Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe d'Europe
  2. // Real-Manchester (2-1)

Le Real plane encore sur l'Europe

Sans surprise mais non sans souffrir en seconde période, le Real Madrid n'a pas tremblé pour dominer logiquement Manchester United et s'adjuger la Supercoupe d'Europe. Un énième trophée pour Zinédine Zidane, dont les hommes continuent de planer sur le football continental.

Modififié

Real Madrid 2-1 Manchester United

Buts : Casemiro (24e), Isco (52e) pour le Real Madrid// Lukaku (62e) pour Manchester United

Les notes de Manchester United

Insatiable. Parfois brillant offensivement mais aussi loin d’être impérial derrière, ce Real-là est encore logiquement en phase de réglages. Dominateurs, les Madrilènes ont parfois souffert pour s'imposer face à une formation de Man United courageuse et hargneuse. Reste que depuis plus de deux ans, l'Europe du football continue de faire le même constat : à la fin, c'est le Real qui gagne.

Casemiro, tacleur total


À l'heure de retrouver son ancien club, Mourinho a tenu à mettre les choses au point « C’est un nouveau Manchester United, une nouvelle génération de joueurs. Ils n’ont pas beaucoup d’expérience des grands matches européens » . En clair, le grand manitou de Man United ne met pas une pression démentielle sur les épaules des siens qui, malgré un recrutement spectaculaire, doivent encore affiner leur collectif. Le début de match des Red Devils n'est pourtant pas dégueulasse, les Mancuniens arrivant à piquer épisodiquement le Real en contre. Sur l'un deux, Mkhitaryan fait sauvagement l'amour à Sergio Ramos en claquant un petit pont sublime. Avant de tenter un plongeon olympique digne des grandes heures de Pippo Inzaghi. Mais l'arbitre ne bronche pas. C'est ballot parce que le Real, lui, ne simule pas. À l'art du plongeon, Casemiro préfère celui du tacle. Pour défendre comme pour attaquer. Le Brésilien se jette ainsi en avant pour propulser le cuir au fond des filets, après un service cinq étoile d'Isco. Un but néanmoins entaché d'une légère position de hors-jeu. Qu'importe, United accuse le coup et les minutes suivantes ont des airs de passe à dix presque gênantes pour les Mancuniens, alors que les supporters madrilènes qui ont fait le déplacement à Skopje se paient allègrement la tête des fans anglais à coup de « olé » . Du grand classique en somme. Jusqu'à ce que José Mourinho ne profite de la pause fraîcheur pour remettre les idées en place à ses boys. Les Red Devils retrouvent ainsi un peu d'air en fin de première période en utilisant les ailes, et notamment la vitesse d'Antonio Valencia.

Fellaini, mal nécessaire


Après la pause, le Real, avec toujours Ronaldo sur le banc, semble se décider à passer la vitesse supérieure en jouant les maîtres d'école. La leçon tient en deux petits mots : une-deux. Isco combine dans un fauteuil avec Bale dans la surface avant d’assassiner sereinement De Gea. Délicieusement simple. Dominés, les Mancuniens vont tout de même profiter des absences défensives espagnoles. Pogba voit d'abord sa tête piquée dans la surface détournée par Navas mais Lukaku, seul à cinq mètres du but, envoie sa reprise vers l'infini et l'au-delà. Pas découragé, le Belge continue de se la jouer charognard des surfaces et finit par frapper en propulsant dans les filets un ballon repoussé par Navas, suite à une frappe puissante de Matic. Suffisant pour rebooster les hommes du Mou. Aux gammes techniques madrilènes, les Anglais opposent une agressivité redoublée à la récupération. Et misent sur la puissance physique de Fellaini, qui victimise sans se gêner le pauvre Carvajal et place un sacré paquet de taquets dans la surface. Mais les Mancuniens pèchent à la finition et Rashford manque un face-à-face crucial face à Navas. Alors Zidane lance Ronaldo dans l'arène pour tuer le suspense. Le Portugais n'aura cependant que le temps d'envoyer un coup franc surpuissant sur le parking. Qu'importe, au bout de sept minutes de temps additionnel, le Real croque un nouveau trophée. Zinédine Zidane, lui, se contente de remettre tranquillement sa cravate en place. ZZ a beau avoir le triomphe modeste, mois après mois, trophée après trophée, les fait sont là : il a définitivement fait du football européen sa chose.



Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Supercoupe d'Europe - Real Madrid-Manchester United (2-1)




Dans cet article


il y a 3 heures Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 64

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
il y a 10 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 66