S’abonner au mag

Entretien avec Raymond Kopa

Par
Entretien avec Raymond Kopa

Non content de faire paraître un livre qui retrace l’ensemble de sa belle carrière, Raymond Kopa a des idées et entend bien les faire partager : Zidane, l'équipe de France et la Coupe du monde.

Que pensez-vous de la décision de Zidane d’annoncer sa retraite juste avant la coupe du monde ? A sa place, j’aurais fait pareil. Vous savez, être attaquant c’est plus difficile qu’être défenseur. Un attaquant doit avoir une condition physique exceptionnelle, il doit être très rapide, vif de geste : il doit faire la différence. Avec le système actuel, avec un attaquant ou deux, le défenseur peut voir venir. Tandis que l’avant-centre, il galère. Vous savez, c’est plus facile de détruire que de créer. Zidane a trente-quatre ans, il a fait une belle carrière, en espérant qu’il la termine bien avec la France. Platini, lui, a terminé à seulement trente-deux ans ; j’ai d’ailleurs regretté qu’il se retire si tôt. Trente-quatre ans c’est pas mal. Je ne sais pas si Zidane a des problèmes personnels…on dit des choses…mais il a suffisamment de qualités pour nous donner un coup de main ; même en jouant avec une seule jambe.

Est-ce que vous le classez parmi les plus grands joueurs de l’histoire du foot ? Bien sûr. C’est un joueur de talent, sans discussion : s’il a joué au Real Madrid, ce n’est pas par hasard. En plus, c’est un gars très sympa. C’est lui que j’ai choisi pour la préface de mon livre. Cela dit, je suis exigeant et j’aurais aimé qu’il en fasse plus. Avec ses qualités il aurait dû plus jouer dans l’axe. A Madrid comme en équipe de France il est déporté vers la gauche. Contre Lyon (moi je suis à 100% supporter du Real), quand Robinho était sur le terrain, Zidane aurait dû rester dans l’axe pour l’aider mais rien à faire, comme à son habitude il est reparti vers la gauche. Beaucoup de joueurs de l’équipe de France l’ont même incité à prendre plus de risques sur le plan offensif. Et moi aussi j’aimerais bien qu’il en prenne plus parce que c’est un joueur d’exception. Le talent ça ne s’apprend pas : on l’a ou on ne l’a pas. On n’apprend pas, on s’améliore. Voilà la chance qu’a Zidane.Un pronostic pour le parcours de la France en Allemagne ? En 2002 j’avais pronostiqué la victoire, vous voyez quel bon pronostiqueur je fais ! Je crois qu’on est tombé dans un groupe relativement facile : le Togo on en parle pas, je pense qu’il est à notre portée. Je crois et j’espère que cette fois on va se qualifier au moins pour le second tour. Certes la Suisse est dangereuse, la Corée, pas trop…Dans l’ensemble j’ai confiance car on a les meilleurs attaquants, vous me direz on les avait aussi en 2002…Et puis Zidane qui arrête de jouer va nous apporter un plus : le sélectionneur va le ménager, bien l’utiliser, il ne sera pas obligé de l’utiliser à plein temps : Si on gagne les deux premiers matchs, le Togo on s’en fout. En tout cas, je serai là pour les encourager.

Ce livre est-il une façon de défendre et de promouvoir une conception du football qui vous est chère ? Je suis très heureux d’avoir fait ce livre parce qu’aujourd’hui quand on parle du football on oublie complètement une certaine époque, la mienne. A travers ce livre, j’ai voulu rappeler que ma carrière de joueur a été une période exceptionnelle. Je ne veux pas faire de différence entre celle d’aujourd’hui et celle d’hier mais on a joué un football de rêve. Aujourd’hui quand je me déplace, les gens d’un certain âge, cinquante ans et plus, me disent tous la même chose : « Vous nous avez régalé, vous nous avez enthousiasmé. » C’est cette période que je suis très heureux de représenter. En plus ce livre me permet de faire une bonne action pour la recherche contre le cancer.
Vous avez brillé tout au long de votre carrière par votre qualité de dribble. Vous avez pris énormément de coups. Est-ce que vous pensez qu’il y a encore une place pour les artistes dans le football moderne ? Vous avez remarqué qu’aujourd’hui, toutes les minutes, vous avez un joueur par terre. C’est pour cela que je demande à ce qu’il y ait un arbitrage très strict. C’est vrai que ma force c’était le dribble, ça me permettait de créer le surnombre, c’était ma qualité essentielle, il fallait bien que je l’utilise. Michel Hidalgo a dit un jour que je n’étais pas seulement technique, précis, mais aussi super physique et je devais certainement l’être compte tenu des coups que je prenais ou compte tenu du fait que je travaillais l’adversaire de très près. Dans l’ensemble je suis un rescapé, j’ai vingt ans de professionnalisme avec des joueurs qui avant le match me disaient : « Aujourd’hui il faut que je te descende. » Bon c’est vrai qu’il y en a qui ont essayé de me frapper après le match mais je n’ai jamais eu peur sur un terrain. En tout cas, moi je n’ai jamais blessé personne, j’ai toujours respecté l’adversaire. Mais c’est vrai que ça pouvait être inquiétant, il y a des joueurs qui ont très vite disparu de la circulation, Just Fontaine par exemple a été blessé un an après la coupe du monde en Suède. Moi je peux dire que j’étais l’homme à abattre. Je m’en sors pas trop mal : tant que c’est mécanique, ça se répare.

Et maintenant ? Ce qu’il y a de bien c’est qu’avant une rupture du ligament croisé c’était fini alors qu’aujourd’hui en six mois, le joueur peut à nouveau fouler les vertes pelouses. Il y a indéniablement beaucoup plus d’espérance maintenant qu’avant. Plus généralement, qu’est-ce qui vous gêne dans le football actuel ? Je ne reproche rien aux joueurs mais c’est vrai que j’aimerais voir un football un peu plus propre. Je vous le dit tout de suite, je suis pour la vidéo : j’ai rencontré le président de la fédération internationale et je lui ai dit que j’étais prêt à entrer dans la commission pour défendre un football propre. Je ne veux plus voir tous ces accrochages, je veux un arbitrage plus dur. Il faut responsabiliser l’arbitrage voire punir certains hommes en noir qui ne sont pas bons et qui gagnent toujours plus d’argent. Michel Platini, lui, ne veut pas de la vidéo, il veut mettre deux arbitres, un derrière chaque but. Je veux bien car je suis favorable à tout ce qui peut améliorer le football. La coupe du monde c’était l’occasion de progresser de ce côté-là. On a la vidéo au rugby, pourquoi pas au football. J’ai vu le match Barcelone-Milan : le but de Milan, il est bon ou il est pas bon ?

Est-ce que vous vous régalez toujours en regardant le football ? Moi je suis un passionné du football, si je dois voir un match je préfère le voir en direct parce qu’à la télévision on voit le porteur du ballon qui donne la balle mais on ne sait pas pourquoi il la donne là : il y a d’autres possibilités ! Quand je suis au stade, je peux voir ce que le porteur du ballon doit faire.

Vous sentez-vous proche des joueurs actuels ou avez-vous l’impression que c’est devenu un autre monde ? Il est vrai que financièrement, c’est devenu énorme, voire démentiel. Ils sont trop payés ? Les joueurs actuels qui touchent autant d’argent le disent eux–mêmes : on nous le donne, on le prend. Je ferais certainement pareil et vous aussi, faut pas se raconter d’histoires. Moi c’est la conception que je discute : c’est un autre football. Rien à voir avec l’époque des Verts ou celle de la grosse équipe de Reims. Je le répète, je voudrais un football propre, je ne veux plus voir les accrochages et les systèmes défensifs qui empêchent les joueurs de s’exprimer. On vous bride : moi j’ai voulu jouer comme je savais le faire, à condition d’avoir une confiance mutuelle bien sûr. On ne fait pas un système en 4-4-2 ou 4-5-1 pour après dire : « Arrive ce qui arrive, on joue défensivement. » Et merde, pour quoi faire ?

Autrement dit, vous pensez que les joueurs sont bridés et qu’ils ne peuvent pas donner toute la mesure de leur talent ? Il faut absolument qu’on arrive à un football plus attractif, plus offensif. Ca ne sert à rien de donner le ballon à droite et à gauche et derrière. Faut arrêter ou alors on ne progressera jamais.

Il y a plus de pression aujourd’hui : est-ce que les footballeurs peuvent ressentir le plaisir que vous ressentiez vous-même lorsque vous jouiez ? Ca devrait ! Pour moi l’argent n’a jamais compté. Je gagnais bien plus que les autres, j’étais mieux payé mais jusqu’à mes 70 ans chaque semaine j’attendais le dimanche matin avec la même impatience. Le foot c’est ma passion, c’est un besoin, c’est ma drogue. La paye je ne la regardais même pas, c’était ma femme qui s’en occupait. Pour moi le football a été primordial : jouer dans la plus grosse équipe du monde alors que quand je suis parti au Real on me traitait de déserteur. Aujourd’hui le gars qui part à l’étranger c’est une référence, on ne parle plus que de lui. J’ai fait une carrière exceptionnelle, j’ai eu la chance de tomber sur des gens compétents qui m’ont offert la possibilité de la mener sereinement. Albert Bateux ? Il ne m’a pas bridé en me disant fait ci fait ça. Parce que si tu tombes sur un entraîneur…tu ne peux plus jouer. Il faut laisser faire le joueur, lui laisser suivre son inspiration.

Pour vous l’important c’est le plaisir que vous donniez aux gens ? Si un jour vous vous promenez avec moi, vous comprendrez vite. Les gens m’arrêtent pour me dire : « Vous nous avez régalé » . Et ça fait plaisir. C’est pour ça que j’ai accepté de faire ce livre.

Vous n’hésitez pas à affirmer que vous êtes avant tout Français ? Je ne renie pas mes origines polonaises mais l’intégration c’est indispensable. Nous les Polonais on remercie la France mais on peut pas comparer notre situation à ce qui se passe aujourd’hui. On a accepté les lois françaises et partant de là, on a été acceptés. C’est à nous de faire le pas. Ce n’est pas ceux qui arrivent dans un pays qui décident. Mais je ne renie pas mes origines polonaises catholiques et d’ailleurs il y a beaucoup de similitudes entre les Français et les Polonais.

Ressentez-vous de la fierté d’être la figure d’une intégration plus que réussie ? Bien sûr. Je suis souvent cité en exemple, même en Pologne.

Vous sentez-vous proche de Zidane ? Le parcours est pratiquement le même. De ce côté-là, c’est super. Il est comme moi, il aime la France. La preuve, il a accepté d’aider l’équipe de France.

Et de la jeunesse ? Qu’ils manifestent d’accord, je veux bien croire que la vie n’est pas facile. La France souffre énormément : maintenant c’est pas un boulot qu’il faut, c’est trois ou quatre. Mais je pense qu’il faut quand même éviter la casse. Qu’on révolutionne mais casser ça doit pas exister. C’est comme le football. De l’espoir ? Il y a pas longtemps j’ai été à l’école de commerce de Reims et j’ai été enthousiasmé : parce que les jeunes ont les met toujours dans les quartiers mais il n’y a pas que ceux-là.

En plus, l’image des jeunes des quartiers est souvent fausse : quand vous voyez Thierry Henry, un des meilleurs joueur du monde, qui est né dans le 91, aux Ulys… Bien sûr mais enfin c’est un exemple extrême. Moi je suis un immigré, j’ai accepté les lois françaises, quelles qu’elles soient, je me suis bien intégré. Le problème c’est qu’il ne s’agit pas de faire de l’immigration n’importe comment ; il faut aussi donner du boulot. Les Polonais l’ont eu, un boulot difficile : la mine. Ce n’est donc pas la peine de faire venir du monde chez nous pour les laisser dans les quartiers. Il y a décidément quelque chose qui ne va pas.

Bio : Né le 13 octobre 1931 à Noeux-les-Mines (Pas-de-Calais)

Clubs successifs :1941-1949 : Noeux-les-Mines
1949-1951 : SCO Angers 1951-1956 : Stade de Reims
1956-1959 : Real Madrid (Espagne) 1959-1967 : Stade de Reims
Palmarès :– En équipe de France : 3ème de la coupe du monde : 1958

En club :– Vainqueur de la Coupe d’Europe des Clubs Champions : 1957, 1958 et 1959 (Real Madrid)
– Finaliste de la Coupe d’Europe des Clubs Champions :1956 (Stade de Reims) – Champion de France : 1953,1955, 1960 et 1962 (Stade de Reims)
– Champion d’Espagne : 1957 et 1958 (Real Madrid) – Champion de France de D2 : 1966 (Stade de Reims)

Par

Articles en tendances
31
Revivez OM-Shakhtar (3-1)
  • C3
  • Barrages
  • OM-Shakhtar (3-1)
Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine