Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // 8es
  3. // FC Barcelone-Galatasaray

No Peña, no gain

Arrivé en prêt cet hiver du FC Barcelone, Iñaki Peña est devenu le portier titulaire de Galatasaray en l’absence de Fernando Muslera. Si le jeune de 23 ans a déjà séduit les supporters turcs, il passera l’épreuve du feu ce jeudi face au Barça, avant son retour au club à l’été. À l’heure où les supporters blaugrana se posent des questions sur la continuité de Marc-André ter Stegen, Peña ferait bien de ne pas se louper, quitte à devenir leur bête noire pendant 90 minutes.


Quand Domènec Torrent, disciple de Guardiola, pose ses fesses sur le banc de Galatasaray en janvier dernier pour prendre la suite de Fatih Terim, il emmène avec lui une colonie de Blaugrana pour constituer son staff, ainsi qu'un gardien de but : Iñaki Peña. Le jeune gardien du Barça B ne compte aucune minute avec l’équipe première, mais choisit de s’exporter à 3000 kilomètres de chez lui pour gratter ses premiers matchs en professionnel. Le tout sous la protection du nouvel entraîneur des gardiens des Cimboms, Ricard Segarra. L’ancien responsable de la formation des gardiens de la Masia l’avait déjà trimbalé de Villarreal au Barça en 2013 et en a fait son gardien titulaire depuis son arrivée à Istanbul. « Nous avons une relation très proche lui et moi, confiait le joueur de 23 ans lors de son arrivée en Turquie. J'essaie d'honorer cette relation et son soutien lors de chaque minute que je joue. » Iñaki a d’ailleurs disputé cinq rencontres sur cinq possibles avec Galatasaray, faisant notamment quatre arrêts lors de son premier match face à Alanyaspor, un record pour le club stambouliote cette saison.

Bientôt milieu de terrain ?

Pour l'heure, il fait l'unanimité auprès des supporters turcs, qui ont rapidement été conquis pas l'aisance balle au pied de leur recrue. À tel point que les médias turcs s’amusent à dire qu’il pourrait jouer au milieu de terrain lorsque l’habituel titulaire, Fernando Muslera, sera revenu de blessure. Ce qui n’étonne pas vraiment José Bermúdez, son entraîneur des gardiens chez les U19 au Barça : « Il est bon techniquement des deux pieds, il a une très grande qualité de contrôle, de lecture du jeu... Il est comme un onzième joueur. Si un joueur ne sait pas où donner le ballon, lui saura très bien ce qu'il faut en faire. C’est lui qui donne la supériorité à l’équipe, il touche beaucoup de ballons durant un match et évidemment quand il va jouer ailleurs, sa qualité balle au pied impressionne. » Une qualité évidemment nécessaire pour tout gardien issu de la Masia qui souhaite prétendre à un spot dans l’équipe première. Mais son ancien entraîneur, avec qui il a gagné la Youth League en 2018, assure qu'il a d'autres cordes à son arc : « Il est très bon dans l’interprétation du jeu sans ballon, est bon sur ses appuis et dans les airs. Il fait de nombreux arrêts et est particulièrement bon sous pression, il fait les bons choix et est très efficace. C’est un joueur très fiable, qui assume ses responsabilités et sait rester calme en toute situation. »



Si José Bermúdez cire les pompes de son ancien poulain, Luivi de Miguel, son entraîneur des gardiens à Villarreal en U12 et U13 et aujourd’hui en poste à Majorque, n'hésite pas à en rajouter une couche, en soulignant le côté petit enfant parfait d'Iñaki, aussi bon « à l’école que sur les terrains » . « C’était un garçon très tranquille, qui n’attire pas l’attention, le genre de petit qui est au fond de la classe, ne fait pas de bruit, mais étudie bien, explique son formateur au Sous-Marin jaune. Il s’adapte très bien à chaque situation. » Y compris quand, à 10 ans, il doit quitter le domicile familial d’Alicante et sa vie paisible en bord de mer pour poursuivre sa formation un peu plus haut sur la côte méditerranéenne. « Ses parents venaient aux matchs, mais sinon, il vivait seul au centre de formation à 200 kilomètres de sa famille, et c’était dur pour lui, se souvient Luivi de Miguel. Tout ça a formé le joueur qu’il est aujourd’hui, très mature et avec une forte personnalité. » C’est sans doute aussi ce déchirement familial somme toute classique dans la trajectoire d'un jeune footballeur qui fait qu'Iñaki se réfugie dans le travail. À tel point que les deux entraîneurs se souviennent qu’il en demandait toujours plus, y compris sur des exercices de tirs ou de centres, qui n’ont pas grand-chose à voir avec son poste. « Il sait ce qu’il a à faire et est très professionnel sur et en dehors des terrains » , poursuit José Bermúdez. Au Barça, il a pourtant du mal à se trouver une place au sein de l’effectif professionnel, le passage lui étant d’abord barré par Jasper Cillessen, puis par Neto. S’il est promu comme troisième gardien par Ronald Koeman en début de saison, il joue l’essentiel de ses matchs avec la B, quand il ne cire pas le banc de l’équipe première lorsque le deuxième gardien est absent.

100% de réussite sur penalty en 2019

C’est pour cette même raison qu’il est parti grappiller du temps de jeu dans un Galatasaray à la teinte blaugrana. Pour mieux revenir en juin prochain, et espérer devenir le concurrent de Marc-André ter Stegen. Un gardien auquel Iñaki est d’ailleurs très souvent comparé pour sa polyvalence, sa qualité balle au pied et sa « petite » taille. Avec son mètre quatre-vingt-quatre, il mesure trois centimètres de moins que l’actuel titulaire des cages catalanes, là où dans beaucoup de club la norme est au mètre quatre-vingt-dix minimum. « On le compare à Ter Stegen parce qu’il a tous ces aspects qui font qu’il est un gardien qui colle parfaitement au style du Barça, explique José Bermúdez, qui ne se préoccupe pas de son manque de centimètres. C’est surtout un avantage pour Iñaki de pouvoir apprendre aux côtés de Ter Stegen, même s’il essaie de développer son propre style. » On ne sait pas si c’est au portier allemand qu’il a piqué son exceptionnelle détente ou sa rapidité au sol, mais Iñaki Peña se démarque tout de même sur un aspect bien particulier : les penaltys. Durant l’année 2019, le natif d'Alicante a arrêté tous les penaltys donnés au cours des matchs (hors tirs au but) : quatre arrêts sur quatre tirs. « Il interprète très bien et très rapidement les informations que donnent les tireurs avant de shooter : leur position du corps, comment ils posent le ballon, comment ils tirent habituellement... Il y a évidemment un petit peu de chance, mais il y a avant tout son talent, son travail et son ressenti » , explique celui qui, en sept ans à la Masia, n’a jamais vu un portier aussi fort dans ce domaine.


Une qualité qui pourrait faire la différence pour Xavi lors de son retour au club, puisque Ter Stegen n’a plus stoppé un penalty depuis un an, alors qu’Iñaki tourne à minimum trois arrêts par saison depuis qu’il est en Catalogne. En mai 2021, lors d’un match de barrage d’accession à la seconde division, il arrête notamment quatre tirs au but face à l’UCAM Murcia. Une routine pour le portier qui, déjà à 14 ans, avait stoppé six tirs au but en finale d'un tournoi face à l'Atlético avant de transformer lui-même celui de la victoire. De quoi laisser une trace dans la mémoire des supporters, qui auraient du mal à voir l’un des rares gardiens performants formés à la Masia quitter le navire. « Aujourd’hui, Iñaki est le gardien formé à la Masia qui est le plus proche de rejoindre l’équipe première, assure d’ailleurs José Bermúdez. Derrière lui, il y a Arnau Tenas, qui est aussi très bon, ou d’autres plus jeunes. Mais il est le gardien le plus complet à ce jour qui soit issu de La Masia. Et je n’ai aucun doute sur le fait qu’un jour, il sera le gardien titulaire du Barça. » Luivi de Miguel, qui le connaît depuis ses plus tendres années, n’a jamais douté : « Depuis tout petit, il a ces principes de travail, et on savait qu’un jour ça finirait par payer. » À lui de transformer l’essai ce jeudi, dans un Camp Nou dont il foulera la pelouse pour la première fois, mais peut-être pas la dernière.

Par Anna Carreau Propos recueillis par AC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 40 minutes Dernières places pour la projo So Foot de Benfica-PSG ! 3
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
Hier à 15:30 Le ministère de la Justice italien demande lui aussi l'extradition de Robinho pour qu’il purge sa peine 86