S’abonner au mag
  • Ligue des Champions
  • Quarts
  • OM/Bayern (0-2)
  • Notes

L’OM ne faisait pas le poids

Par Swann Borsellino
L’OM ne faisait pas le poids

Comme prévu, le duel entre Arjen Robben et Jérémy Morel a tourné à la boucherie. Du coup, c’est tout le 11 munichois qui s’est engouffré sur le couloir de l’ancien lorientais. Et dire que les Bavarois n’ont pas été si bons que ça…

Olympique de Marseille

Andrade (2) : « Mais, j’ai pas toucheoow » . Bah ouais, on a vu ça. Un vrai Playmobil, plus boxeur que footballeur. Devrait prendre des cours de plongeons avec Valbuena.

Azpilicueta (7) : Si Ribéry n’a pas tiré une seule fois et n’a pas réussi un seul dribble en 78 minutes de jeu, c’est en grande partie parce qu’il a passé la moitié de son temps à insulter la mère de César.

Fanni (6,5) : Diawara peut se reposer en paix, Rod a fait le boulot. Par contre, quand viendra l’heure de se coucher contre Montpellier, il faudra lui filer un petit cours de csc. Hein, Souley ?

Nkoulou (7) : Comme d’hab, Nkoulou a sauvé la maison marseillaise. Enorme.

Morel (10) : Parce qu’on ne tire pas sur l’ambulance. Parce qu’on ne se moque ni des handicapés, ni des gros. Parce que franchement, au fond, c’est plus triste qu’autre chose.

Mbia (7) : Certainement le plus beau coup de coude de l’année. Un running elbow, pour les puristes. Gros match à la récupération, sinon.
Diarra (7) : Big Alou aime la C1, et elle le lui rend plutôt bien. Manque de bol, il a pris un jaune qui le prive du match retour pour rien. En voilà un qui pourrait ne plus réentendre la douce musique de la Ligue des Champions.

Ayew (3) : Un jour, il lâchera sa balle. En attendant, il n’est utile que de la tête. Parce que bon, personne n’est dupe, les séries de dribbles, c’est pour choper un contrat au Bayern ou à Arsenal.
Valbuena (6) : Si le Bayern a pris cinq cartons jaunes, c’est de sa faute. Plus propre que d’habitude, Mathieu a surpris son monde : non, il n’a pas tenté sa Anfield 2007.

Amalfitano (3) : Amalfaitlboulot. Très mal. Devrait jouer l’Euro sur son canapé avec une manette dans les mains.

Rémy (3) : La condition physique de Guy Carlier, la réussite de François Pignon et la volonté d’un fumeur de Gitanes qui veut arrêter la clope. Dur.

Brandao (4) : Grâce à lui, les amateurs de science-fiction ont vu ce qui se fait de mieux dans l’univers des monstres à deux têtes : une créature avec des mains en mousse et des pieds en gélatine qu’on appelle « Brandrade ».

Cheyrou (non noté) : Une frappe, pour ne pas rendre une feuille de statistiques vierge.

Bayern Munich

Neuer (6) : Pas d’exploit, pas de connerie. Ressemble à un dresseur de tigres de chez Pinder quand il place son mur.

Lahm (6) : Il paraît que Didier Deschamps a écorché le nom de Schweinsteiger en allemand. Pourquoi pas, mais est-ce que Phillip sait qui est Lââm, en France ?

Boateng (4,5) : Encore un mec qui s’est fait avoir par son frangin au petit jeu de la loterie des gênes.

Badstuber (5) : La finesse allemande à l’état pur. A paru courir aussi vite que Loïc Rémy ce soir. C’est dire l’état de forme du Marseillais…

Alaba (6) : « Eh David, va là-bas » . « Ok ! » . Un mec disponible.

Kroos (5,5) : Des petits coups, des petits coups, encore des petits coups. Ca parait nul, et pourtant c’est utile.

Luis Gustavo (6) : Des coups de seconde classe, surtout.

Robben (8) : La meilleure prestation de Dany Boon en France depuis « Bienvenue chez les Chtis ». Il faut dire qu’en face, c’était pas Kad pour donner la réplique, mais Jérémy Morel.

Muller (7) : Une définition vivante de « jouer juste » . Seul bémol, on ne pourra jamais s’empêcher de le comparer avec le Muller qui était en Afrique du Sud en 2010.

Ribéry (4) : Avé César, celui qui va mourir te salue.

Gomez (8) : Un ballon, un appel de balle de grande classe, une frappe manquée, un but. Le tout avec cette dégaine incroyable qui t’a obligé à zapper au moment où ta meuf commençait à s’intéresser au match. Salaud.

Schweinsteiger (6,5) : Beaucoup de talent, mais une condition physique encore trop légère. D’ailleurs, il a pris un jaune et ne jouera pas le match retour, histoire d’être sûr de ne pas redevenir trop bon pour les autres.

Timochtchouk (10) : Juste pour le souvenir de la Tchouk tchouck music, de Priscilla

Par Swann Borsellino

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine