Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-Liverpool

Momo Sissoko : « Ce PSG-Liverpool, c'est comme une finale de C1 »

Depuis le Mali où il rend visite à sa famille, Mohamed Sissoko s’apprête à observer le choc entre ses deux anciennes équipes d’un œil averti. Avant cet évènement planétaire, le milieu de terrain de 33 ans, recruté sous l’ère QSI en 2011, fait le point sur ce match pas comme les autres.

Modififié
Salut Momo ! Nous avions pris de tes nouvelles l’an dernier au Mexique. Que deviens-tu aujourd’hui ?
En ce moment, je suis à Bamako. Je suis en short là, tranquille ! Je viens de terminer mon expérience à Hong Kong, où je suis resté pendant quatre mois au Kitchee SC. Mon contrat s’est terminé, et maintenant je suis à la recherche d’un autre challenge sportif, qui puisse peut-être me rapprocher un peu plus de ma famille. Si je trouve un projet intéressant en Europe, pourquoi pas... Je pense en avoir encore sous le capot, dans les jambes comme dans la tête !

C’était comment le foot à Hong Kong ?

C’était avant tout de la promotion pour le championnat. Après avoir accueilli Diego Forlán dans leur club la saison passée, ils souhaitaient amener un nouveau joueur avec un nom connu, et c’est ce qui m’a amené à jouer pour eux. C’était une expérience épanouissante, même si, pour être franc, il n’y avait pas d’autres joueurs célèbres au sein du championnat. Au niveau du football, cela reste respectable et je peux te dire qu’il faut savoir être prêt pour assumer ton statut. Après, d’un point de vue plus personnel, cela m’a permis de découvrir Hong Kong. Ou plutôt mieux connaître, car j’y étais déjà allé quand j’étais en tournée asiatique avec Liverpool, mais j’étais resté deux jours. Là, j’ai pu découvrir les beaux endroits de la ville.



Abordons le sujet central : PSG-Liverpool. Que t'inspire cette rencontre ?
Ce match s’annonce décisif, car il va sans doute déterminer laquelle de ces deux équipes sera en position de force pour la dernière journée. Il faut s’attendre à un match spectaculaire et animé. Les données sont simples : Paris va vouloir attaquer, et Liverpool vient pour gagner. De fait, nous sommes obligés d’assister à un match ouvert. Au match aller à Liverpool, Salah n’était pas encore au top de sa forme et manquait de rythme. Paris doit montrer qu’il est capable de renverser une équipe du calibre de Liverpool, sinon le club risque l’élimination.

Cette année, Paris démontre une énorme puissance en championnat et une certaine fragilité en Europe. Comment expliques-tu cela ?
Quand tu joues en Premier League, tu dois t’attendre à un match de fou furieux tous les week-ends. Que tu sois contre le dernier, l’avant-dernier, le huitième ou le deuxième, tu sais que la bataille va être féroce.
« En France, les adversaires de Paris consacrent plus d'énergie à récupérer le maillot de Neymar qu’à battre le PSG. »
En Ligue 1, je n’ai pas ressenti la même philosophie. Quand j’étais au PSG, j’ai le souvenir d’amis que je connaissais qui avaient déjà perdu le match dans leur esprit avant de nous affronter. En France, les adversaires de Paris consacrent plus d'énergie à récupérer le maillot de Neymar qu’à battre le PSG. Ce genre de comportement, c’est un vrai handicap. Les gens voient le PSG comme un club au-dessus des autres, et tu sais qu’avec un éclat de Neymar ou Mbappé, le match est plié. En C1, les mecs ne font pas de calcul, ils te jouent comme n’importe quelle équipe.


À Paris, il y a l’interrogation sur les blessures de Mbappé et Neymar. Dans l’éventualité où Neymar soit sur le banc au départ, quel joueur verrais-tu prendre sa place ?
« Le petit Diaby pourrait faire beaucoup de mal aux latéraux de Liverpool. »
J’ai envie de me mouiller : depuis qu’il est arrivé dans le groupe professionnel, le petit Diaby donne une très grosse satisfaction. Il peut amener de la profondeur, des éclats... Vu ce qu'il a montré, il pourrait faire beaucoup de mal aux latéraux de Liverpool. Et puis si tu mets Diaby titulaire, tu vas aussi surprendre Klopp et chambouler ses plans.

Depuis l'arrivée des Qataris, le PSG ne parvient pas à franchir le cap des quarts de finale en C1. Comment l'expliques-tu ?
Ce n’est pas une chose facile ! Le club a encore besoin de temps, de s’affirmer au niveau international pour devenir une grande institution.
« Le PSG doit aussi se dire qu’il ne perd pas contre des nuls ! Chelsea, Manchester City, le Barça, le Real... »
Quand tu vois la Juventus ou le Real Madrid, ces clubs ne se sont pas construits en cinq ans. La construction d’un club bâti pour réussir en Europe, cela se fait sur le long terme. Quand le PSG deviendra une institution, il pourra prétendre gagner la Ligue des champions. Le PSG doit aussi se dire qu’il ne perd pas contre des nuls ! Chelsea, Manchester City, le Barça, le Real... Si l’on se réfère à la fameuse remontada par exemple, quand tu vois le comportement du club après le match aller et le traitement reçu par le Barça après ce match, tu sens un excès de confiance et un relâchement total. À travers ma télé, je peux te dire que les déclarations de Neymar et Suárez prenaient du sens. Je sentais qu’ils allaient faire quelque chose de grand... Il faut respecter les grandes institutions !

Dans l’éventualité où Paris se contente d’une place en Ligue Europa et termine derrière Liverpool et Naples, comment imagines-tu la suite de la saison parisienne ?
Ce serait un flop. Vu les investissements des dernières années, le Paris Saint-Germain doit au moins aller en demi-finales de C1. La suite des événements, si le PSG est reversé en Ligue Europa, ça va être un nouveau titre de champion de France, et puis il faudra s’attendre à des départs en fin de saison. Clairement.


Neymar, par exemple ?
Ouais, Neymar ou d’autres.
« Quand tu fais un investissement de 400 millions d’euros sur deux joueurs, ce n’est pas pour gagner la Ligue Europa ! »
C’est pour cela que je dis que ce match est décisif : Paris doit gagner, se qualifier pour le tableau final et il faut aller jusqu’au bout. Les matchs de Ligue Europa peuvent être intéressants sur le plan sportif contre Chelsea ou Tottenham, mais quand tu fais un investissement de 400 millions d’euros sur deux joueurs, ce n’est pas pour gagner la Ligue Europa ! Une équipe comme Naples, ce serait top de les voir gagner la Ligue Europa. Mais pas le Paris Saint-Germain d'aujourd'hui !


Marco Verratti et Adrien Rabiot alternent le bon et le moins bon. En tant qu’ancien milieu de terrain du PSG, quel est ton avis sur eux ?
Rabiot, je le connaissais déjà quand j’étais au PSG. C’était un petit avec du talent et de l’avenir, et je crois honnêtement qu’il n’a pas changé de mentalité. Le reste, ce sont des histoires de prolongation de contrat assez traditionnelles finalement. Il y a beaucoup de flou autour de son avenir, mais je pense qu’il aime vraiment Paris. Maintenant, Adrien et son club sont les seuls à connaître les réponses sur sa situation. La mère protège les intérêts de son fils, d’accord, mais il n’a plus 18 ans. Il est le seul décideur. Pour Marco, il lui arrive de faire parler de lui hors du terrain, mais est-ce qu’un footballeur a le droit de profiter de la vie ? Il a commis une erreur, il s’est excusé, ça arrive. Tout le monde sort, s’amuse un peu en dehors de son travail, il n’y a rien de mal à cela si des limites sont fixées. Il faut fermer les yeux et repartir de l’avant... Le footballeur, c’est un être humain avant tout.


Concernant le poste de gardien de but, Paris a décidé d’accorder une entière confiance à Gianluigi Buffon, qui a purgé sa suspension et se retrouve désormais titulaire à chaque match de C1. Quel est ton avis sur cette décision ?
Malheureusement pour Areola, la situation est compliquée.
« Si j’avais un conseil à donner à Areola, ce serait de patienter et de prendre conscience qu’il partage tous les jours l’entraînement avec Gianluigi. À ses côtés, tu apprends à devenir un grand champion. »
Il est champion du monde depuis cet été et il ne peut pas confirmer son statut derrière... Mais bon, il faut quand même se rendre compte que Buffon est arrivé au PSG. Gianluigi, c’est une légende en Italie, un immense champion, une icône mondiale qui a tout gagné. En fait, la discussion sur le choix du gardien n’a même pas lieu d’être. Son match contre Naples était hyper propre avec les arrêts qu’il fallait faire. Si j’avais un conseil à donner à Areola, ce serait de patienter et de prendre conscience qu’il partage tous les jours l’entraînement avec Gianluigi. À ses côtés, tu apprends à devenir un grand champion.

Malgré deux défaites en quatre matchs, Liverpool reste le finaliste de l’édition précédente. En tant qu’ancien joueur de ce club, comment penses-tu que les Reds vont aborder cette rencontre ?
Vu le match de Liverpool ce week-end, la manière dont Klopp tient son équipe, le retour en forme de Salah, les performances de Sadio Mané, le fait que Shaqiri soit là aussi et que personne n’en parle... Là, il va falloir sortir la grosse artillerie pour Paris ! (Rires.) Le danger en attaque, il vient de tous les côtés, donc il n’y aura aucun écart autorisé sur le plan défensif. Ce PSG-Liverpool, c’est comme une finale de C1. Je m’attends vraiment à une guerre de fou.



Propos recueillis par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:55 Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 85
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
À lire ensuite
Frères d’âme