Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options

Football Leaks : City aurait payé Mancini à travers des sociétés offshore

Modififié
La tempête Football Leaks n'est pas finie pour City.

Vendredi soir, le réseau European Investigative Collaborations (EIC), regroupant des médias d'investigation européens comme Mediapart, publiait les premières conclusions de la deuxième fournée des Football Leaks, synthèse de l'analyse de millions de documents confidentiels ayant trait aux secrets du monde du football. Manchester City était déjà ciblé à cause d'un accord passé avec Gianni Infantino, ancien secrétaire général de l'UEFA, afin de se soustraire aux sanctions auxquelles le club aurait dû être exposé du fait de son non-respect des règles du fair-play financier.

L'aventure continue alors qu'il a été révélé aujourd'hui que le club avait également payé Roberto Mancini, son entraîneur de 2009 à 2013, par le biais de sociétés offshore basées à l’Île Maurice.


L'information est de L'Espresso, membre de l'EIC. Les règles du fair-play financier contraignent les clubs à équilibrer leurs dépenses et leurs recettes. Afin d'alléger sa masse salariale et de rentrer dans les clous, City aurait dissimulé une partie du salaire de Mancini grâce à des pratiques très opaques.

Cette partie était facturée par des sociétés mauriciennes derrière lesquelles se cachaient Mancini au club émirati d'Al Jazira, qui appartient aussi au propriétaire des Citizens, le cheikh d'Abu Dhabi Mansour bin Zayed al-Nayhan. La banque Barclays, dont le cheikh est un actionnaire, s'occupait de faire transiter tout cela. Ces transactions étaient justifiées par des activités de « conseils sur des questions relatives au football » auxquelles les sociétés écran se seraient adonnées pour le compte d'Al Jazira.

Un beau bordel. JP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 14

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75