des Spurs qui manque de folie. « Pour moi, Tottenham n’a vraiment aucune identité en matière de football, la façon dont ils jouent n’est pas plaisante, débite Diogo Ferreira. Il va leur apporter un nouvel air venu de la mer du Japon, un style de jeu qu’il a découvert au Yokohama Marinos. » Cet exploit a déjà été réalisé par des entraîneurs de son calibre, arrivés comme inconnus dans ce championnat où l’on ne pensait pas qu’ils pourraient imposer les idées. « Arsène Who » pourra en témoigner. Alors avec Kane ou pas, Ange Postecoglou ne peut que surprendre les observateurs et se faire un nom dans cette grande machine à laver qu’est la Premier League. Et si « Postecoglou » voulait dire « postérité » en grec ?

Dans cet article :
Liverpool miraculé, Tottenham renversant, Chelsea déçoit encore
Dans cet article :

Par Arthur Charlier

À lire aussi
Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus TOT