1. //
  2. //
  3. // Lille-St-Étienne

Michel, c'est tout

Ce vendredi soir, contre Saint-Étienne, Michel Seydoux va refermer le chapitre de quinze années de présidence au LOSC. L'un des dinosaures de la Ligue 1 laisse le souvenir d'un dirigeant paternaliste, qui a construit et conduit son club au sommet.

Modififié
Une punchline. Des mille façons de tirer sa révérence, c'est la vanne qu'a choisie Michel Seydoux pour refermer quinze années de présidence au LOSC. En un tweet, il a tout officialisé. On peut presque le visualiser en train d'envoyer son message : dans son bureau de Luchin ou dans les locaux d'un cabinet d'avocats parisien, document final signé, closing terminé, mains serrées, il recule légèrement son siège, attrape son smartphone et donne la primeur de l'information d'une formule bien sentie. L'instant d'avant, il était tout à la procédure de cession. L'instant d'après, il est ailleurs. Soit l'image d'un homme guidé par les émotions, doux en apparence, dur dans les affaires. Un homme qui restera pour longtemps le plus grand président que le LOSC moderne ait connu.

Parachutage, maçonnerie et Sterjovski


En 2001, Jacques Chirac est encore président de la République quand un parachuté atterrit à Lille. Parisien de naissance, producteur de cinéma par passion et introduit dans le football à Lyon – où il siège dans le conseil d'administration de l'OL à l'invitation de son frère Jérôme depuis 1999 –, Michel Seydoux ne connaît pas grand-chose au foot nordiste quand il débarque dans les Flandres. Tout juste sait-il deux choses : le football est un spectacle, et le LOSC un produit sous-développé dans un bassin de population important. Il y a des clients et du boulot, alors Seydoux, qui recherchait un investissement à faire fructifier, s'y met. Le temps d'un apprentissage auprès de Francis Graille et Luc Dayan qui viennent de privatiser le club, et Michel le portefeuille minoritaire peut devenir Seydoux le patron majoritaire. Nous sommes le 24 avril 2002, à l'aube d'un règne de quinze ans.

Pour sa première à domicile, le 4 mai, le patron voit Mile Sterjovski lui offrir son premier but de président, pour une victoire de prestige contre le PSG et une 5e place au classement final de la dernière Division 1. Mais ce que le nouveau propriétaire remarque aussi, au-delà de la réussite du groupe façonné pendant quatre ans par un Halilhodžić sur le départ, c'est que ce LOSC n'a aucune base solide sur laquelle construire. Alors il va s'entourer de besogneux, Claude Puel en tête, et bâtir pierre après pierre. Que la première saison de coach Puel s'achève sur une triste 14e place ne l'inquiète pas plus qu'elle ne l'impatiente. Il est là pour longtemps, il a une stratégie et des étapes à respecter. Avec, au bout, un club qui n'aura plus rien à voir avec ce qu'il était quinze ans auparavant.

Les plans quinquennaux


Si Michel Seydoux Fornier de Clausonne n'a rien de communiste, son bilan à la tête du LOSC s'égraine comme autant de plans quinquennaux. Cinq ans pour inaugurer un centre d'entraînement, cinq ans pour entrer dans un nouveau stade, cinq ans pour refiler le bébé. 13 décembre 2007, 17 août 2012, 13 janvier 2017. Trois dates-clés du Seydoux de l'ombre, visionnaire au moment de relever la vieille ferme abandonnée qu'est Luchin en 2002, obstiné lorsqu'il s'agit de défendre le projet Grimonprez-Jooris II, puis de changer son fusil d'épaule et de patienter au Stadium-Nord jusqu'à la sortie de terre du Grand Stade. Patient, encore, quand la succession prend un temps inattendu, entre tergiversations du milliardaire belge Marc Coucke et offres hasardeuses. Jusqu'à l'annonce surprise, le 16 octobre dernier, des « négociations exclusives » entamées avec Gérard Lopez, pour finalement arriver à une 721e et dernière rencontre en tant que président du LOSC ce soir, face à Saint-Étienne.

Il y a les vestiaires, et puis il y a le terrain. En partant, Seydoux laisse derrière lui des dates mythiques à l'échelle lilloise : la victoire signée Aćimović contre Manchester United en 2005, les buts d'Odemwingie et Keita pour faire tomber l'AC Milan à San Siro en 2006, ou encore l'élimination houleuse contre Manchester United en 8es de finale de Ligue des champions cette même année. En quinze ans, Seydoux comptabilise un joli total de neuf campagnes européennes pour 92 matchs joués. Mais le climax de son aventure lilloise se situe bien évidemment entre le 14 et le 21 mai 2011. En deux soirées parisiennes, au Stade de France puis au Parc des Princes, Seydoux dépoussière une armoire à trophées qui n'avait vu passer qu'une malheureuse Intertoto – sous sa présidence, déjà – depuis la dernière Coupe de France en 1955. Il entre définitivement dans l'histoire du LOSC.

Football, huîtres et Depardieu


Depuis, tout a changé pour Seydoux. Les concurrences nouvelles mettent à mal son modèle économique basé sur des qualifications régulières pour l'Europe, modèle déjà affaibli par le même mal ayant touché Bordeaux deux ans plus tôt, à savoir l'inflation de la masse salariale. Et puis, Seydoux a moins envie. Il annonce son désir de vendre, de passer à autre chose. Il a mené son projet à bien, et même à mieux, il peut prendre sa plus-value et tourner la page, ou la scène suivante. Car si Seydoux est un homme d'affaires accompli, parmi les meilleurs vendeurs de France sur la période, c'est aussi un artiste, un esthète et un gourmet. Celui qui a produit Depardieu dans Cyrano de Bergerac, les films de Mikhalkov ou ceux de Resnais, va pouvoir s'en retourner à ses premiers amours. La production donc, ainsi Jodorowsky's Dune sorti en 2016, mais aussi la gastronomie avec son restaurant Gaya rive gauche, parce que « c'est pas con, l'huître à 17h. Avec un bon petit blanc, c'est pas con » . Ou encore l'art, qu'il avait fait entrer à Luchin en même temps que le grand public le temps d'une exposition de street art sur des pans du mur de Berlin. Car c'est cela, Michel Seydoux : un touche-à-tout passionné, avec l'émotion pour principe directeur. Ce soir, quand tout un stade va saluer un président paternaliste, il va être servi.

Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

saucissonbière Niveau : CFA2
Je suis assez d'accord avec l'article: Seydoux avait ce côté visionnaire patient.

Par contre, une remarque: le modèle de la qualification européenne chaque année existait bel et bien. Mais en parallèle, le club vendait chaque année (ou presque) ses meilleurs joueurs. Afin, je pense, d'équilibrer les comptes et d'éviter l'inflation de la masse salariale.

Mais, de fait, cela affaiblissait le club. Comment peut-on vendre Bodmer, Makoun, Keita, Hazard, Kjaer, Chedjou, Boufal, Digne, Rami et d'autres tout en continuant à être ambitieux...

Avec des potes on imaginait la réaction du président lorsqu'un jeune faisait 3 bons matches d'affilée... "Traoré ? ON VEND ON VEND !".

ça laisse un petit goût amer.
Marcelo Bistro Niveau : Loisir
Un escroc, issu d'une famille d'escrocs.
Mais sympathique.
1 réponse à ce commentaire.
Ce qu'il a fait de mieux c'est sa grande niece.

Oui bon et le doublé avec Lille, ce qui etait bien chouette vu que je vivais dans cette belle ville a l'epoque.

Bref merci tonton pour Michel Bastos, l'imbrobable titre, la CL reguliere, et une equipe franchement sympa.
JürgenKlinsmann Niveau : District
Ce qu'il a fait de mieux, c'est son grand neveu !
1 réponse à ce commentaire.
Cafu crème Niveau : Ligue 2
Ça s'est terminé un peu en jus de boudin les dernières années mais la photo d'ensemble est magnifique si on regarde avant/ après.

Des titres, du jeu, une réputation de club sympa, un nouveau stade, le domaine de Luchin, des bons coups, des planches pourries revendues à prix d'or et de vraies personnalités. Une suprématie régionale revenue à Lille aussi, dans une terre de foot comme le Nord ça n'a pas de prix de pouvoir gentiment toiser les voisins.

Je souhaite le meilleur au Losc mais ce sera compliqué de faire mieux et ce à tous les niveaux.
Bel hommage qui resume parfaitement ma pensee.
Il a structure le club, l'a modernise, lui a offert un titre de champion, quelques perfs europeennes sympa.
Quand on se souvient du LOSC des 80's/90's qui faisait le yoyo entre seconde et premiere division, le travail est immense.
Je rajouterai que j'ai toujours admire sa mesure, sa ponderation, sa pedagogie a l'heure ou tout n'est qu'outrance, culte de l'instantane et provocation gratuite.

Chapeau (sans mauvais jeu de mots).
Audenchiasse Niveau : DHR
Finalement en lisant ton message je me rends compte que Lille n'est jamais qu'un Stade Rennais qui aurait réussi
2 réponses à ce commentaire.
Jouer avec Heskey comporte des risques Niveau : District
Bel article. Une question me taraude cependant: Michel, c'est d'où ?
Strapontin21 Niveau : CFA2
C'est lavé avec mir laine
Le mec il cadre ses blagues comme Heskey
Jouer avec Heskey comporte des risques Niveau : District
Sinon j'avais aussi Michel Seydoux Keita, j'ai longuement hésité
7 réponses à ce commentaire.
Stephane_Guivar'ch Niveau : CFA2
Michel Seydoux, c'est aussi le type qui avait pour ambition de produire le Dune de Jodorowsky !
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : National
l'ambition de faire produire Dune par les ricains plutôt
Stephane_Guivar'ch Niveau : CFA2
C'est Seydoux qui a monté le projet, qui est allé chercher Jodorowsky, donc à mon sens c'est lui le producteur.

A l'époque, les studios américains étaient plus des investisseurs, qui donnaient le pognon (ou pas), mais sans intervenir plus que ça dans le processus créatif.
Stephane_Guivar'ch Niveau : CFA2
Je viens que l'article parlait déjà de Dune en fait, mais je ne l'avais point vu...

De rien pour ce moment génânt, je suis même pas saoûl en plus !
3 réponses à ce commentaire.
Note : 1
Article sympathique, je n'avais pas vu la présidence de Seydoux en 3x5 ans, marqués par Luchin et l'entrée dans le grand stade. C'est assez intéressant.

Pour qualifier les 5 dernières années, on peut dire que c'est la lente descente aux enfers et donc un point noir qui ternit les 10 premières années formidables avec notamment l'hiver 2009-2010 où on en plantait 3 ou 4 à chaque match (ahlala ce kiff à l'époque).

Ces 5 dernières années peuvent être mises sur le compte de la mauvaise gestion mais également du rapport de force entre Seydoux et Garcia qui a basculé en faveur du dernier avec le doublé 2011.
Garcia a ainsi imposé de garder des joueurs à tout prix et demandé des recrutements onéreux (MM, Kalou, Payet, Roux, etc.), ce que Seydoux a accepté, au prix d'une balance financière déséquilibrée, d'ambitions surestimées et de dépendance aux qualifications européennes.

Aujourd'hui, on le paie encore. Malgré tout, les structures du clubs sont saines avec notamment un centre d'entraînement et de formation construit pour durer ainsi qu'une équipe expérimentée (autant au niveau formation que gestion générale du club).

Comme une dette se maîtrise mieux lorsqu'on a des actifs sur lesquels se reposer, je ne me fais pas trop d'inquiétudes pour la suite.

Et tout ça, c'est essentiellement grâce à Papy. Un grand merci à monsieur Seydoux et à son travail qui nous a fait devenir un club majeur de ligue 1.

Bisous à toi sur ton portefeuille et sur ta moustache (qui nous manque déjà).
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : National
Girondins 2009, OM 2010 et LOSC 2011: comme un point commun dans la gestion de l'après-titre. D'ailleurs, les 3 clubs ne s'en sont toujours pas remis sportivement. Si Montpellier avait pris le même chemin, ils seraient en National aujourd'hui
j'ai failli évoqué ce parallèle, effectivement, la gestion de l'après-titre est assez difficile pour les clubs de Ligue 1, qui veulent se servir de ce dernier pour prendre une nouvelle dimension. Y a un dossier à faire là-dessus d'ailleurs (coucou SoFoot).
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : National
Bah à la limite, le jeu en valait la chandelle, au moins à l'époque il y avait un minimum d'ambition, les 1/4 de la CL voire mieux. Aujourd'hui quand on voit l'OL viser les 1/8 ou 1/4 de l'Europa League, ça fait mal
Audenchiasse Niveau : DHR
Ce qui a plombé ces trois clubs c'est qu'ils ne pouvaient pas prévoir que QSI et Rybolovlev allaient débarquer et réserver 2 sièges en C1 chaque saison...et les priver des 30 millions nécessaires à leur équilibre économique. On ne souligne pas assez à quel point ces deux clubs ont mis Bordeaux, l'OM, le LOSC et l'OL sous assistance respiratoire durant plusieurs années !
crabunjourcrabtoujours Niveau : National
Tu as un peu raison sur l'après-titre (après est-ce réellement de la faute de Garcia ?)

Moi je pense aussi qu'il a mal anticipé et géré le grand stade, et était bien trop optimiste sur son apport. ce qui a plombé l'économie du club.

Et pour finir, Girard était un mauvais choix aussi. à court terme ça passait, mais on voit aujourd'hui les séquelles sur le jeu que j'attribue à l'époque Girard et cela fait 5 ans qu'il n'y a plus de jeu offensif à Lille.

Sinon, je vous rejoint tous, le tableau est très bon, Président intelligent, fin, drôle, nuancé, mesuré et élégant.

J'ai peur à cause de Lopez, mais je fais confiance à Seydoux
5 réponses à ce commentaire.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
La photo avec le chapeau, c'est Groucho Marx?
prtcl2x89 Niveau : CFA2
"un point Seydoux, un point c'est toi"

oui clairement je suis pas dans un grand jour...

jamais trop suivi le LOSC, mais ce club a quand même bien profité de son implication. d'autant plus que les meilleurs joueurs lillois étaient régulièrement pillés par Lyon en premier mais aussi le PSG (dans mes souvenirs de mi-2000), donc un club qui aura vraiment eu du mérite sous sa présidence. bon vent Mr Seydoux !
Ce commentaire a été modifié 3 fois.
Jean Culassec Niveau : CFA
Damn, j'essaye de poster une photo d'Indiana Jones, en vain.
TonyGo(Go)al Niveau : Loisir
Si vous comprenez mon pseudo, vous comprendrez mon point de vue ;-)
Le Lille de Seydoux, c'est aussi celui de la mise à mal des valeurs nordistes, de l'entraide et du partage. Si je ne peux (malheureusement) pas contester la supériorité régionale actuelle du LOSC, je relève que celle-ci s’est bâtie, en partie, sur des campagnes européennes plutôt réussie dans les années 2000, jouée, « à domicile », a BOLLAERT.
En effet, malgré un contexte d’adversité régional, le RC Lens avait accepté de laisser son stade à disposition du club adverse local pour qu’ils puissent jouer ses matches européens dans la région, par deux fois ! (Imaginez un tel service rendu entre Lyonnais et stéphanois…)
Or, lorsqu’en 2014-2015, Lens s’est trouvé en situation délicate (on ne va pas revenir sur ces sombres années azéries…), et que son stade a dû être fermé pour cause de travaux « Euro 2016 », ce brave président Seydoux, plutôt que de renvoyer la balle et de tendre la main à son adversaire alors en difficulté, s’est, au contraire, fermement opposé à ce que Lens puisse jouer une partie de ses matchs de ligue 1 au Stade Mauroy.
Alors, Michou, je peux te le dire : depuis lors, tu restes pour moi la pire des fripouilles (oui, soyons précis dans les termes), et je fais le vœu que ton départ constitue le début d’un nouveau cycle : celui du retour, au premier plan régional, du vrai club populaire de la région, capable de drainer plus de supporters en ligue 2, que toi et ton (ex)club en ligue 1, dans ton stade Mauroy trop grand, trop vide, et trop cher…
Et toc ;-)
Note : 4
Ah oui c'est vrai ! Merci au RC Lens, grâce à qui le LOSC est devenu le club qu'il est. Sans Martel et ses scuds en instances, barrant et faisant chier le LOSC dès qu'il pouvait, le LOSC ne se serait pas obligé à avoir les reins solides et aurait pu virer dans le grand n'importe quoi sportif. Merci à Lens de nous avoir également montré la voie à ne pas suivre :)

Pour l'histoire du stade et du prêt, j'espère que tu n'as pas 18 ans et que tu n'es pas sans savoir que lors des fameuses C1 jouées à Bollaert, Martel a usé et abusé de sa position de force : coûts de location exorbitants, exploitation totale du stade impossible notamment concernant les loges, prestataires de services imposés par Martel - des entreprises tenues par les copains du poivrot-, services de sécurité imposés et défaillants, ce qui fait que le LOSC a perdu du fric dans ses campagnes européennes et a bien plus galéré qu'à jouer au SDF et Seydoux a dit "plus jamais d'affaires avec Martel". Il a tenu parole. Point. L'arroseur arrosé, tout ça tout ça...
toi tu as bien compris son pseudo.
Le forum n'est pas là pour régler de vieilles querelles impossibles à régler mais de quelles valeurs nordistes parles-tu? Il ne suffit de s'autoproclamer meilleur public de France, club familial et partageux pour que le rêve devienne réalité. Lens n'a jamais fait de cadeau au losc. Pour suivre les dogues depuis 1986 et avoir très fréquenté Bollaert pour les derbys nordistes (Lille, VA,Dunkerque ou Boulogne) pour savoir que c'est un folklore inventé. Faut-il rappeler les boulons jetés sur nous quand nous étions en tranin? Les sifflets, les silences ou les insultes quand votre propre équipe dejouait?
3 réponses à ce commentaire.
spacieux_rituel Niveau : CFA
Au revoir président... :(
Seydoux Où t'as mis les sous???
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 1 heure Le bonbon de Malcom 5 il y a 2 heures Le lob fou de Fekir 18 il y a 7 heures Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10 il y a 8 heures Les ultras allemands répondent à la DFB 13
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
il y a 10 heures Trezeguet bouscule Beşiktaş 22
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 26 Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 9 jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2