Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Disparition de Michel Hidalgo

Hidalgo, avant le coach, il y avait le joueur

Michel Hidalgo nous a quittés, alors que certains d’entre nous soignaient leur manque de foot en regardant sur YouTube les plus beaux matchs de ses Bleus. Si personne ne contestera que sa principale trace dans l’histoire du football français résidera dans son rôle de sélectionneur qui conjura la malédiction de notre sélection nationale, d’autres se souviendront aussi qu’il fut un très bon joueur, ayant notamment connu l’ivresse de la première finale de Coupe d'Europe des clubs champions.

Modififié
Nous sommes le 13 juin 1956, au Parc des Princes. Enfin, l’ancien. Devant un peu moins de 40 000 spectateurs se déroule un événement qui forgera pour longtemps le destin du foot européen. Une de ces rencontres qui écrivent l’histoire. La finale numéro 1 de la Coupe d’Europe des clubs champions entre d’une part le Stade de Reims, magnifique représentant de notre fierté hexagonale, et un Real Madrid déjà ogre du Vieux Continent, emmené par son génie argentin, Alfredo Di Stéfano. Les deux formations se neutralisent (2-2) quand, à la 62e minute, le tout jeune Michel Hidalgo, un des ailiers que l’entraîneur Albert Batteux a alignés pour forcer le verrou espagnol, marque un but de la tête. Un bref instant, cinq minutes très précisément, un club français a été le vainqueur virtuel de ce titre qui lui échappera si longtemps, jusqu'en 1993. Car finalement, les Merengues s'imposeront 4-3 et soulèveront le trophée, et ce, malgré la présence en face de l’immense Raymond Kopa. À peu de chose près, donc, le Michel Hidalgo joueur a failli se révéler aussi important pour les annales du foot français que le Michel Hidalgo sélectionneur, qui guida la génération dorée de Michel Platini.

Vidéo

Un parcours exemplaire, mais ordinaire


Au lieu de cela, ses quatorze saisons sur des crampons, si elles demeurent respectables, et même plus, demeureront à jamais dans l’ombre et certainement sans comparaison avec ce qu’il va accomplir par la suite pour le pays. Naturellement, il demeure aujourd'hui une des figures emblématiques du grand Reims, mais aussi l'un des héros d’une des époques bénies de l’ASM, et une source de fierté pour les amoureux du HAC où il avait commencé sa carrière. Avec un palmarès qui en ferait pâlir d’envie plus d’un, même aujourd’hui. Seul petit manque : une équipe de France qui ne lui offrit qu’une seule cape.


Son itinéraire débute en 1952, sept ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Michel est le fils d’un ouvrier espagnol immigré, installé du côté de Mondeville, pas loin de Caen. La reconnaissance dans la société normande se fait par le ballon rond, qui offre déjà à l’époque une issue à l’appel du travail à la chaîne, tout comme elle évitera une vie dans la mine à son futur coéquipier et grand ami Raymond Kopa. Il apprend le métier au sein de l’US Normande avec son frère jumeau Serge, qui ira ensuite tenter sa chance du côté de Rennes. Michel débarque donc en 1952 au HAC où il découvrira un professionnalisme encore balbutiant et surtout les affres d’une relégation.

Son coup de chance tiendra dans son transfert au Stade de Reims. Là, il peut se frotter aux meilleurs attaquants parmi ses contemporains : Jean Templin, René Bliard et surtout Raymond Kopa. Son modèle. Son ami, dont on nous dit que la disparition l’avait profondément marqué. Son sens du dribble et sa vivacité, les deux qualificatifs qui reviennent le plus souvent à son égard dans la presse, lui permettent de se faire une petite place dans ce onze de rêve, y compris quand il doit faire des allers et retours en train pour cause de service militaire (pas de privilège alors pour les stars des pelouses). Jusque donc cette finale perdue contre le Real en 1956, qui aurait sûrement pu changer le destin de notre petit championnat de seconde zone européenne. Il en sera différemment.

Les belles années de l’ASM et l'unique cape


Après Reims, en 1957, il débarque du côté de Monaco, qui est en train de se construire une équipe ambitieuse. Changement de climat et de vie. L’opportunité, aussi, de vivre sûrement ses plus belles saisons, notamment en tant que capitaine. C'est l’apprentissage des responsabilités, sous la direction de Lucien Leduc, qui sera un exemple pour lui, comme ont pu l'être Batteux ou Kovács. Sous le maillot monégasque, il va garnir son palmarès personnel de deux championnats de France (1961 et 1963) et de deux Coupes de France (en 1960 contre l’ASSE, et en 1963 contre l’OL, pour un doublé Coupe-championnat).




C'est justement au cours de cette période dorée qu'il va connaître son unique sélection en équipe de France, le 5 mai 1962. Et encore, c'est un coup de chance. À la base, Hidalgo est sélectionné pour jouer avec l'équipe de France B, tandis que la A doit disputer un amical contre l'Italie. À quelques jours de la rencontre, un joueur se blesse et doit déclarer forfait. Georges Verriest, le sélectionneur, décide donc d'appeler Michel Hidalgo pour pallier cette absence. Il entrera en jeu à la mi-temps et disputera donc 45 minutes, aux côtés de son copain Kopa. Ses seules minutes en maillot bleu ! Il mettra finalement un terme à sa carrière de joueur en 1966, après avoir disputé 369 matchs en Division 1. Fin d'un premier chapitre. Deux ans plus tard, il s'assoit sur le banc du RC Menton. Le début d'une nouvelle histoire.

Par Nicolas Kssis Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom