Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options

Bruno Guimarães, l'homme qui va mettre l'OL à ses pieds

Il s’appelle Bruno, son nom de famille commence par un G et il devrait rejoindre les rangs de l’Olympique lyonnais. Non, il ne s’agit pas de Bruno Genesio, mais bien de Bruno Guimarães, milieu de terrain de l’Athletico Paranaense (22 ans), qui devrait s’engager avec l’OL d’ici quelques jours.

Modififié
A priori, Bruno Guimarães et Bruno Genesio ne partagent qu’un prénom et la première lettre d’un nom de famille. Pourtant, leurs points communs devraient se multiplier dans les jours en venir. Grâce à qui ? À l'Olympique lyonnais, qui a formé l’actuel entraîneur du Beijing Guoan et qui n’aurait pas hésité à lâcher 25 millions (plus 20% à la revente) pour arracher Bruno Guimarães aux griffes de l’Athletico Paranaense. Les deux hommes pourront donc se vanter d’avoir débuté dans le même club européen. Mieux, les deux Bruno évoluent tous les deux à un poste similaire au milieu de terrain. Sauf que Guimarães est ce que les Brésiliens appellent un volante. Soit un numéro 6 - il peut aussi évoluer en relayeur - qui n’hésite pas à mettre quelques taquets pour récupérer un ballon, mais qui a aussi la technique d’un numéro 10. Et qui fait donc le liant entre la défense et l’attaque par une passe courte, une longue transversale ou une accélération dans l’axe avec un ou deux crochets en prime. Pas vraiment le même style de jeu que Genesio donc.

Une idole nommée İlkay Gündoğan


Comme son nom ne l’indique pas, Bruno Guimarães est un gamin de Rio de Janeiro. Comme tout Brésilien qui se respecte, la future coqueluche du Groupama Stadium grandit avec un ballon de football dans les pieds. Et dans les yeux puisqu'il passe son temps à regarder des matchs à la télé où il peut se caler devant un match de cinquième division brésilienne comme devant une rencontre de Ligue des champions, où il tombe amoureux du Borussia Dortmund et d’İlkay Gündoğan comme le confie un jour sa maman, Márcia Guimarães Rodríguez Moura, à la Gazeta do Povo. Une mère vendeuse de bicyclettes qui a pourtant tout fait pour mettre son fils à la natation comme lui ont conseillé les médecins après les deux pneumonies consécutives du petit Bruno. Mais rien n'y fait : c’est le football qui aura le dernier mot. Ou plutôt le futsal, où il fait ses premiers pas au Helênico Atlético Club comme un certain Marcelo avant lui. Conscient de son talent et bien décidé à mettre à l’abri sa famille grâce au ballon, Bruno Guimarães n’hésite pas à quitter Rio et sa famille pour São Paulo et le Grêmio Osasco Audax, alors qu’il n’a que 17 ans. Une bonne idée puisque deux ans plus tard, c’est l’Athletico Paranaense qui récupère le joyau.

Lucho González comme mentor


À Curitiba, Bruno Guimarães ne met pas longtemps à se faire un nom, le tout avec le numéro 39 dans le dos. Un hommage à son père, chauffeur de taxi pendant 21 ans dans les rues de Rio de Janeiro, qui était connu pour être le véhicule 39. Il faut dire que le gamin a tout pour réussir. Un coéquipier nommé Lucho González, qui a pris son cadet sous son aile. Mais surtout un entraîneur, Fernando Diniz, qu’il a connu à Audax et qui n’a jamais été avare en compliment, comme dans une interview donnée au GloboEsporte : « Il est très intelligent et technique. J’ai toujours dit qu’il avait l’âme d’un grand joueur, que quand un problème venait à se poser, il savait y faire face. » Et si le coach va finalement être remplacé quelques mois plus tard par Tiago Nunes, rien ne change réellement : Bruno Guimarães devient un membre essentiel de l’équipe malgré ses 20 piges.


Et cela fonctionne puisque l’Athletico Paranaense remporte la Copa Sudamericana - équivalent de la Ligue Europa - en 2018 puis une Coupe du Brésil l’année suivante. De son côté, le milieu aux pieds d’argent impressionne tout un pays. Il n’y a qu’à voir la dernière équipe type du championnat brésilien, où l'on a vu neuf des dix joueurs de champ provenir du champion Flamengo. Le dixième étant Bruno Guimarães. Preuve que le bonheur ne se trouve pas forcément dans les chiffres où il ne pèse "que" 5 buts et 4 passes décisives. En attendant de rejoindre Neymar et Thiago Silva en Seleção, le natif de Rio de Janeiro est en passe de qualifier le Brésil aux prochains Jeux olympiques, brassard autour du biceps. Une fois que la mission sera accomplie, Bruno Guimarães pourra alors goûter à la nourriture lyonnaise et aux températures hivernales en France. À moins que l’Atlético de Madrid, qui, selon GloboEsporte pourrait - à la suite d'un accord après le transfert l’été dernier de Renan Lodi - s’aligner sur l’offre de l’OL et venir jouer les trouble-fêtes.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi

Hier à 12:34 Quand Jean-Pierre Papin confie avoir commencé au poste de gardien 23
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons