Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Gr. D
  3. // Shakhtar-Inter (0-0)

Pourquoi l’Inter galère-t-elle en Ligue des champions ?

Depuis la victoire de la bande à Mourinho en 2010, l’Inter n’y arrive plus en Ligue des champions. La preuve en est avec un nouveau 0-0 concédé à Donetsk ce mardi. De retour dans la compétition reine en 2018 après six années d’absence, elle n’a plus passé le premier tour depuis 2012. Et avec un point après deux journées, le cru 2021-2022 ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices.

Pour tout supporter de l’Inter, le 22 mai 2010 fait partie de ces dates que vous connaissez par cœur, au même titre que celle de l’anniversaire de vos parents. Ce jour-là, l’Inter de Milito, Eto’o et Sneijder disposait du Bayern Munich en finale de C1 (2-0), et s’adjugeait sa troisième Ligue des champions après celles de 1964 et 1965. Mais le supporter interista, toujours empli de nostalgie à l’évocation de cette fabuleuse Inter del Triplete, sait aussi que depuis, rien ne va plus. Comme si le mojo européen de l’Inter était resté coincé dans une faille temporelle à Madrid.

Vidéo

Depuis, les statistiques de l’Inter dans la compétition reine sont tout simplement catastrophiques. En 38 rencontres disputées depuis la nuit magique du Bernabéu, l’Inter affiche un bilan de 16 défaites (42%), 9 nuls (23,7%) - dont le dernier en date ce mardi contre le Shakhtar - et seulement 13 victoires (34,3%). Et le ratio est encore pire si l’on s’en tient à ses performances depuis son retour en Ligue des champions, en 2018, après six années d’absence. À savoir : trois participations, et autant d’éliminations au premier tour, avec seulement 5 petites victoires en 20 matchs disputés. Un blocage ? Un tabou ? En tout cas, quelque chose ne tourne pas rond.

Spalletti et Conte, mêmes débâcles


Il ne s’agirait pas, pour un club comme l’Inter, que cela devienne la norme. Or, depuis que le club est passé sous pavillon chinois, les campagnes de C1 se suivent et se ressemblent, et ce, peu importe l’entraîneur. En 2018-2019, les Nerazzurri retrouvent donc la Ligue des champions, qu’ils avaient quittée en 2012 sur un enchaînement contrôle du dos-frappe du Marseillais Brandão. Sur le banc, un Luciano Spalletti qui connaît cette compétition, et qui démarre en fanfare ; deux victoires lors des deux premières journées, face à Tottenham (2-1, victoire mémorable dans les dernières minutes) puis sur la pelouse d’Eindhoven (1-2). Mais derrière, tout s’écroule. Un point sur six lors de la double confrontation face au Barça, une défaite à Tottenham et surtout, un choke terrible lors de la dernière journée face à Eindhoven (1-1), qui laisse l’Inter sur le carreau.

Vidéo

La saison suivante, c’est cette fois-ci Antonio Conte qui mène les troupes, dans un groupe composé du Barça, du Borussia Dortmund et du Slavia Prague. Et là encore, même scénario. Comme l’année précédente, l’Inter a son destin en mains lors de la dernière journée, et a « juste » besoin d’un succès à domicile contre un Barça en pantoufles déjà qualifié. Résultat : les Catalans viennent s’imposer 2-1 à San Siro et renvoient Conte à ses calculs. Mais visiblement, la calculette n’avait plus de piles. Lors de la saison 2020-2021, l’Inter va pratiquement balancer sa campagne de C1 (dernière de sa poule, même pas reversée en C3), justifiant à demi-mots vouloir se concentrer sur le championnat. Un discours pas forcément évident à entendre lorsque l’on est supporter, mais qui a largement été pardonné en fin de saison, lorsque Conte, Lukaku & Cie ont ramené le Scudetto à Milan, après neuf années de domination turinoise.

Machine à marquer en Serie A, mais en Europe...


Désormais auréolée de son titre de championne d’Italie, l’Inter pouvait se présenter sur la ligne de départ de cette Ligue des champions 2021-2022 avec de véritables ambitions. Et des certitudes. Conte n’est plus là, certes, Lukaku et Hakimi non plus, mais si Simone Inzaghi a su emmener la Lazio en huitièmes de finale la saison dernière (avec Gil Patric en défense, s'il vous plaît), il doit être en mesure de faire au moins aussi bien avec cette Inter au potentiel bien supérieur. Et pourtant, après deux journées, le constat est là : pas la moindre victoire, et pas le moindre but marqué. Comme l’année dernière, et la saison d’avant, l’Inter du mardi et du mercredi semble être une cousine éloignée de celle du week-end. Le paradoxe est saisissant lorsque l’on regarde le nombre de buts marqués : alors qu’elle est une machine à marquer en championnat (déjà 20 buts marqués en six journées, soit 3,33 buts par match), elle n’a toujours pas secoué les filets après 180 minutes en C1. Contre le Real, l’équipe d’Inzaghi s’était pourtant créé pas mal d’occasions, mais avait cruellement manqué de réalisme. Contre le Shakhtar, en revanche, les occasions se sont comptées sur les doigts de la main : deux frappes lointaines de Barella (barre) et Correa, deux situations chaudes sur corner (Džeko et Škriniar) et un tir de Lautaro au-dessus, après un dégagement foiré de Pyatov. Trop peu, pour une équipe avec un tel potentiel offensif.

Vidéo

Du coup, après ce troisième 0-0 consécutif contre le Shakhtar en l’espace d’un an (les deux équipes étaient déjà dans la même poule l’an dernier et avaient déjà fait 0-0 à l’aller comme au retour), l’Inter se retrouve au pied du mur. Les deux matchs face au Sheriff Tiraspol ressemblaient, sur le papier, à la classique « double confrontation à six points » . Sauf que les Moldaves se déplaceront finalement à San Siro le 19 octobre prochain en tant que leaders invaincus et véritables épouvantails de cette poule. Surtout, Inzaghi devra affronter ce match déjà charnière trois jours après un déplacement forcément émouvant chez « sa » Lazio, et quatre jours avant de recevoir la Juve. Et entre la quatrième et la cinquième journées, les Interisti joueront tour à tour le derby milanais et le Napoli. Il va falloir se mouiller la nuque. Ne faudrait-il pas se retrouver, le 7 décembre prochain, dans une situation où la qualif’ passerait forcément par une victoire face au Real Madrid. À Bernabéu. Là où l’Inter pourrait toujours espérer recroiser son mojo européen perdu...

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
À lire ensuite
C’est eux le grand Paris