Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lille-PSG (5-1)

LOSC Action Hero

Derrière un score flatteur devant être nuancé par les circonstances du match, comme l'ont fait chacun des deux coachs à la sortie du match, la performance lilloise face au PSG a au moins deux mérites : prouver que l'on peut renaître de ses cendres plus vite que prévu, mais surtout que les clubs de « province » ne doivent plus complexer devant celui de la capitale. Parce qu'il serait trop bête de ne pas profiter du prochain coup de mou du (futur) champion de France.

Modififié
« La Ligue 1 est une compétition très intense. Évidemment, le PSG est à part, posait José Fonte dans les colonnes de So Foot (n°165, toujours en kiosque). Sportivement et économiquement, peu d’équipes peuvent rivaliser avec eux. Ils ont les moyens d’acheter les meilleurs joueurs du monde, donc c’est très difficile de se battre contre ça. » Le discours du défenseur portugais du LOSC ne faisait que cristalliser une idée reçue qu'a su rendre coriace le Paris Saint-Germain. Pourtant, en scellant du front la sensationnelle victoire lilloise (5-1), Fonte l’a en partie fragilisée. Surtout, la prestation servie par les Dogues ce dimanche soir, dans un choc entre le premier de Ligue 1 et son dauphin, a plutôt donné l’image d’un championnat en bonne santé. Une compétition où l’outsider peut surprendre le favori. Un championnat qui conserve un semblant de suspense, puisque Paris ne pourra donc pas entériner son sacre à sept journées de la fin, si on inclut le match en retard qu’ils ont à jouer à Nantes ce mercredi.


Les Lillois n'auront pas la possibilité de combler les 17 points qui les séparent de Paris au classement. C’est une certitude, puisqu'il ne leur reste plus que 18 points au maximum à gratter. Mais ils ont prouvé que les seconds couteaux de l’élite du foot français doivent dès aujourd’hui jouer leur carte à fond lorsqu'ils recroiseront la route du PSG. Ils ont aussi montré que les bras de fer avec le bientôt octuple champion de France ne sont pas réservés aux Lyonnais et que les Strasbourgeois ne sont pas les seuls à pouvoir réaliser des exploits à coups de matchs nuls. Cela évitera les remords et l’ennui. Et ce, qu’importent les moyens utilisés pour arriver à cette fin.

LOSC à moelle


Malgré le coup de force réalisé, Christophe Galtier a lui soigneusement évité de fanfaronner. « On a évidemment fait un grand match, mais on a profité de beaucoup de circonstances : l'absence de joueurs majeurs à Paris, des sorties sur blessure, une supériorité numérique, énumérait-il. Ça, c'est le contexte. Mais il n'en reste pas moins que mes joueurs ont su mettre une intensité, de la rigueur et surtout une envie de gagner. À l'aller (défaite 1-2), nous n'avions pas su le faire, face à un autre PSG. » En clair, ses gars ont fait ce qu’ils avaient à faire, face à un adversaire qui accumulait les tuiles. Son homologue parisien opposait les mêmes arguments pour justifier sa défaite : des buts difficiles à accepter, mais surtout l'impossibilité d'aligner un onze compétitif au vu des forfaits et blessures en cours de match.


Il y a donc un opportunisme assumé dans le camp nordiste. Mais encore fallait-il pouvoir le provoquer. La bête était blessée, mais fallait-il encore avoir le cran pour s’en rendre compte. Après de longues minutes de flottement dans le positionnement défensif — un pressing mal coordonné et beaucoup d’espace entre les lignes —, le LOSC s’est appuyé sur un José Fonte magistral pour mettre en sourdine Kylian Mbappé, un Mike Maignan salvateur dans les moments chauds, mais surtout un quatuor offensif ultra compétitif. Voir combiner Jonathan Ikoné (3 passes décisives), Nicolas Pépé (un but, deux passes décisives), Jonathan Bamba (1 but) et Loïc Rémy (pas récompensé, mais influent en pointe) fut un vrai régal. De la vitesse, des automatismes, de la percussion et du réalisme. Le second but, celui de Pépé, où les quatre lascars ont touché le ballon en est la plus pure expression.


Les seconds seront les premiers


Ce résultat est aussi la réussite d’un coach, qui s’est accroché la saison dernière pour éviter la relégation du club, en y mettant de sa personne jusqu’à s’en péter le bide, et qui aujourd’hui est aux portes de la Ligue des champions. Le contraste est presque trop saisissant pour qu’on en prenne réellement la mesure. Et c’est certainement grâce à sa qualité de modérateur que le LOSC a su gérer les bas et aujourd’hui les hauts. Dimanche, Galette ne s’est pas enflammé : il a simplement « demandé à (ses) joueurs à la pause de rester très froids, très calmes, de rester à onze et de toujours chercher à attaquer, trouver cette profondeur pour obliger les Parisiens à courir vers leur but » , avant de se projeter sur les six matchs restants. « Il n'y a pas spécialement de fierté : juste la satisfaction d'être dans la continuité de ce que l'on fait en ce moment. Il fallait prendre des points vu les résultats du week-end et vu notre calendrier à venir. » De la modestie dans l’ambition : soit l'alliage que devraient présenter les autres clubs de Ligue 1 à l'avenir. Connaissant leur retour des enfers, ce n’est certainement pas au LOSC que l’on reprochera la faiblesse d’une concurrence qui n’a su exploiter les failles que le PSG a fini par laisser poindre. Mais avec cette victoire et ce panache, les Dogues ont au moins validé le fait qu'ils feront de très beaux vice-champions de France.

Par Mathieu Rollinger, à Villeneuve-d'Ascq Propos recueillis par MR, sauf ceux de José Fonte par Maxime Brigand et Javier Prieto Santos
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 2 heures Brouard réclame ses sous au Red Star 6

Le Kiosque SO PRESS

il y a 3 heures GoalControl en bataille judiciaire contre une ex-employée 20
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Et Paris explosa