Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 22 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // 32es
  3. // Grenoble-Monaco

Quand la Vitréenne défiait l'AS Monaco

En attendant que clubs pros et amateurs puissent cette année de nouveau se croiser au prochain tour... Vainqueur de la deuxième édition du « tournoi interactif de clubs amateurs qui n'ont plus rien à jouer à cause de ce putain de Covid-19 » organisé par le Vrai Foot Day, la Vitréenne FC (Régional 2) compte également quelques coups d'éclat sur le terrain à son actif : en 1995, la formation bretonne - alors en septième division - se hissait en 32es de finale de Coupe de France pour défier l'AS Monaco au stade de la route de Lorient devant 15 000 personnes. Un grand moment, malgré la défaite au bout (0-5), et beaucoup d'histoires à raconter.

Modififié
« Si c'était à refaire, je préserverais bien plus l'équipe et moi-même. » Aujourd'hui président du « collège des autres acteurs du football » à la FFF, mais aussi représentant des clubs nationaux au sein de la Ligue de Bretagne, Pierric Bernard-Hervé n'a jamais eu peur de jongler entre les casquettes : à la Vitréenne FC, il a débuté en tant qu'entraîneur-joueur, avant de troquer les crampons quelques années plus tard pour prendre la tête du club, tout en gardant les rênes de l'équipe sur le terrain. Autant dire que durant le mois de janvier 1995, au moment du « match le plus marquant » de l'histoire de son club face à l'AS Monaco, le coach-président PBH a eu peu de temps pour lui. « Il y a deux clubs à Vitré (l'AS Vitré évoluait en National 2, NDLR), nous on était le petit, se remémore-t-il. On manquait de moyens et de bénévoles, ça n'était pas facile. »

Incruste à la Fédé et canular sur le Rocher


Lors de cette saison 1994-1995, la Vitréenne reste sur quatre montées consécutives jusqu'en DSR lorsque débute son épopée en Coupe de France. Les Bretons terrassent la TA de Rennes aux tirs au but, Rostrenen (3-1) ou encore Rezé (7e division, 4-1) pour s'ouvrir le chemin d'un premier 32e de Coupe de France, eux qui ne deviendront une équipe de coupe que bien plus tard (quatre autres 32e par la suite). « Un tableau assez clément » , concède celui que l'on surnomme « Wallis » pour son enfance passée en outre-mer. À l'occasion du tirage, on voit les choses en grand : « On avait le droit à deux invitations, on est monté à douze à Paris avec tous les bénévoles de la buvette, on avait loué deux mini-bus. Je me suis débrouillé, je connaissais un peu de monde à la Fédé, on est rentré par des portes adjacentes. Je pensais qu'on n'y retournerait jamais, il fallait marquer le coup ! » La joie de voir sortir le nom d'une grosse équipe de première division, Monaco, les joueurs l'ont eux vécue à domicile au Piano Bar : « Le repaire de la Vitréenne » comme l'explique Yannick Vallée, défenseur central de cette équipe, commercial à l'époque et aujourd'hui chef d'entreprise dans les piscines et spas.

« À la pause, quand on est rentrés aux vestiaires, Pascal Praud était planqué dans la douche avec un cameraman. » Pierric Bernard-Hervé, président-entraîneur

À l'époque éducateur dans un foyer de jeunes travailleurs, Wallis doit poser une semaine de congé pour préparer l'évènement. Surtout qu'on lui en rajoute pour se payer sa tête : « J'ai reçu une carte postale du président du club de supporters de Monaco - ils n'avaient pas beaucoup de supporters à l'époque - où il était écrit qu'ils comptaient se déplacer à douze et où il nous était demandé d'organiser leur séjour, rembobine-t-il. Je me suis décarcassé pour leur trouver un gîte, j'avais tout organisé et au moment où j'essayais désespérément de reprendre contact avec cette personne, je me suis rendu compte que c'était un jeune de Vitré que je connaissais, en stage à Monaco, qui m'avait fait le gag pour plaisanter. »

Pénurie à la buvette et intrus dans la douche


Côté logistique, le petit poucet ne peut accueillir chez lui et doit chercher une solution de repli : Jacques Crochet, dirigeant du club disparu en 2020 et connaissance du maire de Rennes Edmond Hervé, fait alors marcher ses contacts : « Hervé a imposé à René Ruello de nous laisser jouer dans leur stade, continue Bernard-Hervé. Par bonheur, le Stade rennais (tout juste promu en première division) jouait à l'extérieur. » Yannick se souvient d' « une mise au vert pendant une journée comme une équipe professionnelle » pour lui et ses coéquipiers, peu habitués à ce genre de choses en septième division. Le jour J, c'est à la louche 90 cars qui quittent Vitré et ses alentours pour rallier la préfecture d'Ille-et-Vilaine, à 45 kilomètres plus à l'ouest. La fierté de voir cette mobilisation n'a jamais quitté Wallis : « Le Stade rennais, qui n'avait pas un public comme aujourd'hui, ne pensait vraiment pas à une telle réussite populaire. Ils n'avaient prévu que 14 000 tickets. Finalement, on est arrivé à une recette de 15 600 spectateurs, et à la mi-temps il n'y avait plus de boisson ni de sandwich. »


« Avec la recette du match, on est parti à 45 personnes en Tunisie. » Pierric Bernard-Hervé

« Le plus gros souvenir, c'est la sortie du tunnel et l'entrée sur la pelouse face à cette foule impressionnante » , a retenu Yannick. Sur le terrain face à Claude Puel, Franck Dumas, Youri Djorkaeff, Lilian Thuram ou encore Éric Di Meco, les amateurs ne font pas long feu (0-5), même si les regrettés Mickael Granger et Didier Viel - décédés tous les deux depuis - signent la plus grosse action des locaux à 1-0, laquelle termine sur le poteau à cause d'un Fabien Piveteau tenace. Yannick, lui, passe son match au marquage d'un certain Sonny Anderson et ne peut empêcher le Brésilien de signer le doublé. « J'ai tenu une période, mais la deuxième a été beaucoup plus difficile physiquement. Je n'ai pas réussi à le museler, il allait super vite : quand je réussissais à lui prendre le ballon, c'est que je partais avant lui. C'était ma première année en tant que stoppeur ! » Pierric vit lui un drôle de match. « J'avais autorisé Pascal Praud à filmer ce qu'il voulait, sauf la mi-temps. À la pause, quand on est rentrés aux vestiaires, il était planqué dans la douche avec un cameraman. Pendant le match, je ne savais pas que j'avais un micro qui m'écoutait et j'ai beaucoup fait rire tout le monde à la télé le lendemain. »

© Vitréenne FC


Au coup de sifflet final, les festivités ne sont pas terminées, notamment grâce à Bernard-Hervé. « On se connaissait avec Jean-Luc Etorri, et il avait imposé aux joueurs de rester une demi-heure au club-house avec nous après le match, alors qu'ils avaient un avion à prendre. » De grands souvenirs pour cette équipe de messieurs Tout-le-Monde : « Après le match, Emmanuel Petit nous avait dit : "Tant qu'il y aura Jacquet, ce sera difficile pour moi d'aller en équipe de France", s'amuse Yannick. On avait aussi fait nuit blanche pour monter à Paris en car et aller à Téléfoot le lendemain. » L'épopée, elle, ne prendra fin que l'été suivant, comme le raconte Wallis : « Jean-Pierre Gauthier, notre trésorier, a emmené la recette du match en 4L et déguisé en rouge et noir pour ouvrir un coffre dans une banque à Rennes. Quand le service de sécurité l'a vu, ils ont cru à un cambriolage ! En juin, on est parti à 45 personnes à Hammamet en Tunisie, on avait tout payé aux joueurs et à leurs femmes. On a dépensé 40% de la recette du match sur ce voyage. »



Par Jérémie Baron Tous propos recueillis par JB

Retrouvez le Vrai Foot Day sur Instagram
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi
Hier à 15:01 Passe une tête ce dimanche à notre brocante "So Foot Nostalgie" ! 1 Hier à 12:56 Le gardien du Hertha Berlin révèle avoir été en fauteuil roulant après la Covid 4