S’abonner au mag
  • France
  • Ligue 1
  • 27e journée

Paris, une étoile dans l’ennui

Par Mathieu Faure
Paris, une étoile dans l’ennui

Dans un match très bizarre, le PSG s’est offert le scalp de l’OM en n’ayant jamais le ballon ni d’occasion. Pas grave, l’entrée en jeu de David Beckham a fait le reste. Dans le même temps, Lyon se prend à rêver pendant que la moitié du championnat s’étripe pour la quatrième place...

Paris et l’odeur du sang

À force de survendre un match, on finit par ne plus trop savoir ce qu’on était venu voir. Le jubilé de Ronaldo ? Un défilé de mode de Victoria Beckham ? Un échauffement de son mari entrecoupé de bouts de match ? Bref, c’était avant tout l’opposition entre le leader et le troisième. Et force est de constater que le PSG, auteur d’un match sans intensité, s’impose sans rien montrer, avec un froid réalisme, face à un très bel Olympique de Marseille (2-0). C’est simple, les deux meilleurs Franciliens ont été Salvatore Sirigu – énorme après sa pause-caca de Sochaux – et Sylvain Armand. C’est dire. En face, un énorme Mathieu Valbuena n’aura pas suffi à tromper une seule fois la défense parisienne. Et quand on est à ce point malchanceux dans la surface adverse, on le paie cash. Ce fut le cas sur une frappe de Lucas Moura en début de rencontre et un genou dégueulasse d’Ibrahimović dans les arrêts de jeu. Sans intensité, froid comme un plat Picard, le PSG s’est mis au chaud après le coup de froid sochalien de dimanche dernier. C’est dire sa marge de manœuvre… Pendant ce temps, l’OM commence à sérieusement regarder dans son rétroviseur.

Lyon enchaîne dans la folie

Jean-Michel Aulas pestait sur le fait de jouer à 14 heures. Il avait déjà gueulé la semaine dernière avant d’atomiser Bordeaux (4-0), il a remis le couvert avant de recevoir Lorient à Gerland. Moralité ? Une nouvelle victoire (3-1), du jeu et un buteur nommé Ghezzal, sorte de Ben Arfa en plus intelligent dans le jeu. Finalement, les Rhodaniens ont visiblement bien digéré leur cruelle élimination en Ligue Europa au cours de la semaine et continue d’avancer leur pion. Avec trois points de retard sur le PSG, l’OL s’avance comme le principal concurrent des Parisiens dans la course au titre. Et en plus, ça joue bien. Même Lisandro a retrouvé une place d’avant-centre. Et comme les Lyonnais n’ont plus que le championnat à jouer, ils risquent d’être dans le coup jusqu’au bout. Pour le moment, Rémi Garde réalise un championnat de toute beauté. Avec Rémi Vercoutre dans les cages. Chapeau.

Lille, Sainté, Nice, Montpellier, ça pousseeeee

Tu me vois, tu ne me vois pas. Tu me vois, tu ne me vois plus. Décidément, cette course à la quatrième place s’annonce palpitante. Pour le moment, Nice mène la danse après son récital contre Reims au Ray (2-0). Au taquet depuis plusieurs mois, les Aiglons ne se planquent même plus. Ils visent l’Europe. Avec Camel Meriem dans l’effectif. Parfaitement. Dans le dos, leur prochain adversaire : Saint-Étienne. Des Verts qui n’en finissent plus d’enfiler les buts via leur duo Brandão-Aubameyang. C’est encore Shirley et Dino qui ont eu raison de la défense nancéienne (3-0 après le 4-0 du match aller) et qui permettent aux Verts de poursuivre leur destinée. Montpellier et Lille, à la cave en octobre, sont en train de faire une folle remontée. Respectivement vainqueurs d’Évian et Ajaccio, les deux derniers champions de France sont en feu. Et si on devait mettre une grosse pièce sur une équipe pour cette quatrième place – voire plus – on miserait sur le LOSC. Derrière un Dimitri Payet en feu (dix buts, dix passes), les Dogues continuent d’impressionner. Quand l’ancien Nantais est à ce point chaud, rien ne lui résiste.

Silence, Bordeaux coule

Il y a peu, Bordeaux visait la quatrième place. « Et pourquoi pas nous ? » se disaient les joueurs bordelais. Oui mais non. Bordeaux vient de perdre une troisième fois d’affilée et ne montre plus rien dans le jeu. Contre Brest, et devant un stade Jacques-Chaban-Delmas à moitié vide (ou plein, c’est selon) les ouailles de Francis Gillot n’ont pas existé face à des Brestois complètement décomplexés. Pis, on a quand même vu Larsen Touré s’amuser du corps de l’international français (appelons un chat, un chat) Marc Planus sur l’action qui amène le penalty de Kantari. Sans idée et sans jus, les Girondins sont retombés dans leurs travers et pointent à une dégueulasse dixième place. Et dire que les Bordelais sont encore en cours en Ligue Europa. Cela ne va pas arranger leur fin de saison. Courage aux supporters Bordelais, on pense à vous.

Par Mathieu Faure

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine