1. //
  2. //
  3. // Résumé

Nancy s'arrache contre Paris, le Red Star sur le podium

Nancy a dû batailler pour faire tomber la lanterne rouge, alors que le Red Star revient de Bretagne avec une courte victoire et une nouvelle place sur le podium.

Modififié
853 8

AJ Auxerre 0-0 Ajaccio AC



Auxerre, toujours dans la course pour accrocher la montée, devait s’imposer ce soir pour rester dans le bon wagon. Et Zacharie Boucher, blessé à la cuisse pendant l’échauffement d’avant-match, a quand même tenu à garder ses cages face à l’AC Ajaccio pour continuer cette marche en avant. Mais c’est peut-être la seule info intéressante dans ce match après 45 minutes, car mis à part quelques occasions avant le retour aux vestiaires, il n'y a rien de bien folichon à observer. Mais en deuxième période, les Auxerrois poussent et donnent des frayeurs au frère de Steve, Riffi Mandanda, qui voit le ballon frôler plusieurs fois ses montants, sans pour autant avoir à s’interposer. L’ACA pourra allumer une petite bougie à la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre : le match ne connaît pas de vainqueur, et les locaux peuvent s’en vouloir.

AS Nancy-Lorraine 3-2 Paris FC

Buts : Antony Robic (59e sp), Junior Dale (65e) et Youssouf Hadji (77e) pour l'ASNL // Romain Grange (40e) et Cheick Fantamady Diarra (53e) pour le PFC

Du spectacle du début à la fin. Dans un stade où peu de courageux ont posé leur vendredi soir, Nancy devait, sur le papier, largement dominer la lanterne rouge actuelle du championnat. Et pourtant, les Parisiens vont sans complexe se montrer dangereux les premiers, avec une frappe de Diarra qui passe pas si loin de la cage des locaux après quelques minutes. On s’attend alors à une réaction nette du dauphin lorrain, mais c’est tout le contraire : à 5 minutes du terme du premier acte, le Paris FC va se procurer un penalty. Romain Grange, ancien Nancéien, ne fait pas de cadeau et fusille son ancien pote Ndy Assembé, pour permettre à la lanterne rouge de rêver d’une deuxième victoire cette saison. Mais Hervé Lybohy vient gâcher la fête quelques secondes plus tard, après un pressing beaucoup trop violent sur Junior Dale, qui partait seul au but. L’arbitre du soir, Mikael Lesage, n’hésite pas : carton rouge pour le défenseur de la capitale. Paris va devoir se battre en deuxième mi-temps pour préserver ses trois points ô combien précieux dans la course au maintien. Mais comme cette Ligue 2 est totalement folle, c’est bien le Paris FC qui, sur un contre express en deuxième mi-temps, va faire le break avec une magnifique frappe enroulée de Diarra, ancien Rennais, pour enterrer le moral de Nancy.

Non, ça, c’est ce qu’on pourrait croire si cette Ligue 2 n’était pas invraisemblable : quelques secondes après le but parisien, Mehdi Jean Tahrat vient attraper Junior Dale qui partait encore une fois seul au but, et vient concéder un penalty qui n’en était pas un, puisque la faute démarrait avant la surface. Et Mikael Lesage n’a pas d’autres choix que de dégainer le deuxième rouge de la partie. Robic marque, Paris est à neuf, tout se complique pour les derniers du championnat. Les circonstances sont malheureusement intenables pour le PFC : Junior Dale (encore lui), surgit au premier poteau sur un centre rasant et trompe un Adrien Thébaux sans réaction, dépité. Pourtant, le Paris FC arrive toujours à se créer des occasions, prouvant une abnégation magnifique. Mais le foot est cruel et Pablo Correa, vissé dans les tribunes à cause d’une petite grippe hivernale, se décide finalement à descendre vers son banc pour pousser ses joueurs vers la victoire. Et l’expérimenté Youssouf Hadji va enterrer les derniers espoirs parisiens, en poussant pour la cinquième fois du match le ballon dans les filets, sur un nouveau centre à ras de terre qu'Adrien Thébaux n’a pas assez bien jugé. 3-2 pour Nancy, on semble enfin se diriger vers l’épilogue d’une rencontre savoureuse. Et c'est bien le cas : Nancy s'impose, et Paris connaît son 24e match consécutif sans victoire. Cruel.

Clermont Foot 2-1 Chamois niortais FC

Buts : Rémy Dugimont (69e) et Gaëtan Laborde (86e) pour Clermont // Ande Dona Ndoh (90e+1) pour le Chamois

Après un premier quart d’heure très tranquille, Famara Diedhiou va réussir le petit exploit de rater deux centres-tirs de deux coéquipiers différents en 30 secondes. Deux actions qui auraient pu débloquer un compteur figé depuis maintenant 4 matchs. Voilà, sinon, rien pour réchauffer les cœurs des supporters clermontois gelés dans les travées de Gabriel Montpied. Mais en seconde période, Adrien Hunou apporte de la chaleur aux inconditionnels de Clermont en inscrivant à vingt minutes du terme le premier but de la rencontre, après une frappe de Gaëtan Laborde qui est carrément partie dans le sens inverse, pour tomber sur le joueur prêté par Rennes. Un but qui va inspirer Gaëtan Laborde. Tout seul comme un grand, l'attaquant s’amuse des joueurs niortais avant d’envoyer une mine non loin de la surface et laisse un Paul Delecroix un peu chafouin. Le break est fait pour Clermont, et les trois points sont assurés pour le nouveau sixième de cette deuxième division, même si Ande Dona Ndoh ne laissera pas Niort fanny en fin de match.

Évian Thonon Gaillard FC 1-1 Bourg-en-Bresse Péronnas 01

Buts : Kévin Hoggas (6e) pour la Croix de Savoie // Jason Berthomier (10e) pour Bourg-en-Bresse

10 minutes de folie et puis pas grand-chose. Le derby de la nouvelle région Rhône-Alpes va pourtant connaître le premier but de la soirée, avec Kévin Hoggas qui profite d’une galette sur coup franc pour tromper le portier visiteur après moins de 10 minutes de jeu. Un départ rêvé pour l’ETG, qui va vite se transformer en mini-cauchemar : 5 minutes plus tard, Jason Berthomier, visiblement inspiré, enroule du gauche à l’entrée de la surface et surprend Benjamin Leroy, qui ne peut toucher le cuir. Beau début de match au Parc des sports d’Annecy, mais pas plus d’occasion en première période. Et si personne n’arrive à se créer des occasions franches en seconde, Yeltsin Tejeda vient allumer une mèche à l’heure de jeu en décochant une frappe, dans un premier temps contrée, qui va ensuite heurter la transversale de Julien Fabri. Bourg-en-Bresse recommence à souffrir, mais ne rompt pas : match nul dans la fraîcheur savoyarde.

FC Sochaux-Montbéliard 0-0 RC Lens



Duel d’anciennes gloires de Ligue 1 entre le relégable Sochaux et l’ambitieux Lens, qui souhaite le plus vite possible quitter l’antichambre de l’élite. Mais finalement, on assiste à la purge de ce multiplex, avec presque aucune occasion au stade Bonal. Ça sent, ça pue même la virginité au niveau des conclusions. Et on ne s’y trompe pas : Sochaux et Lens repartent dos à dos avec le point du match nul, qui, pour le coup, n'était vraiment pas génial. Non, on est mauvaise langue : Sochaux a failli tromper la vigilance de Jérémy Vachoux à deux reprises en toute fin de match. Mais a failli, seulement.

Stade brestois 29 0-1 Red Star FC

But : Pierrick Cros (61e) pour le nouveau troisième de Ligue 2

Clairement, pendant près d’une demi-heure, on n'est pas loin de faire un petit somme à Francis-le Blé, jusqu’au moment où Anatole Ngamukol, attaquant audonien, va se croire dans un running gag : après une frappe contrée par le portier adverse, le ballon revient dans ses pieds et voit le but totalement vide. Mais la taupe bretonne l’empêche de terminer son action et permet par miracle à Brest de rester à hauteur du prétendant au podium. Hartock va ensuite voir un coup franc adverse frôler son montant droit avant la fin de la première mi-temps. Une situation qui va perdurer après le retour au vestiaire, avec Naim Sliti qui touche du bois sur un coup franc à l’entrée de la surface. Le Red Star domine largement le Stade brestois, mais n’arrive pas à concrétiser cet avantage au tableau d’affichage. Mais à force de souffrir, Brest craque : à l’heure de jeu, Pierrick Cros place sa tête sur un centre de Rémy Amieux et trompe enfin le portier Joan Hartock. Logiquement, le Red Star prend l’avantage. Les Franciliens assurent ensuite leur avantage au score, pour monter pour la première fois de la saison sur le podium.

Stade lavallois Mayenne FC 2-2 Dijon FCO

Buts : Malik Couturier (56e) et Rachid Alioui (61e) pour Laval // Frédéric Sammaritano (26e s.p.) et Christopher Julien (32e) pour Dijon

Un match clair-obscur. On s’ennuie ferme pendant 20 minutes à Laval, avec un leader dijonnais qui n’arrive pas à prendre le dessus sur son adversaire. Mais Anthony Goncalves, capitaine des locaux, va malgré lui aider les visiteurs en écopant de deux jaunes en seulement 7 minutes. Le Stade lavallois va donc devoir jouer plus d’une heure à dix. Et malheureusement, cette infériorité va se ressentir quelques secondes plus tard, avec un tacle de Couturier très mal senti sur Diony qui permet à Dijon d’obtenir un penalty. Sammaritano ne se fait pas prier et permet à son équipe de prendre l’avantage. Forcément, après l’ouverture du score, le DFCO souhaite rapidement faire le break face à son adversaire réduit à 10 : un vœu exaucé par Christopher Jullien, qui envoie un coup de casque dans les filets du Stade lavallois. À noter la passe décisive de Sammaritano, auteur d’une prestation plus qu’intéressante pendant le premier acte. Le leader semble donc à l’abri pour le reste de la partie, mais Baptiste Reynet, pas assez concentré avant l’heure de jeu, n’arrive pas à attraper le cuir sur un coup franc et laisse Malik Couturier réduire l’écart. Le Stade lavallois reprend espoir. Mieux, le Stade lavallois égalise dans un match totalement fou. Rachid Alioui, en renard, intercepte une passe au niveau de la ligne médiane et fonce au but pour tromper en face à face le portier dijonnais. Le match sent la poudre, Laval souffre, Dijon pousse, et finalement, l’arbitre vient mettre un terme à ce combat. Très beau match à Francis-le Basser, avec l’abnégation des locaux récompensée par un point.

Tours FC 1-0 Valenciennes FC

But : Geoffrey Malfleury (24e) pour le Tours Football Club

Un but, rien d'autre. Tours, grâce à un Malfleury qui avait manqué une belle occasion quelques minutes auparavant, va rapidement se racheter avec un cafouillage style « Ligue 2 » qui lui permet de transpercer Damien Perquis. Sur sa deuxième action dangereuse, Tours punit les Nordistes, qui n’arrivent pas à s’introduire dans la surface locale. Un but qui vient camoufler une rencontre pas vraiment folle, où les Tourangeaux préserveront tranquillement leur but d’avance : Tours s’impose face à Valenciennes et conforte sa place dans le ventre mou de cette Ligue 2.

  • Résultats et classement de Ligue 2

    Par Matthieu Guillot
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Pourquoi faire un résumé de ces purges ? Ça n’intéresse personne, ne vous sentez pas obligé de parler de ce championnat de pieds carré.
    opiumvecteur Niveau : District
    Le Red Star c'est Beauvais, c'est Beauvais
    Boaz Solossa superstar Niveau : DHR
    Merci à l'auteur de ce compte rendu
    Message posté par Shin Beth
    Pourquoi faire un résumé de ces purges ? Ça n’intéresse personne, ne vous sentez pas obligé de parler de ce championnat de pieds carré.


    @Shin Beth : ce qui me ferait plaisir, c'est que quelqu'un comme toi soit supporter d'un truc comme le PSG.
    En plus, ton pseudo colle carrément la gerbe.
    Aldo Raine Niveau : DHR
    Moi perso je suis ravi de ce résumé des matchs de Ligue 2 et les clubs aux pieds carrés t'emmerdent.
    Par contre, une faute qui démarre avant la surface peut très bien donner penalty selon là où elle finit. Le fameux "début de la faute" est une erreur que les journalistes font trop souvent.
    Pour finir, j'ai bien peur que ça se complique fortement pour Lens. Heureusement, ça semble s'arranger niveau gestion avec le rachat par Maquet.
    Conventionnel Niveau : District
    Merci So Foot de ne pas oublier notre ligue 2 si cher à nos petits coeurs fragiles.
    Message posté par Shin Beth
    Pourquoi faire un résumé de ces purges ? Ça n’intéresse personne, ne vous sentez pas obligé de parler de ce championnat de pieds carré.


    Si tu kiffes pas, tu cliques pas et puis c'est tout !
    Trou de balle, les footeux aux pieds carrés font parfois vibrer plus que certains cadors de L1. Mais les footix veulent du clinquant et de la star et s'etonnent d'etre considérés comme des vaches à lait par les clubs pré cités.
    Pour un football populaire, notre passion n'a pas de division comme le dirait nos amis lensois !
    Pourquoi tu te fais chier a poster sur la page du championnat des pieds carrés ? casse toi tu pues.

    Et allez auxerre
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    853 8