Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. F
  3. // Allemagne-Suède

Quand l'Allemagne prend par les sentiments

L'Allemagne a vu la mort dans les yeux face à la Suède. Et le reste du monde a vu une équipe continuer de lutter, alors que tous les éléments étaient contre elle. Un scénario qui fait ce soir de la Nationalmannschaft une machine à émotions plus qu'une machine à gagner.

Modififié
En temps normal, quand on pense Nationalmannschaft, on imagine plutôt un rouleau-compresseur ou une machine à tuer froide et sans sentiment. Ce soir pourtant, pendant près de 95 minutes, Nationalmannschaft a été synonyme de victime. Victime au bord du précipice après une défaite contre le Mexique et un match nul qui se dessinait contre la Suède. Un résultat qui aurait permis aux Vikings de renvoyer Joächim Löw et ses hommes au pays. Et il faut bien admettre que tous les signes indiquaient que l'équipe d'Allemagne allait passer une soirée de merde : Rudy se faisant exploser le nez par Toivonen, celui-là même qui au milieu de Neuer, Rudiger et Boateng, claquait un contrôle en pleine course et le petit lob qui allait bien, ou encore Timo Werner ratant toutes les occasions possibles, quand ce n'est pas Olsen qui sauvait miraculeusement les miches de son équipe face à Gómez.

Pas encore l'heure de prendre l'avion


L'expulsion de Boateng et la minasse de Brandt sur le poteau n'étaient que des éléments de plus pour étayer la thèse de dieux du football qui avaient clairement choisi leur camp. Mais cette équipe allemande n'a pas lâché, même quand son entraîneur donnait le sentiment d'avoir compris l'inéluctable dans sa zone technique. Une équipe allemande moquée par un journaliste suédois proposant des billets d'avion à Khedira, resté digne, alors qu'il savait déjà qu'il serait écarté du onze de départ. L'Allemagne a mis un genou à terre, sur une perte de balle malheureuse de son maître à jouer Kroos, déjà critiqué pour sa terne performance contre le Mexique. On pensait qu'elle avait mis le deuxième avec le retour aux vestiaires de son taulier défensif.


Mais cette équipe d'Allemagne que l'on a vu mourir a donné à sa manière une petite leçon au monde du foot : face à la «  malédiction des champions du monde  » , le onze allemand a décidé de continuer d'attaquer, de prendre des risques, et de mourir avec ses idées. Dignement. Pour finalement se voir sauvé dans le bout du bout du temps additionnel par celui-là même qui aurait été le bouc émissaire parfait en cas d'élimination. Encore une fois, le football a été un sport qui se joue à onze contre onze – ou presque – et à la fin c'est l'Allemagne qui a gagné. Mais pour une fois, même Gary Lineker l'admettra, cela en valait la peine.



Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

Henry : le retour

Vidéo



Dans cet article