S’abonner au mag
  • Euro 2016
  • Interview

Léa-Marie Grotzinger : « Comme l’élection du Ballon d’or »

Propos recueillis par Nicolas Kohlhuber
Léa-Marie Grotzinger : «<span style="font-size:50%">&nbsp;</span>Comme l’élection du Ballon d’or<span style="font-size:50%">&nbsp;</span>»

Une semaine avant l’ouverture de l’Euro, un parc d’attraction allemand, Europa-Park, a organisé l’élection de Miss Euro 2016. Léa-Marie Grotzinger, la représentante française, s’est classée 6e. Interview.

Léa-Marie, tu as participé à l’élection de Miss Euro 2016, peux-tu nous parler de ce concours surprenant ?Le comité de Miss Allemagne organise cette élection avant chaque Euro depuis 2008. Le cadre est fantastique dans le parc d’attractions d’Europa-Park. Ils cherchent à allier au maximum le milieu du football et celui des concours de beauté : il y avait de la pelouse sur la scène, les supporters de chaque pays avaient une table attribuée, peut-être pour éviter les échauffourées. (rires) On faisait des shootings avec des ballons, on a défilé en talons, mais avec un short de foot. C’était vraiment super.

Comment était l’ambiance entre les filles ?

Pas d’affrontements, pas de mauvais tacles, c’était vraiment bon enfant. Tout le monde s’entraidait, se prêtait du maquillage…

Pas d’affrontements, pas de mauvais tacles, c’était vraiment bon enfant. Tout le monde s’entraidait, se prêtait du maquillage… On était comme une équipe pour une seule qui allait repartir avec le Ballon d’or. Une compétition, mais beaucoup de fair-play. On a passé une semaine ensemble, c’était vraiment sympa. Je me suis bien entendue avec toutes, je suis restée en contact avec Miss Albanie, ma colocataire sur place. En plus, on avait un libre accès au parc, et nos écharpes nous donnaient le droit d’accéder à tout. On en a bien profité.

Ça discutait foot ?Bien sûr, après toutes ne s’y connaissaient pas forcément, mais il y avait des débats houleux. Moi, je baigne dedans depuis que je suis toute petite. J’ai essayé d’expliquer la règle du hors-jeu à une ou deux. Ce qui était drôle, c’est que toutes les filles défendaient leur équipe. Alors quand Miss Allemagne dit que son pays peut gagner, c’est légitime. Mais quand Miss Albanie disait que son pays avait sa chance sur le terrain, ça nous faisait sourire. Mais personne ne la contredisait.

Et au niveau résultat, tu finis dans le top 6, satisfaite ?Oui. Je suis la première Française à aller aussi loin. De bon augure pour les Bleus, j’espère.

Miss Islande, qui a gagné, a fini Top 25 à Miss Monde. Elle le méritait. C’était très bien arbitré. Mieux que certains matchs de Ligue 1.

C’est une grande fierté. J’ai fini première des votes du public en plus, c’est fabuleux. J’ai eu la chance de côtoyer certaines filles qui sont les Miss de leur pays, c’était vraiment incroyable. Il y avait du niveau. Miss Islande, qui a gagné, a fini Top 25 à Miss Monde. Elle le méritait. Pour moi, elle était largement au-dessus. C’était très bien arbitré. Mieux que certains matchs de Ligue 1…

Comment t’es-tu retrouvée dans cette élection ?Déjà, il faut savoir qu’à la base, il suffisait d’avoir au moins un grand-parent originaire du pays que l’on représentait. Mais pour la France, qui organise l’Euro en plus, ils voulaient une locale. Comme je suis alsacienne, j’étais proche du parc. J’avais été élue Miss Prestige Alsace, du coup, ils m’ont contacté et ça s’est fait.

Représenter la France dans un concours international, ça fait quoi ?

C’est une grande fierté. C’est un peu comme dans le foot en période de tournoi international : ça permet d’être chauvin et de porter haut les couleurs de son pays. J’étais très fière de représenter la France et d’avoir le maillot de mon pays pendant toute la semaine. Après, j’ai ressenti un peu de pression. Des gens que je ne connaissais pas m’ont envoyé des messages d’encouragement, dans le parc dès que je croisais des Français, ils venaient me parler et afficher leur soutien. Je ne voulais pas les décevoir. C’était une expérience géniale, c’était mon Euro à moi !

Quelle relation entretiens-tu avec le foot ?Je suis plus à l’aise en talons qu’en crampons, mais je m’y connais. Je suis supportrice du Racing, donc évidemment je suis super contente qu’ils soient promus en Ligue 2.

J’ai un faible pour Schweinsteiger. Peut-être le fait que son nom soit aussi compliqué que le mien.

Après, je regarde aussi les autres matchs par plaisir. En 2014, je faisais de l’humanitaire au Burkina Faso. Pour regarder la finale de la Coupe du monde, j’ai marché 10km, de nuit, pour trouver une télé. Tout ça pour qu’au final, le signal saute juste avant le but de Götze… Donc oui, j’aime le foot. Je ne voulais pas participer à cette élection juste pour faire ma belle et me taire. En ce moment, je suis en Erasmus au Portugal, c’est un vrai plaisir que de vivre l’Euro depuis un pays où le foot est une vraie religion. Tout le monde s’y prépare. Dès vendredi, je vais représenter la France dans tous les bars. Ils diffusent tous les matchs de toute façon.

Qui est ton joueur préféré ?En équipe de France, Griezmann. Je ne suis pas très original, mais je l’aime bien. Sinon, j’ai un faible pour Schweinsteiger. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être le fait qu’il ait un nom compliqué à prononcer. Comme moi.

Quel est ton pronostic ?Franchement, les prédictions en foot, ce n’est pas mon fort. J’espère que la France ira loin, mais si elle est éliminée, je ne leur en voudrai pas. Je ne suis pas allée au bout non plus. En revanche, l’Islande a déjà gagné le concours de Miss, qu’ils nous laissent la vraie coupe. Je vais suivre les prédictions du parc qui considéraient la France, l’Allemagne, le Portugal, l’Espagne et l’Angleterre comme favoris.

Dans cet article :
Dans cet article :

Propos recueillis par Nicolas Kohlhuber

Articles en tendances
31
Revivez OM-Shakhtar (3-1)
  • C3
  • Barrages
  • OM-Shakhtar (3-1)
Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

France

Actus A. Griezmann

10
Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético
Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético