Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options

Le Bayern démuni

Quatre matchs sans victoire, une sixième place au classement, le Bayern Munich traverse une passe difficile comme il en a rarement l’habitude. Forcément, c’est l’entraîneur Niko Kovač qui se retrouve en première ligne face aux critiques.

Modififié
Ce dimanche, la bière était plus amère que d’habitude du côté de Munich. Comme le veut la tradition, les joueurs du Bayern se sont rendus à l’Oktoberfest, mais les effets de la gueule de bois se faisaient sentir avant même d’avoir trempé les lèvres dans la mousse. La faute à une série de quatre matchs sans victoire pour le moins inhabituelle sur les bords de l’Isar. Pour cause, cela n'était pas arrivé depuis le mois d’avril 2017, période au cours de laquelle les Bavarois s’étaient inclinés à deux reprises face au Real Madrid en demi-finale de Ligue des champions, à Leverkusen et Mayence en championnat et Dortmund en Coupe. Dernièrement, l'opposition n'avait rien de plus coriace. Et en l’espace d’une semaine et demie, le champion d’Allemagne a failli face à Augsbourg (1-1), le Hertha (2-0), l’Ajax (1-1) et le Borussia Mönchengladbach (0-3).


Un tableau inquiétant, alors que trois de ces quatre contre-performances ont été concédées dans leur jardin de l’Allianz Arena. Quand Kicker estime que « le désarroi règne à tous les étages » , Bild pointe lui la responsabilité de Niko Kovač : « Le nouvel entraîneur venu de Francfort a l'air de plus en plus désemparé. On le voit ruminer sur la ligne de touche, parce que son équipe n'est qu'une pâle copie du Super-Bayern qui vient de remporter six fois consécutivement le titre. »

Vaches avec Kovač


« Mon futur ? Je ne peux pas répondre, lâchait le Croate samedi. Je connais les mécanismes du football et la Bundesliga. Je pense qu’on a fait sept grands matchs, mais depuis, on n’y arrive plus. Je sais que je suis au Bayern et qu’ici, le temps que l’on vous accorde n’est pas le même qu’ailleurs. On a prouvé de quoi on est capables et je suis persuadé qu’on peut encore le montrer. » À défaut d’avoir réussi à apprivoiser le Bayern sur le terrain, Niko Kovač a visiblement bien cerné comment fonctionnent les rouages du club. À l'inverse de ceux d'autres grands clubs européens, les dirigeants bavarois essayent de faire moins de vague en surface, pour garder un semblant de sérénité. Ainsi, Uli Hoeness a assuré ce lundi qu'il soutiendrait Kovač « quoi qu'il se passe dans les prochaines semaines » . Mais en profondeur, les discours critiques prolifèrent. « Je ne me souviens pas d'avoir vu le Bayern jouer aussi mal » , a par exemple tiré Lothar Matthäus. Le genre de déclarations qui ne présagent rien de bon, surtout que le dernier entraîneur à avoir encaissé un 3-0 a dû faire ses valises dans la foulée. C'était Carlo Ancelotti après une gifle reçue au Paris Saint-Germain au Parc des Princes.

Cadre et débordements


Et comme si les remous dans les bureaux ne suffisaient pas, cela bouillonne également dans le vestiaire. Si James Rodríguez s’en est pris directement à son entraîneur, d’autres cadres sont montés au créneau pour pointer les difficultés actuelles. Thomas Müller était comme souvent le plus virulent : « En ce moment, c’est un mélange d’erreurs et d’incapacité. La situation est brutale car nous faisons des efforts, mais pour le moment, nous ne faisons pas les bonnes choses et nous n’obtenons aucun résultat. »



Comme si l’ultra-domination ne payait plus (72% de possession ce samedi), le Bayern semble avoir perdu sa force de frappe offensive. « La défense n'est pas notre problème majeur, expliquait Joshua Kimmich. Contre M'Gladbach, nous ne nous sommes créé quasiment aucune occasion. Ce n'est pas que nous ne les mettons pas au fond, c'est que nous n'en avons pas ! Normalement, nous, le Bayern Munich, devrions toujours marquer deux ou trois buts. » Si la trêve internationale repousse à plus tard la réaction nécessaire et attendue, elle permettra au moins de faire un bilan à froid de cette période mouvementée. Reste à voir si Niko Kovač sera toujours considéré comme l'homme de la situation à la reprise.



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 53 minutes Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 8
il y a 2 heures Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 4 il y a 2 heures La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 19 il y a 3 heures La surprise de Zlatan aux enfants thaïlandais bloqués dans une grotte cet été 15 il y a 4 heures Le père de Sandro Rosell offre un million d'euros pour libérer son fils 20 il y a 4 heures Denis Balbir ne veut pas de femmes pour commenter les matchs 171
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi
À lire ensuite
Mbappé, c'est carré