Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-ASSE (3-0)

Óscar García, oral réussi

En arrivant au Parc des Princes vendredi soir, l’entraîneur stéphanois n’avait qu’un objectif : apprendre. Tout simplement car il savait que son groupe, victorieux lors de ses trois premières sorties de la saison, n’avait « rien à perdre et tout à gagner » . Résultat, si les Verts ont ramené une défaite sévère (0-3) de Paris, les voilà avec des premières certitudes solides.

Modififié
Cette fois encore, certains ne garderont que les paillettes laissées au milieu d’une arène transformée, une nouvelle fois vendredi soir, en vitrine opaque. Le Parc en a pris plein les yeux, il a vu Stephen Curry donner le coup d’envoi, il a vu le PSG s’imposer largement (3-0), il a vu Cavani s’offrir un doublé et revenir – déjà – à hauteur de Falcao au classement des buteurs et c’est déjà pas mal, même si on reviendra pour les finitions. Et si, finalement, l’important était ailleurs ? Et si, l’espace d’une soirée, les sourires se cachaient avant tout dans les entrailles d’une victime qui savait qu’elle repartirait de Paris dans cet état ? Personne ne peut se satisfaire d’une défaite, le football n’est pas fait pour ça et Óscar García le sait bien. Le premier jour, le natif de Sabadell n’avait pour autant pas caché qu’il faudrait être patient, tout en fixant une ligne directrice simple à ses hommes, soit « être meilleur, chaque jour » . « On va commencer comme ça, avec chaque joueur, individuellement. Après, on devra être mieux comme groupe, comme équipe. On doit améliorer les joueurs et moi aussi, je dois être mieux chaque jour, complétait-il lors de son arrivée à Saint-Étienne en juin dernier. J’espère que tout le monde a de la patience. Tu ne construis pas une maison en un jour ou en un mois. (...) Mais voilà, je pense tous les jours à la façon dont je peux faire mal à l’adversaire. » Il faut aujourd’hui se le dire : le chantier stéphanois avance bien et même un petit peu plus, puisque avant de venir à Paris vendredi, l’ASSE avait empilé trois victoires en trois matchs, tout ça sans le moindre but encaissé. Puis, au Parc, les Verts sont tombés (0-3), mais oublions le résultat, pour cette fois, et retenons la manière.

« Ce soir, je suis fier »


Cette semaine, Óscar García avait été clair : « Je veux que tout le monde regarde Saint-Étienne et se dise OK, c’est l’équipe de García. » Et au Parc, comme face à Nice et Amiens notamment, on a eu la confirmation qu’il ne reste plus grand-chose de l’ASSE laissée dans un état alternatif par Galtier au printemps dernier. Car face au PSG, malgré l’installation d’une défense à cinq, les Verts ont joué, ont bousculé l’équilibre parisien, ont notamment rayonné par l’impact du milieu Dabo-Selnæs-Maïga et aurait pu espérer bien plus avec une touche de réalisme supplémentaire, notamment en première période où la belle promesse Bamba a buté sur Areola. « Je pense que tout le monde aurait signé pour ces débuts, a expliqué l’entraîneur espagnol vendredi soir, après la rencontre. Je suis content aujourd’hui, mais nous sommes encore loin de ce que je cherche à mettre en place. Ce soir, je suis fier de la façon dont a joué l’équipe, du courage affiché par mes joueurs, mais aussi du fait d’avoir montré un beau visage avec quatre joueurs formés au club. » La principale information de cette soirée est sans aucun doute là : à Paris, ce groupe a appris et on retiendra peut-être plus que tout la performance d’un Bryan Dabo qui vit aujourd’hui « une forme de renaissance » . L’important n’est pas la chute, c’est avant tout l’atterrissage. Et celui-ci donne de l’espoir.



Par Maxime Brigand, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 09:51 DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
À lire ensuite
Le PSG aligne les Verts