Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 14 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Montpellier

« Pour dix jardiniers de Montpellier, on obtient le salaire de M. Calderwood »

Comme en 2012, Montpellier s’est payé le PSG. Cette fois, ce n’est pas sur le terrain, mais dans les brins d’herbe que ça s’est passé. Pour la première fois depuis l’arrivée du fameux Jonathan Calderwood dans la capitale en 2013, les Parisiens n’ont pas remporté le championnat des pelouses. Interview avec Jean-Pierre Blanchet, responsable du terrain de la Mosson, nouveau roi du gazon en France.

Modififié
Comment réagissez-vous au fait d’être à la tête de la meilleure pelouse de France ?
Avec la plus grande humilité qui me caractérise. Ça fait quelques années que je suis à la tête de l’équipe du stade de la Mosson pour la métropole de Montpellier. Ça fait plaisir, c’est vrai ! Il y a tellement de facteurs et de paramètres qui peuvent jouer sur le résultat de l’entretien d’une pelouse... J’avoue que ça s’est plutôt bien passé, on a bien travaillé ! On a eu par le passé beaucoup de critiques, donc être devant aujourd’hui, c’est bien.

Normalement dans le milieu des pelouses, c’est plutôt de Jonathan Calderwood, le groundsman du PSG, dont on parle. Vous en pensez quoi ?
D’ailleurs, on a le même salaire ! (Rires.) Enfin, pour dix agents de la métropole, on obtient le salaire de M. Calderwood. Effectivement, on en entend souvent parler... C’est un petit peu démesuré parce que nous, on est des agents de la collectivité, donc on gratte un petit peu au-dessus du SMIC, on n’est pas dans les salaires mirobolants comme à Paris. Après, je pense qu’il est bon, franchement. Mais que les Qataris aient envie d’acheter ce qu’ils veulent, je trouve que c’est démesuré.

Jonathan "le Goat" Calderwood


Est-ce que vous, vous êtes achetable ? Un club peut-il vous convaincre ?
Non, pas du tout ! Je suis à l’aube de la retraite.

« Cet ancien jardinier, Joël, il mangeait pelouse et dormait pelouse. »

Y a-t-il un savoir-faire français ?
Il y a certains jardiniers qui peuvent prétendre être du niveau de Jonathan Calderwood, oui. Comme celui qu’on avait ici à la Mosson et qui est parti cet été. Il venait du privé, il voulait se rapprocher de sa famille, il était prêt à faire un sacrifice sur son salaire, car nous sommes dans la fonction publique. Et il a été un grand artisan du résultat de la pelouse de la saison dernière. Même si ça reste un travail d’équipe, qu’on ne s’y trompe pas !

Est-ce que le jardinier qui ne dort pas la nuit pour un brin d’herbe mal tondu est une légende ?
Absolument pas. Pas moi, hein ! Mais cet ancien jardinier, Joël, il mangeait pelouse et dormait pelouse. Il fait partie de ces gens vraiment passionnés par ce métier, ça frisait limite l’obsession. Franchement, c’est pas exagéré, c’était impressionnant.

Est-ce qu’Olivier Dall’Oglio vous donne d’autres consignes que Michel Der Zakarian ?
Non. Mais pour avoir côtoyé plusieurs entraîneurs ici, chacun a sa vision des choses. Il y en a qui peuvent être plus sensibles au terrain. À exiger notamment une hauteur de coupe en particulier même si c’est réglementé par la LFP. Au niveau dureté aussi, c’est déjà arrivé qu’ils viennent nous voir, nous dire que les joueurs se plaignaient que le sol était dur. Rolland Courbis était le plus avenant et venait souvent nous voir.

« Les joueurs de foot, on ne les croise que les jours de match, ils ne sont pas avenants... J’ai l’impression qu’on les force presque à dire bonjour. De temps en temps, on a des remerciements, surtout là puisqu'on a été champions de France. Mais ça s’arrête là. »

Vous préférez quand le coach vous donne une ligne de conduite ou qu’il vous laisse travailler de votre côté ?

Je suis plutôt partant pour qu’on nous laisse travailler. Notre ligne de conduite est déjà dirigée par un bureau d’études depuis quelques années. Donc si vous rajoutez une couche avec un autre intervenant, qui forcément ne sera pas du même avis que le précédent... Donc là ça va, et puis on commence à savoir faire !

En plus de la Mosson, vous vous occupez aussi du GGL Stadium, le stade de rugby. Vous préférez vous occuper des footeux ou des rugbymen ?
J’ai été footballeur amateur étant jeune, j’ai vu l’évolution du foot et l’argent dans le milieu. C’est un petit peu dommage parce que l’esprit sportif en prend un petit coup. Les joueurs de foot, on ne les croise que les jours de match, ils ne sont pas avenants... J’ai l’impression qu’on les force presque à dire bonjour. De temps en temps, on a des remerciements, surtout là puisqu'on a été champions de France. Mais ça s’arrête là. Alors qu’au rugby, y a toujours un lien, ce sont deux mondes à part.

Ça vous fait quoi lorsque vous voyez un gros tacle arracher la pelouse ?
Pas grand-chose. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies comme les pelouses hybrides, on n’est plus si préoccupés. Bien sûr, il y a quelques réparations à faire après les matchs, mais ça n’a rien à voir avec ce qu’on a pu connaître avant. On est plus inquiets quand on a une rencontre par semaine. Avoir deux semaines entre deux matchs, c’est idéal pour les réparations, ou pour semer.

L’Euro 2016 a semblé être le paroxysme des pelouses catastrophiques en France. Qu’est-ce qui a changé depuis pour que l’état global se soit autant amélioré ?
La LFP a mis un accent assez prononcé sur l’entretien des pelouses, pour qu’elles soient au niveau du spectacle vendu aux chaînes TV. Pour le spectateur aussi qui vient au stade et qui a envie de voir les joueurs évoluer sur un beau tapis. Donc il y a eu des aides, pas financières, mais notamment un comité au sein de la LFP, qui suit les stades et qui donne des conseils. On est aidé de ce côté-là. À Montpellier, on est aussi suivi par un bureau d’études. Y a presque plus qu’à appliquer ce qu’on nous dit d’appliquer. Mais rien ne remplace l’œil du jardinier au quotidien.

Propos recueillis par Léo Tourbe
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Partenaires
Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 12:33 Salle OM, salle PSG: viens mater le Classico lors d'une projo So Foot inédite 1 Hier à 08:48 Un but d'anthologie marqué par Plymouth Argyle en D3 anglaise 13