1. //
  2. // Copa Libertadores

Gerardo Bedoya : carton plein

Oubliez Falcao, James Rodríguez ou Jackson Martínez. Si un joueur colombien survole sa discipline actuellement, il s'agit de lui : Gerardo Bedoya, 37 ans, et 43 expulsions au compteur. Un record mondial intouchable qu'il a conforté mardi en demi-finale de la Copa Libertadores.

Modififié
82 22
Un délinquant récidiviste. Incorrigible. Si Gerardo Bedoya comparaissait devant un tribunal à chaque fois qu'il commettait un délit crampons aux pieds, le juge lui adresserait un « encore vous » fataliste, puis le condamnerait, tout en sachant qu'il ne tardera pas à revoir ses cheveux mi-longs et ses mèches blondes rebelles devant son estrade. Bedoya est un cas désespéré. Alors que le milieu défensif vit sans doute à 37 ans les derniers instants d'une carrière aussi décousue que celle de Xavier Gravelaine, il ne cesse d'alourdir un casier chargé comme Depardieu rentrant d'un apéro à Moscou.

Mardi soir, Gerardo Bedoya jouait un match capital avec l'Independiente Santa Fe, le club où il stationne depuis 2011. Une demi-finale de Libertadores sur le terrain de l'Olimpia. Le genre de rencontre où une mauvaise réputation comme la sienne ne peut qu'engendrer des provocations et où l'âpreté des contacts relève de la chausse-trape pour ce fougueux milieu défensif. Au Paraguay, Bedoya n'a pas su résister à la tentation. Une biscotte dès la 27e, la première du match. Puis, alors que l'arbitre s'apprête à siffler la mi-temps, le Colombien commence à échanger quelques mots avec le meneur de jeu d'Olimpia, Juan Manuel Salgueiro. Bedoya n'en reste évidemment pas au stade des mots, et vient chercher le corps à corps. Un coup de pectoral plus tard, il est expulsé. Carton rouge direct pour Salgueiro et lui. Le 43e de sa carrière.

L'expulsion de Bedoya en Libertadores :

Youtube

En septembre 2012, Bedoya s'était trouvé au cœur d'un scandale en Colombie. Lors d'un derby de Bogota, entre Millonarios et Santa Fe, autre match à haute tension, le Général, son surnom, envoie son coude dans le visage de Jhonny Ramirez, puis, une fois sa proie au sol, s'essuie les crampons sur son front. La Fédération colombienne ne fera pas dans la magnanimité et suspend le multi-récidiviste pour quinze rencontres. Mises bout à bout, les suspensions de Bedoya écopées depuis le début de sa carrière couvrent une période de deux ans. L'image déplorable du milieu défensif et les risques de le voir rechuter ne découragent cependant pas l'Independiente Santa Fe. Le club de Bogota renouvelle son contrat qui prenait fin au 31 décembre 2012. La raison ? Simple : Bedoya est un bon joueur, et même un très bon.

Le rouge de la honte :

Youtube

Milieu défensif rude et hyperactif, Bedoya pèse dans l'entrejeu. Grand combattant, le Colombien sait aussi se montrer décisif quand il s'aventure aux abords de la surface. Bedoya a inscrit plus d'un but pour le Deportivo Cali, le Racing Avellaneda, les Millonarios Bogota, quelques-uns de ses nombreux ex-employeurs. Il a aussi fait trembler les filets en sélection. À trois reprises, en 49 capes. En 2001, l'ennemi public numéro a même traversé en titulaire la Copa América remportée par la Colombie. Bedoya est un homme surprenant. S'il se plaît à défigurer ses adversaires, le Général prend particulièrement soin de lui. Passages réguliers chez le dentiste pour se faire blanchir les dents et dans les boutiques de luxe. Bedoya a également recours aux services d'un conseiller en image qui lui indique quand se teindre ses mèches blondes. Ne ferait-il pas mieux d'engager un bon avocat ?

But de Bedoya contre River Plate :

Youtube


Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

georgesleserpent Niveau : Loisir
Cyril Rool likes this !
L'essuyage de crampon est quand meme assez classe !
Mark Van Bommel à côté est un vulgaire figurant !
Fredinhovic95 Niveau : Ligue 2
Finalement Nigel De Jong est un petit joueur niveau brutalité
Jack_Will_Cheer Niveau : Loisir
Quand De Jong et Pepe l'appelent "Monsieur" avec admiration !
Note : 1
la "garra" sud-américaine :)
à quand un article sur Christian Benitez ?
ça va on le sait tous que c'est un "bon" coach ...
Stan Key Lubric Niveau : CFA
Bon, on en parle du PSG ou bien? On est où là?
J'adore le petit coup de pied sec sur la tête du joueur à terre, genre il vérifie que le mec est bien mort!
Gareth Root Bale Niveau : Loisir
Désolé, j'ai pas tout suivi, mais au final Ya du Bedo ou pas ??
Qu'est ce que c'est bon de voir du foot old school dans dans le capitalofoot éthéré d'aujourd'hui. Doit pas faire bon être 10 dans léquipe d'en face.

Perso, j'aurais des gaz nerveux avant de rentrer sur le terrain avec un boucher 5 étoiles pareil.
footrockeur Niveau : Loisir
L'arbitre qui saute de joie sur la dernière vidéo est quand même légendaire ...
Je prends un Pat' Vieira, j'additionne avec un Cyril Rool et je rajoute un zeste de Di Meco. Secouez bien le tout et vous obtenez un Bedoya !! Pas un Bedo de Ya, un Bedoya !! 43 cartons rouges... Saloperie de coke...
Le numero 2 en bleu, c'est le genre de mec qui a le physique pour jouer le dimanche matin en 3eme division district soyons un peu serieux
Inoubliable ce but pour le Racing, champion pour la dernière fois de son histoire en 2001, en même temps que l'Argentine s'effondrait dans la crise économique. Une équipe de bras cassés mais avec un coeur gros comme ça. Bedoya jouait latéral gauche si je me souviens bien. Souvenirs, souvenirs.
Il en avait peut-être marre de lire les flocages des joueurs adverses, donc du coup il découpe tout le monde.
ibsisgeox14 Niveau : Loisir
Secouez bien le tout et vous obtenez un Bedoya !! Pas un Bedo de Ya, un Bedoya !! 43 cartons rouges... Saloperie de coke...
Putain* mais j'ai presque envie de lui dire d'y aller plus franchement dans ses contacts. Autant qu'il pète du tibia et qu'il mette des tartes, tel un Vinnie Jones.

Là sur la première vidéo j'ai envie de mettre une grande tarte à Salgueiro tellement il fait la pute* à tomber par terre.
Et puis la deuxième, une horreur aussi : okay le coup de coude est impardonnable, mais il écrase pas non plus ses crampons sur la face du type, qui lui par contre fait 74 roulades... Respectez-vous un minimum quand vous prenez un tampon !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
82 22