Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Foot & humour
  2. // Journée mondiale du rire

À la recherche de l'humour chez les footeux

Ribéry en Napoléon, Boli et Waddle en duo pour une chanson d’exception, Cantona en bonnet de bain rose pour vendre des rasoirs, il fut un temps pas si lointain où les joueurs de foot nous faisaient rire en dehors des terrains. Aujourd’hui, plus à cheval sur leur image, plus méfiants aussi, les footballeurs sont drôles en de rares occasions et souvent malgré eux (merci Serge Aurier et sa chicha). Si l’humour n'a pas totalement quitté le milieu du football, où est-il caché alors ?

Modififié
« Le joueur de foot ne manque pas d’humour, le vestiaire de foot est chambreur à mort » , assure Pierre Bouby, milieu de terrain d’Orléans et serial twittos dès qu’il quitte la pelouse. Mais si d’après l’un d’eux, les joueurs n’ont pas perdu leur humour, ils en font moins l’usage en public de peur de se faire allumer. « C’est dû à la presse et aux répercussions qu’il y a aux moindres faits et gestes de chacun. Les footballeurs aujourd’hui ont du mal à déconner parce qu’ils savent qu’au moindre truc, ça peut faire effet boule de neige » , poursuit l’Orléanais.


L’évolution de la société serait donc responsable de cette disparition. Il n’y a qu’à voir les vidéos publiées par Paul Pogba ou Patrice Évra sur Instagram, reprises et commentées par tous. Pour peu que la fantaisie soit suivie d’une performance peu reluisante du joueur, la foudre s’abat directement sur eux. Bouby abonde : « On est jugés en permanence sur nos performances, donc forcément, quand on déconne un petit peu, pour peu qu’on soit en bas de classement, comme moi aujourd’hui, on en prend deux fois plus dans la tête. »

Des joueurs sous surveillance


Les médias ne sont pas les seuls à laisser peu de marge de manœuvre aux joueurs en matière de dérision, les plus exigeants restant les supporters. Aujourd’hui, les fans ne se contentent pas de gueuler au stade, ils jouent aussi les nounous sur les réseaux sociaux. « J’en ai eu qui m’ont dit que je ferais mieux d’aller me coucher au lieu de twitter, sauf qu’il était 23h... » , témoigne l’ancien Auxerrois. Si lui et d’autres, comme Nicolas Benezet et Manu Imorou, laissent parler leur potentiel comique et refusent de se museler, la majorité de la grande famille du ballon rond préfère « faire le dos rond et s’exprimer uniquement sur le terrain. Quand tu ne déconnes pas et que tu restes dans le professionnalisme à 100%, tu as moins de reproches qui te sont faits. Tu montres alors que tu es à 200% dans le foot » , dixit Bouby. C’est donc à l’heure où chacun peut prendre la parole comme il le souhaite grâce aux réseaux sociaux que les joueurs de foot s’accordent moins de liberté d’expression et de ton. « Le sport en général et le foot en particulier sont ultra-surveillés, scrutés, réseau-socialisés. Bizarrement, l’hyper médiatisation a provoqué exactement l’inverse de la communication chez les footballeurs » , décrypte le publicitaire Frank Tapiro, ancien d'Euro RSCG qui a notamment été chargé de redorer la comm' des Bleus après Knysna.

Juste pour le plaisir :
Vidéo

Un cadre à ne pas dépasser


Il y a quelques années, la publicité était encore un moyen pour les footballeurs de faire preuve de second degré. Mais les enjeux financiers et le verrouillage de la communication par les clubs, les sponsors et les agents, ont eu raison de cette autodérision publicitaire. « Les joueurs n’ont pas moins de second degré qu’avant, ce sont les publicitaires qui manquent de créativité. L’humour est pourtant ce qui fonctionne le mieux dans la pub, mais les créatifs aujourd’hui n’osent pas sortir du cadre quand ils ont affaire à des stars du football » , explique le concepteur des pubs Bic et Sharp avec Éric Cantona.

Vidéo

Depuis, il n'y a guère qu'Antoine Griezmann qui ait fait sourire en tentant désespérément de se raser ou d’impressionner Usain Bolt. Aujourd'hui, quand un publicitaire tente de proposer quelque chose d’un peu déroutant, il se heurte à l’entourage du joueur, qui fait barrage. « Le problème des joueurs d'aujourd'hui, c’est qu’il y a de très mauvais agents qui verrouillent tout. La plupart des agents ne comprennent absolument rien à la com’, mais comprennent tout à la comm...ission. Une fois, en discutant avec Zlatan, qui pour moi est un Cantona bis avec un huitième degré exceptionnel, je me suis aperçu qu’il n’avait jamais entendu parler de la pub que j’avais proposé à son agent et que ce dernier avait refusé à sa place » , raconte l’ancien disciple de Jacques Séguéla.


Vidéo

Les enjeux financiers autour de certains joueurs sont aujourd’hui bien trop élevés pour que ceux qui gravitent autour ne puissent s'empêcher de mettre leur grain de sel. Pour éviter qu'ils ne sortent du cadre qui leur est dessiné. Pour plaire au plus grand nombre, aussi. « Moi, je suis tout petit par rapport à ce monde-là, mais des mecs comme Lacazette, Griezmann ou Benzema, forcément, ils ne peuvent pas se permettre certaines choses, glisse Pierre Bouby, lucide, avant de poursuivre. Le top pour les joueurs de top niveau justement, c’est d’être dans le cadre et d’être pile au milieu pour plaire au maximum de gens. Même s’ils sont marrants, chambreurs, ils se retiennent pour leur image. » Mais pas d’inquiétude ! Comme avec la mode, qui est un éternel recommencement, « s’il y a vingt ans, on pouvait faire de l’humour avec le foot, inévitablement on y reviendra » , promet Frank Tapiro. D'ici là, Grizou sera sûrement devenu sélectionneur des Bleus. Et Zizou président de la FIFA.



Par Maeva Alliche Tous propos recueillis par MA
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 45 minutes La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 17
il y a 2 heures Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 9

Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures Mediapro ne revendra pas ses droits 37 il y a 7 heures Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 144 il y a 8 heures Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 23
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:51 Le double raté d'un joueur du Lesotho 8