1. // Leicester champion d'Angleterre

Riyad Mahrez, l'enfant chéri de Sarcelles

C'est sans aucun doute la plus belle surprise de cette saison en Premier League. Vingt-cinq ans et international algérien, Riyad Mahrez, meilleur joueur de Premier League, est le plus gros frisson du championnat et l'homme dont tout le monde parle outre-Manche. Mais sans doute pas autant que dans sa ville natale, à Sarcelles. Avant d'arriver là où il se trouve désormais, le milieu de terrain s'est forgé chez lui. Avec, toujours, un ballon au pied. Retour à la source, là où tout a commencé.

Modififié
Les habitués le savent peut-être mieux que quiconque. Pour se rendre jusqu'au Centre sportif Nelson Mandela, on ne touche jamais vraiment terre. Comme une sensation de vertige permanente, comme en apesanteur sur toutes ces innombrables rues de traverse et ces avenues interminables. Parcourir Sarcelles, commune située dans le Val-d'Oise (95), offre un décor urbain où les bâtiments vétustes et les tours à foison côtoient une esquisse de modernité. Arrivé à destination, c'est un horizon de verdure qui s'ouvre. Telle une récompense après le chemin parcouru. Si d'aucuns improvisent une partie sur un terrain de rugby délaissé, d'autres préfèrent encore profiter de la quiétude des vacances pour se détendre, malgré un ciel nuageux où ne s'invite aucune lueur. Quelques mètres plus loin, ce sont des complexes réservés au karaté et à la piscine qui se présentent aux visiteurs. Vient ensuite la première enceinte de football aux tribunes décaties, le stade Jacques-Brami.


Plus loin, c'est un terrain synthétique, refait à neuf il y a quelques années, au nom de Philippe Christanval, l'un des enfants sarcellois les plus connus. Au bord du terrain, l'assistance est d'humeur taiseuse. Le souffle coupé par la débâcle promise dans quelques minutes aux U14 régionaux de l'AAS Sarcelles face à la JA Drancy. À quelques secondes du coup de sifflet final, Mohamed Coulibaly, directeur technique du club à la carrure de rugbyman, s'avance et expose. « C'est chaque année le même processus, entame-t-il tout de noir vêtu, le regard bienveillant. Quatre, cinq jeunes d'ici partent quasiment chaque année en centre de formation et on doit revoir les bases avec des nouveaux, qui découvrent notamment les matchs sur grands terrains. » La plus grande fierté du club aurait pu faire partie de ce contingent annuel de privilégiés. Il n'en a rien été. Riyad Mahrez, récemment élu meilleur joueur de Premier League avec Leicester et pur produit de la banlieue sarcelloise, n'a pas connu de centre de formation ni les sentiers balisés de la gloire. Sa réussite, il est allé la chercher. Non sans avoir douté. « En terme de parcours, ça reste notre plus grande fierté parce qu'il est atypique. C'est le seul qui a parcouru un tel chemin » , embraye à son tour Guy Ngongolo, l'un de ses premiers éducateurs. Parce que les belles histoires sont souvent les plus inattendues.

Corps chétif et confiance en soi


À première vue, l'histoire de Riyad Mahrez ressemble à tant d'autres. Celle d'un gamin issu des quartiers éminemment talentueux et destiné à briller au sommet. Saut que pour l'actuel international algérien (17 sélections), son talent n'a pas tout de suite été évident. Loin de là. Lors de ses jeunes années à l'AAS Sarcelles, qui l'a par ailleurs intégré très tôt, il n'est qu'un jeune ordinaire, lambda, voire franchement quelconque. Un joueur technique comme les banlieues parisiennes en offrent à foison, mais en plus desservi par un physique chétif. « Riyad avait treize, quatorze ans ans quand il arrivé à l'AAS Sarcelles. C'était un joueur basique, quelconque, qui n'était pas en équipe une, resitue Nzete Ate, ancien manager général du club, avec la conviction de ceux qui savent de quoi ils parlent. Il n'avait rien de bien exceptionnel. Il a tout de même intégré la section sportive, un dispositif mis en place avec la ville de Sarcelles. C'était comme les modèles sport-études avec le collège Chanteraine, situé non loin du club. »


Mohamed Coulibaly, qui l'a connu à l'époque en benjamins, se souvient lui aussi des débuts chaotiques de Mahrez : « Au départ, sa technique lui permettait de s'en sortir. Mais quand il est passé au football à onze, ça a été plus compliqué pour lui, car il était en retard morphologiquement entre douze et seize ans. Il était petit et n'avait pas l'impact physique requis. À cause de cela, ç'a été un peu difficile pour lui pendant trois, quatre ans. Il évoluait en équipe B. À l'époque, il y avait les championnats des 14 ans fédéraux, soit le niveau le plus haut dans cette catégorie d'âge. Grâce à cette grande visibilité, des joueurs ont pu intégrer des clubs professionnels. Lui, en revanche, était vraiment dans l'ombre. » Pendant un long moment, même. Mais même s'il parvient pas à attirer la lumière, le gamin le répète à l'envi et à qui veut l'entendre : il deviendra joueur professionnel. Un rêve qui a alors tout d'une gageure. « Je me souviens qu'alors que tous ses potes signaient en centre de formation, un ami qui était surveillant dans son collège m'a confié que Riyad affirmait qu'il deviendrait joueur professionnel. Il avait une grande confiance en lui alors qu'il ne parvenait même pas à jouer en équipe une. Ça témoignait d'une grande force de caractère quand même » , ajoute Coulibaly, soucieux de restituer le passé avec véracité. Cette pugnacité inébranlable, parfois moquée par certains, va d'abord le guider dans les catégories plus âgées.

« Techniquement, il savait tout faire. Son pied gauche était déjà comme une main »


Car, les années passant, Riyad grandit enfin. S'étoffe un peu plus physiquement. Tout en continuant de développer et parfaire sa technique en DHR. « À dix-sept ans, il a eu un déclic. Il a commencé à se développer physiquement, poursuit Coulibaly. Il a débuté en équipe réserve la première partie de saison avant de basculer en équipe première lors de la deuxième partie. C'est là qu'il s'est révélé. Il a marqué des coups francs décisifs, des buts importants. » « C'est en U19 qu'il a tout explosé. Il a eu le déclic et a franchi un cap. Je l'ai fait ensuite monter en seniors. Et ce qu'il faisait en U19, il le refaisait en seniors. Il était au-dessus du lot techniquement » , explique à son tour Guy Ngongolo, attablé dans un local du club, claquettes aux pieds, avant de souffler en guise de formule lapidaire : « Il savait tout faire, son pied gauche était déjà comme une main. » Cette technique, devenue au fil des ans de plus en plus fine, le Sarcellois l'a travaillé encore et encore. Inlassablement. Avec la passion du ballon rond comme seul moteur. Bercé par les passements de jambe du Brésilien Ronaldo et les roulettes de Zidane, le gaucher dévore du foot de manière inconditionnelle. Que ce soit dans les rues de son quartier des Sablons ou même en vacances, en Algérie, dans son village de Beni Snous.


« Il continuait même de jouer après les matchs, s'amuse Guy Ngongolo. On a un gymnase au club et il restait là-bas souvent tard, parfois même jusqu'à quatre heures du matin. Il aime trop le foot. » Même son de cloche dans la bouche de Nzete Ate : « Ma sœur habitait dans le même bâtiment que lui, et à chaque fois que je passais dans le coin, je le voyais avec un ballon. Que ce soit à 21h, 22h ou 23h, il était en train de jouer. Il faisait notamment toujours des murs avec un ami. Si tu lui proposes d'aller prendre un verre, ça va le gonfler. Mais si c'est pour un match, là il va être directement partant. Et chaque fois qu'il vient jouer, c'est avec de la conviction. » Encore aujourd'hui, même s'il est professionnel, il ne refuse jamais une partie de foot entre potes en Angleterre ou quand il retourne à Sarcelles. C'est, aussi, ce même amour profond et viscéral qui l'a poussé à s'accrocher à son rêve. Quitte à s'envoler parfois à l'improviste pour effectuer des essais en Espagne, Roumanie ou Écosse. « Pour l'Écosse, je me souviens que c'était en fin d'après-midi et qu'on était en bas de chez lui quand le club l'a appelé, se remémore Sofian Seghiri, l'un de ses amis d'enfance. Ils lui ont dit qu'il y avait un avion à Beauvais pour 21h. Il n'a même pas cherché à savoir où il allait, il est parti direct ! »

Au nom du père


Des efforts qui ont fini par payer au bout du compte. Conscient que Riyad a quelque chose de différent, Nzete Ate décide, en 2009, de faire jouer son carnet d'adresses pour donner un coup de main à son poulain. Celui qui va ni plus ni moins faire basculer son destin. « Nous étions en train de discuter de Riyad avec Guy près du stade synthétique en se disant qu'il fallait faire quelque chose pour lui. Il était 22h et Riyad revenait d'un footing avec son ami Bilel, qui jouait aussi à Sarcelles , raconte Ate, avec une joie à peine dissimulée. Il ne cessait de me dire qu'il voulait percer, je lui ai demandé s'il était prêt à partir : il m'a répondu oui. J'ai donc appelé un ami de Quimper, qui m'a dit qu'il était justement à la recherche d'un gaucher explosif et technique. J'ai dit à Riyad qu'on ne lui payait pas de billets et que s'il voulait réussir, il devait se débrouiller par lui-même. » La suite, Riyad ne la doit qu'à lui-même. À Quimper (2009-2010), en CFA, il apprend. Au Havre (2010-2013), il se révèle. Et, depuis janvier 2014, c'est tout Leicester qui a succombé aux caresses délicates du gaucher. Une insondable fierté pour toute la ville. « L'effet Riyad a eu impact de fou dans la ville. Une vraie bombe » , résumé d'ailleurs Ate.



Mais surtout pour l'actuel joueur des Foxes, qui s'était juré à lui-même de réussir pour son père, disparu en 2006. Dans sa jeunesse, son paternel le suivait constamment avec son frère aîné, Wahid, lors des entraînements et des matchs. « Notre père rêvait de le voir un jour professionnel. Si Riyad en est là désormais, c'est surtout une récompense pour lui » , s'épanche Wahid, premier fan de son cadet. Une perte tragique qui l'a fait mûrir alors qu'il n'était encore qu'un adolescent de quinze ans. « C'est une personne très croyante, qui a une grande conviction religieuse (Riyad est de confession musulmane, ndlr), confie Youssef Ghanmi, l'un de ses proches amis. Au cours de cette période difficile qui a été un tournant dans sa vie, il a commencé à prier sérieusement et se rend depuis régulièrement à la mosquée. Le décès de son père lui a fait prendre conscience des choses, il a pris plus de responsabilités après ça. » S'il s'érige désormais comme le porte-étendard de la ville de Sarcelles, Riyad Mahrez n'a pas changé malgré la reconnaissance. Toujours près des siens et de sa famille, toujours proche de ses racines (origines algériennes et marocaines), toujours la même modestie, lui issu d'une mère autrefois femme de ménage dans une clinique et d'un père électronicien. Toujours, surtout, le même amour immodéré pour le ballon rond, comme à ses débuts au quartier. « Je n'ai pas appris le football dans les centres de formation. Je reste encore entier dans ma façon de concevoir le football, exposait-il à Newsouest en 2013. Pour moi, il doit être synonyme de plaisir. Je suis encore dans cette insouciance. » Sans doute le plus bel hommage qu'il pouvait rendre à Sarcelles.

Par Romain Duchâteau, à Sarcelles
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le terrain syntethique se trouve à deux pas de mon taf.

Son passage en PL ne lui a pas fait prendre la grosses tête d'après ce que j'ai entendu, il est "resté le meme" comme on dit.

À chaque fois qu'on tombe sur un match de Leicester je dis "regarde lui il vient de Sarcelles" les gens sont sur le cul..
Superbe portrait pour un excellent joueur. élégant, vif doté d'une bonne frappe du gauche un jouer à suivre le Ryad.
Sa marge de progression se situe dans ce coté foufou justement, il gagnerait à temporiser parfois, lever un peu plus la tête mais sinon ce pied gauche... délicieux
vata-fenculo Niveau : CFA2
Je ne connaissais pas le joueur?
Portrait Sympa qui m'amène à 2 réflexions:

- Sarcelles qui est une grande banlieue populaire où 99,9999999 % des gamins sont fans de foot, ne vivent que par le foot n'a pas fourni plus de joueur pros?

- La valeur travail du gamin, voilà ce qui devrait être mis en avant. Rester au gymnase jusqu'à 4h du mat après un match , ça c'est de la volonté.
Parmi les mecs de sarcelles qui le regarde à la télé , je suis sûr qu'il en a une tripotée pour dire: " ah , ouais , je me souviens de lui. Il était bof bof. même moi j'étais plus fort que lui...etc."
Oui mais des heures et des heures de travail plus tard pour l'un contre flânerie pour l'autre et ils ne sont plus dans le même monde.
S'entrainer encore et encore lorsque l'on est ou parait moins bon que les autres y'a que ça comme remède.
Merci So Foot ! Je sais pertinemment que cet article découle directement de mon commentaire sur l'équipe-type du weekend dernier! Coeur avec ce que vous voulez!
Hier à 14:45 Sergio Ramos acrobate en vacances 4 Hier à 13:31 Pogba marque en dabant 42 Hier à 13:11 Le central de Kansas met une bicyclette 4 Hier à 09:33 Crivelli à Angers 13
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
samedi 24 juin City remporte le derby de New York 8
samedi 24 juin Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 10 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 11 vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 18 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 2 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31