Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Ron Vlaar et la manière

À 35 ans, Ron Vlaar a dit stop et vient de tirer un trait sur une carrière débutée et achevée à Alkmaar. Dans sa jolie boucle bouclée, le défenseur central néerlandais a connu quelques zigzags, mais « Ron Beton » a surtout trouvé la quadrature du cercle lors de sa formidable Coupe du monde 2014, achevée à la troisième place avec les Oranje.

Modififié
C'est hélas souvent le lot des hommes de l'ombre qui se prennent la lumière des projecteurs d'une Coupe du monde en pleine face. À 29 ans, en 2014, pas grand monde n'attend grand-chose de Ron Vlaar. Pas grand monde n'attend de toute manière grand-chose des Pays-Bas, en pleine reconstruction dans leur façade arrière. Hérésie nationale, le sélectionneur Louis van Gaal opte même pour un système à trois centraux. Un système dans lequel Vlaar est censé apporter un brin d'expérience et de roublardise à deux jeunes oiseaux de 22 ans, Stefan de Vrij et Bruno Martins Indi (tous deux de Feyenoord). La star, c'est le système. Mais le système va aussi avoir sa star.

22, Vlaar le flic !


Des stars, il y en a pourtant encore de beaux morceaux chez les Oranje. L'incassable trio Sneijder-Robben-Van Persie occupe toujours le devant de la scène et rappelle, lors de la mémorable raclée en ouverture contre le champion du monde en titre espagnol (5-1), que leur magie peut resurgir à tout moment. Mais alors que les matchs couperets se dessinent, on se rend vite compte que la baguette des magiciens n'a plus de sorts à distribuer. Et s'il y a bien un sorcier pour mener le combat contre les forces obscures, c'est Ron, le fidèle compagnon de l'ombre, qui fait régner la loi dans le dos des Harry.


Xavi, Iniesta, David Silva, Diego Costa ? Impuissants pour tromper la vigilance de « Ron Beton » , qui laisse « Air Van Persie » et « la fusée Arjen » récolter les lauriers face à la Roja, alors que la performance défensive des Oranje aurait aussi mérité tous les honneurs. Après une grosse frayeur contre l'Australie (3-2) à la suite de l'exploit, Vlaar sonne la fin de la récréation : les Pays-Bas n'encaisseront plus qu'un but (en cinq matchs) sur leur chemin jusqu'à la troisième place.




Sa demi-finale face à l'Argentine (0-0, 2-4 t.a.b), notamment, est un chef-d'œuvre du genre. Face à lui ? Lionel Messi. Vu que le génie du Barça se débarrasse facilement de ses petits copains, l'immense Vlaar est appelé à jouer les pompiers de service. Et là, « la Pulga » vaut vraiment son surnom. Colossal, le roc d'Aston Villa se dresse inlassablement sur la route de Messi, à base d'interventions bien senties, de grands coups d'épaule et de tacles de mammouth. Le nombre de duels qu'il a perdus face au mage du Barça et ses disciples, ce soir-là, se compte sur le bout des doigts. L'hôte brésilien subira le même sort lors de la petite finale (3-0). Et si les mauvaises langues préférent retenir son tir au but manqué contre l'Argentine, précipitant l'élimination des siens, « Ron Beton » aura laissé une trace pour toujours dans le cœur des Néerlandais, qui avaient perdu la sensation d'être couvés par un tel chef de défense.


L'héritage de Vlaar


Miné par les blessures (une rupture des ligaments croisés, notamment, qui plombe son transfert à la Lazio juste après le Mondial) et englouti par le contrecoup de son exploit, Vlaar ne réussira pas à enchaîner. Et c'est finalement à cause de son corps qu'il est forcé de tirer sa révérence à l'AZ. Mais l'essentiel est ailleurs : dans une vision romancée de l'histoire, celui qui n'a connu que trois clubs (Alkmaar, Feyenoord et Aston Villa) peut être considéré comme un pionnier. Le poste de défenseur central « sale » n'a jamais été perçu comme sexy aux Pays-Bas, libéros flamboyants à la Ronald Koeman et exception à la Jaap Stam mis de côté. Mais lui, le quasi-trentenaire dégarni à la tronche de taulard, à la dégaine de gorille et aux pieds carrés, a contribué à lui redonner une place singulière dans la patrie orange.


Vous avez un physique encombrant et peu de délicatesse avec le ballon ? Pas grave, jeunes footballeurs néerlandais, c'est ainsi que Ron Vlaar a dévoré Messi un soir d'été brésilien. Et sans même employer la méthode forte, comme ce fut le lot des bouchers oranje lors de la précédente Coupe du monde. En contemplant l'état flamboyant de la défense néerlandaise aujourd'hui (Van Dijk, De Vrij), et avec des malabars qui font avant tout la loi dans le duel (De Ligt, mais aussi le Lillois Sven Botman), « Ron Beton » a bien le droit de se dire qu'il a ouvert la voie et que, quelque part, c'est un petit peu grâce à lui.

Par Douglas de Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
il y a 1 heure La justice donne raison à Canal contre beIN, la LFP réagit immédiatement 22
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
il y a 9 heures Football Manager intégrera bientôt le foot féminin 37
il y a 10 heures Libertadores : l'Olimpia Asunción sort l'Internacional aux tirs au but 12
À lire ensuite
Domenech, dry january