Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // 32es
  3. // Paris FC-Lyon

Pierre Ferracci : « Le foot est en train de plonger »

Les incidents violents qui ont conduit à l’arrêt du match de Coupe de France entre le Paris FC et l’OL ont provoqué un choc dans le monde du football français. Et un clash entre Jean-Michel Aulas et Pierre Ferracci, président du PFC, qui depuis occupe beaucoup l’espace médiatique, quand le club lyonnais joue désormais la carte de la discrétion. Six jours après les faits, comment l’homme qui veut construire le second grand club parisien analyse-t-il la situation ? Et qu’espère-t-il pour la suite ?

Modififié
Quelle représentation avez-vous de cette terrible soirée maintenant que l’on en sait un peu plus sur le déroulé et les personnes impliquées ?
Il faut d’abord rappeler que la première mi-temps proposa un super match de foot, nous tenions tête à l’OL, qui avait certes égalisé. 17 000 personne étaient présentes, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps à Charléty, beaucoup de familles, de jeunes issus de nos clubs partenaires... Tout bascule en seconde mi-temps. Quelques fous furieux qui n’auraient jamais dû partir de Lyon, avec les informations dont on disposait sur des affrontement possibles avec des prétendus supporters parisiens, ont quitté le parcage pour s’en prendre au public. Ils n’auraient jamais dû quitter la Gare de Lyon d’ailleurs où, lors de l’arrivée en retard de leur train, ils ont commencé à mettre le bazar avec un certain nombre d’entre eux déjà avinés. Le parcage relève de la responsabilité du club visiteur. Des supporters parisiens - pas les nôtres, nos deux groupes ultras sont restés calmes et ne sont pas impliqués - ont peut-être cherché la confrontation, mais cela n’ôte rien à la responsabilité du côté lyonnais. Et je rappelle surtout que les violences ont aussi largement visé des familles et des spectateurs lambda.

« Le parcage relève de la responsabilité du club visiteur. Des supporters parisiens ont peut-être cherché la confrontation, mais cela n’ôte rien à la responsabilité du côté lyonnais. »

L’organisation de la sécurité a été très critiquée, le manque de moyens humains notamment...
J’ai beaucoup entendu commenté l’insuffisance du nombre de stadiers. Ils étaient bien plus nombreux que lorsque nous avions reçu plusieurs milliers de supporters lensois (lors d'un barrage d'accession en mai 2019, NDLR) et tout s’était bien passé. Du côté de l’OL, il n’y avait que 14 stadiers, ou selon des observateurs 8 ou 9. Cela n’a clairement pas permis d’empêcher les violences et que la faction qui voulait en découdre aille au contact des Parisiens. La séparation de plexiglas a tenu, mais ils l'ont contournée. Nos stadiers ont en priorité évacués les familles et l’ensemble des supporters, quel qu’ils soient pour assurer leur sécurité. Et ensuite les forces de l’ordre ont contenu les débordements. Il faut aussi signaler le travail admirable des secouristes. Il ne s’agit pas de transformer les stades en bunker. Nous savons que les palpations ont leur limite, qu’il est possible de cacher des poings américains ou, tout simplement comme vendredi soir, de se battre à coups de ceinture. Il faut juste empêcher ces voyous d’être en tribune. À la Ligue et aux autorités de prendre leurs responsabilités. Les groupes de Lyon affirment qu’ils ne sont pas impliqués en tant que tels, mais on a vu des individus sortir de leur rang en portant, pour certains, les logos des Bad Gones ou de Lyon 1950. Le foot est en train de plonger, il faut réagir. Avec la pandémie qui continue, la suite de Mediapro qui est l’échec de la précédente direction de la LFP, nous nous trouvons déjà dans une situation délicate... Il faut éradiquer ce mal, avec l’éloignement des terrains le plus longtemps possible, parfois à vie, même si cela me désole du point de vue de ma culture citoyenne.



Vous laissez entendre que les services de police n’ont pas anticipé ou ne vous ont pas prévenus des risques d’affrontement entre supporters ?
Il serait surprenant que les services de police spécialisés n’aient pas eu connaissance de ce danger. Dans ce cas, il faut évidemment avertir les clubs concernés. L’ambiance était déjà électrique à la Gare de Lyon lors de l’arrivée des Lyonnais. Il aurait fallu les bloquer là-bas. Nous ne voulons pas en arriver à interdire tous les déplacements. L’autre soir, une centaine de supporters d’Amiens sont venus, sans aucun problème. Et je rappelle l’exemple de la présence massive des Lensois chez nous, sans incidents.

« À Charléty, les stadiers n’ont pas fait grand-chose pour calmer les supporters. Ils doivent être d’abord là pour la sécurité des supporters, du public, des joueurs, l’intérêt du club et non pas pour s’accommoder avec les plus violents. »

Comment expliquer ces différences de situation ?
Je pense qu’il faut réfléchir sur la sécurité au sein des clubs. Et sur les stadiers. Chez ces derniers, dans certains clubs, ils ne désirent guère se frotter aux plus excités. À Charléty, les stadiers n’ont pas fait grand-chose pour les calmer. Ils doivent être d’abord là pour la sécurité des supporters, du public, des joueurs, l’intérêt du club et non pas pour s’accommoder avec les plus violents.

Vous semblez désormais en conflit ouvert avec Jean-Michel Aulas sur ce sujet, pourtant l’OL a récemment pris des décisions envers ses propres supporters ?
Il m’arrive régulièrement de dire du bien de Jean-Michel Aulas, sur la façon dont il a construit l’OL et en a fait un grand club. Simplement, je trouve qu’avec les supporters, il n’est pas dans le vrai. Si depuis dimanche, l’OL prend des sanctions, c’est que ces individus étaient bien connus comme violents, parfois avec des accointances politiques fascistes ou racistes. Il faut traiter ce problème, à l’instar de Robin Leproux au PSG, avec courage. Évidemment et malheureusement, des actes isolés peuvent survenir. Ce que je n’ai pas admis dans le discours de Jean-Michel Aulas, c’est l’idée d’une coresponsabilité. Je lui ai également redit : « On va t’aider, on va porter des plaintes ciblées. » Et je n’ai aucun problème à ce que des soi-disant supporters du PSG soient sanctionnés aussi rudement... Cette violence doit disparaître et cela concerne tout le monde. Je suis le premier à reconnaître que nous vivons dans une société exacerbé et fragmentée et que ce contexte se répercute dans le foot.



« Je trouve qu’avec les supporters, Jean-Michel Aulas n’est pas dans le vrai. Si depuis dimanche, l’OL prend des sanctions, c’est que ces individus étaient bien connus comme violents, parfois avec des accointances politiques fascistes ou racistes. »

Êtes-vous satisfait de la réaction de la FFF et de la LFP ? Ne les trouvez-vous pas trop lentes ?
Je ne vais pas donner dans la surenchère. Pour ce qui m’intéresse, je ne suis pas à deux ou trois jours près. J’attends des mesures fortes, ce qui implique aussi les pouvoirs publics. Enfin, comme je m’en suis ouvert à Vincent Labrune, il faut modifier la gouvernance de la LFP. Il n’est pas normal que des clubs soient représentés en tant que tel à sa direction, que ce soit l’OL ou un autre (Aulas est le représentant de la FFF au sein du conseil d'administration de la LFP, NDLR). Si les clubs sont directement au CA comme c’est le cas aujourd’hui, que des personnes siègent dans plusieurs organismes en même temps, cela induit une confusion des genres et peut conduire à des conflits d’intérêt. Vincent Labrune effectue du bon boulot. Il faut lui faciliter la tâche et rendre le fonctionnement de la Ligue la plus sereine possible.

Votre proximité avec le président de la République est de notoriété publique, vous êtes-vous entretenu avec lui à ce propos ?
Non. Il aime le foot et donc il suit forcément ces affaires, car l’État est concerné. Il importe surtout que les pouvoirs publics accompagnent et soutiennent le football quand il doit prendre des décisions radicales. Je le répète, le football est en crise et en danger.

Propos recueillis par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi