S’abonner au mag
  • Serie A
  • J24
  • Roma-Inter

Çalhanoglu, l’empereur du milieu

Par Tristan Pubert

Tout juste trentenaire, Hakan Çalhanoğlu est au sommet de son art. Positionné dans un rôle de regista par Simone Inzaghi, l’international turc s’est imposé comme le pion essentiel de cette Inter, faisant de lui une référence à son poste en Italie et en Europe.

Çalhanoglu, l’empereur du milieu

La beauté est-elle objective ou subjective ? Depuis la nuit des temps, philosophes et théoriciens tentent de répondre à cette question. Dimanche dernier, à San Siro, Hakan Çalhanoğlu est venu apporter un argument aux défenseurs de la première option. Peu avant la demi-heure de jeu, le Turc a fait parler sa classe en délivrant une sublime passe laser d’un coup de pied de 30 mètres pour Federico Dimarco (qui manquera par la suite son centre), de quoi faire exulter les quelque 75 000 âmes présentes dans l’enceinte lombarde. Un geste sublime, fantastique, merveilleux, qui illustre surtout de la meilleure des manières sa prestation face à la Juve.

C’est simple, pendant 90 minutes, le milieu de terrain nerazzurro a imposé sa loi face à Rabiot & Cie, en attestent ses statistiques : sur 106 passes tentées, il en a réussi 100, dont 8 passes clés, une frappe sur le poteau et 7 ballons récupérés. Une prestation cinq étoiles de Magic Hakan, confirmant qu’il est bel et bien le patron de cette Inter depuis le début de saison. « Il fait partie des meilleurs à son poste, sans discussion. Encore une fois ce soir, Hakan a été merveilleux », s’est réjoui Simone Inzaghi après le coup de sifflet final et ce succès capital face à la Juve (1-0) dans la course au Scudetto.

D’un Milan à un autre

Si l’international turc excelle sous la tunique bleu et noir, son aventure à Milan ne débute pourtant pas sur les meilleures bases. Recruté par le cousin rossonero à l’été 2017 pour 23 briques, Çalhanoğlu, numéro 10 dans le dos, était censé devenir le nouveau fuoriclasse du Milan et permettre au club de franchir un palier, aux côtés de Leonardo Bonucci, Franck Kessié, André Silva, Andrea Conti ou encore Ricardo Rodríguez, tous débarqués à la même période.

« C’est un joueur extrêmement talentueux, très complet, mais surtout qui dispose d’une grande capacité d’adaptation » se remémore Johan Djourou. Son ancien coéquipier du côté de Hambourg durant la saison 2013-2014 pense alors, comme beaucoup, que l’homme aux coups francs fantastiques va exploser dans la Botte. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. Ses prestations sont en deçà des attentes, avec un positionnement en trequartista. « C’est un joueur complet certes, mais je pense qu’il ne dispose pas forcément des qualités intrinsèques d’un meneur de jeu, capable de percuter, de mettre de la vitesse », argumente l’ancien international suisse. Excepté quelques fulgurances dans cette position, Çalhanoğlu ne parvient pas à trouver chaussure à son pied à l’AC Milan. Quatre saisons et 172 matchs plus tard, le Turc quitte le navire rossonero libre, mais choisit de rester au pied du Duomo.

En regista, il a moins de pression qu’en meneur, il a le jeu devant lui, et c’est plus simple.

Johan Djourou

Passer d’un Milan à un autre n’est pas toujours facile. Quand le milieu de terrain débarque à l’Inter, le club sort d’un titre de champion d’Italie, accompagné du remplacement d’Antonio Conte par Simone Inzaghi et du départ de plusieurs cadres (Lukaku, Hakimi, Eriksen, Politano). Comme chez le rival, Çalhanoğlu n’inspire pas une grande confiance à son arrivée, et son rôle dans le 3-5-2 cher au nouveau technicien lombard n’a rien d’évident. Une erreur de casting ? Certains ont pu le penser, mais pas Inzaghi. « Quand j’ai demandé à la direction de le recruter, c’était une prise de risque, expliquait l’ancien entraîneur de la Lazio dans un entretien au Corriere dello Sport. Les supporters ne comprenaient pas trop ce choix. Mais j’étais convaincu que c’était le joueur parfait pour nous. »

Un regista de luxe

Pour que la mayonnaise prenne, l’architecte Inzaghi choisit de repositionner son arme turque dans un rôle de regista dans le cœur du jeu. « Inzaghi m’a fait comprendre que c’était mon poste, et désormais, c’est là que je me sens le plus à l’aise, confirmait le principal intéressé dans la Gazzetta dello Sport en mars dernier. Grâce au coach, je me suis perfectionné à cette position, notamment dans l’aspect défensif. Certes, je suis moins décisif et je tire moins que lorsque j’étais trequartista, mais je peux désormais contrôler le jeu, le rythme. Et ça me plaît. »

Post Instagram Voir sur instagram.com

Positionné devant la défense aux côtés de Marcelo Brozović et Nicolò Barella lors de la première saison, puis avec Henrikh Mkhitaryan à la place du premier, le désormais numéro 20 nerazzurro (qui a un tatouage du numéro 10 sur son bras gauche) est devenu le moteur de cette équipe interiste. Çalhanoğlu sait faire beaucoup de choses : gratter des ballons, multiplier les efforts à la récupération, s’appuyer sur sa vision du jeu et son aisance technique pour enfiler le costume de créateur. Un patron, un vrai, adoubé par Djourou : « Cette position lui va à merveille grâce à sa qualité de passe, sa vision du jeu, mais aussi son agressivité à la perte du ballon. En regista, il a moins de pression qu’en meneur, il a le jeu devant lui, et c’est plus simple. »

Une place à la table des grands ?

Après deux premières saisons séduisantes, Magic Hakan a décidé de franchir un nouveau cap cette saison, devenant de très loin le meilleur à son poste. « C’est bien connu, avec l’âge, on a tendance à reculer sur le terrain. Hakan est beaucoup plus mature dans son jeu et ça se ressent, enchaîne Djourou. Ce n’est plus le joueur extrêmement talentueux, mais qui manquait un peu de sérieux que j’ai connu à Hambourg. Son niveau m’impressionne, mais je ne suis pas vraiment surpris. »

Je me vois clairement parmi les cinq meilleurs à mon poste, je dis ça avec humilité et conscience.

Hakan Çalhanoğlu

Une référence en Italie, oui. En Europe, aussi ? Il ne faut pas compter sur le bonhomme pour se la jouer modeste quand il s’agit de se prononcer sur de possibles comparaisons avec Luka Modrić ou Joshua Kimmich. « Je me sens sous-évalué et je considère ne pas être si éloigné du niveau des joueurs cités, disait-il à la Gazzetta dello Sport. Je me vois clairement parmi les cinq meilleurs à mon poste, je dis ça avec humilité et conscience. » Djourou, lui, préfère rester prudent : « Je n’aime pas trop ces comparaisons, c’est toujours délicat, car Rodri ne joue pas dans le même contexte, le même système de jeu que Hakan. Mais il a du crédit et n’a pas à rougir devant les autres. » À 30 ans et au sommet de son art, Çalhanoğlu n’a plus grand-chose à prouver.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Tristan Pubert

Propos de Johan Djourou recueillis par TP.

Articles en tendances
31
Revivez OM-Shakhtar (3-1)
  • C3
  • Barrages
  • OM-Shakhtar (3-1)
Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)
10
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
  • Ligue 1
  • J22
  • Brest-OM
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
Logo de l'équipe Nantes
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Nantes-PSG (0-2)
Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

31
Revivez OM-Shakhtar (3-1)
Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Inter Milan

10
Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético
Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Actus H. Çalhanoğlu

10
Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético
Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético

Revivez la victoire de l'Inter face à l'Atlético
Logo de l'équipe Inter Milan
Foto Alfredo Falcone/LaPresse 19 Gennaio 2024 - Riad, Arabia Saudita - sport, calcio - EA SPORTS FC Supercoppa italiana 2023/2024 semifinale - Inter vs Lazio - Stadio Università Re Saud
Foto Alfredo Falcone/LaPresse 19 Gennaio 2024 - Riad, Arabia Saudita - sport, calcio - EA SPORTS FC Supercoppa italiana 2023/2024 semifinale - Inter vs Lazio - Stadio Università Re Saud Nella foto: Hakan Calhanoglu (FC Internazionale Milano) esultanza goal 2-0 January 19, 2024 Riyadh, Saudi Arabia - sport, soccer - EA SPORTS FC Italian Supercup 2023/2024 semi-final - Inter vs Lazio - King Saud University Stadium In the pic: Hakan Calhanoglu (FC Internazionale Milano) celebration goal 2-0 - Photo by Icon Sport
L'Inter explose la Lazio et rejoint le Napoli en finale de Supercoupe

L'Inter explose la Lazio et rejoint le Napoli en finale de Supercoupe

L'Inter explose la Lazio et rejoint le Napoli en finale de Supercoupe
Logo de l'équipe Inter Milan
Foto Claudio Grassi/LaPresse 13 Gennaio 2024 - Monza, Italia - sport, calcio - Monza vs Inter - Campionato italiano di calcio Serie A TIM 2023/2024 - U-Power Stadium. Nella foto: esultanza dopo il gol del 0-2 Lautaro Martinez (FC Inter) January 13, 2024 - Monza, Italy - sport, soccer - AC Monza vs FC Inter Milan - Italian Serie A TIM Football Championship 2023/2024 - U-Power Stadium. In the pic: Lautaro Martinez (FC Inter) celebrates after scoring goal - Photo by Icon Sport
Foto Claudio Grassi/LaPresse 13 Gennaio 2024 - Monza, Italia - sport, calcio - Monza vs Inter - Campionato italiano di calcio Serie A TIM 2023/2024 - U-Power Stadium. Nella foto: esultanza dopo il gol del 0-2 Lautaro Martinez (FC Inter) January 13, 2024 - Monza, Italy - sport, soccer - AC Monza vs FC Inter Milan - Italian Serie A TIM Football Championship 2023/2024 - U-Power Stadium. In the pic: Lautaro Martinez (FC Inter) celebrates after scoring goal - Photo by Icon Sport
L'Inter explose Monza

L'Inter explose Monza

L'Inter explose Monza
03
Revivez Napoli-Inter (0-3)
Revivez Napoli-Inter (0-3)

Revivez Napoli-Inter (0-3)

Revivez Napoli-Inter (0-3)