Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2018
  2. // Groupe C

La fiche du Pérou

Renforcée à la dernière minute par son capitaine et chef de file Paolo Guerrero, la Blanquirroja peut aussi compter sur 9766 supporters qui ont acheté leur billet, et en feront l'un des plus gros contingents de supporters en Russie. Il est temps que le monde découvre les cheveux soyeux de Ricardo « el Tigre » Gareca.

Modififié

  • La liste des 23
  • Gardiens : Pedro Gallese (Veracruz), Carlos Cáceda (Deportivo Municipal), José Carvallo (UTC)
    Défenseurs : Alberto Rodríguez (Junior), Aldo Corzo (Universitario), Anderson Santamaría (Puebla), Miguel Araujo (Alianza Lima), Miguel Trauco (Flamengo), Christian Ramos (Veracruz), Luis Advíncula (Lobos BUAP), Nilson Loyola (FBC Melgar)
    Milieux : Paolo Hurtado (Vitória Guimarães), Christian Cueva (São Paulo), Renato Tapia (Feyenoord), Yoshimar Yotún (Orlando City), Edison Flores (Aalborg), Pedro Aquino (Lobos BUAP), Wilder Cartagena (Veracruz)
    Attaquants : Jefferson Farfán (Lokomotiv Moscou), André Carrillo (Watford), Raúl Ruidíaz (Monarcas Morelia), Paolo Guerrero cap. (Flamengo), Andy Polo (Portland Timbers).


  • Le onze type
  • Gallese – Advíncula, Ramos, Rodríguez, Trauco – Tapia, Yotún – Carrillo, Cueva, Flores – Guerrero.


  • L'analyse tactique
  • Orphelin de son capitaine et meilleur buteur jusqu’à la semaine dernière, Ricardo Gareca peut à nouveau bâtir une lance de combat avec sa plus belle pointe : Paolo Guerrero. Et, sinon, à quoi ressemblera le Pérou ? « Il jouera sans peur, sans limite, à l’image de son peuple » , prévient le sélectionneur. Une équipe soudée, des passes rapides et des lutins toniques sur les côtés ont permis à la Blanquirroja de réaliser une phase retour fracassante lors des éliminatoires de la zone AmSud (alors que la sélection n’avait pris que quatre points sur les sept premiers matchs). Trente-six ans après sa dernière participation au Mondial, le Pérou a le profil du poil à gratter. D'ailleurs, il reste sur quatorze matchs sans défaite. Pas mal.





  • La stat à la con : 1
  • Alerte de détecteur sismique déclenchée après le but de Farfán contre la Nouvelle-Zélande en barrage.



  • Ce que Poutine dirait de cette équipe :
  • « Attention, talent chez Jefferson Farfán. Au vu de ses états de service (dix buts cette saison en championnat), le prolifique conducteur du Lokomotiv Moscou peut compter sur le soutien du peuple russe. »

  • Il aurait pu être russe, mais il est né à... Lima
  • Jefferson Farfán, lanceur de fusée. Le buteur péruvien a mis toutes ses forces dans le tir à bout portant qui a délivré le Pérou lors du barrage retour contre la Nouvelle-Zélande (0-0, 2-0). Et son cœur aussi. Sur le coup, Farfán a complètement fondu en larmes sur le terrain. Submergé par l’émotion d’entrevoir une qualification inespérée au début des qualifications, mais aussi de marquer pour son coéquipier, capitaine et pote d’enfance, Paolo Guerrero, suspendu. À 33 ans, Farfán vient de claquer son meilleur total sur une saison en championnat en étant le grand artisan du titre de champion du Lokomotiv Moscou (attendu depuis 2004). Un agent infiltré précieux pour la mission péruvienne.

  • Le joueur frisson : Paolo Guerrero
  • C’est le capitaine, le leader, le meilleur buteur péruvien des éliminatoires (à égalité avec Edison Flores) et surtout celui qui a eu le cran de rentrer un coup franc direct contre la Colombie, à un quart d’heure de la fin du dernier match qualificatif, quand le Pérou était virtuellement éliminé. Il a un regard de killer. Il est capable de découper des genoux au hachoir. Il se relève quand il pisse un bol de sang. Et il s'en est fallu d’un ultime recours auprès du Tribunal fédéral suisse pour annuler sa suspension à la suite d'un contrôle positif à un métabolite de cocaïne en octobre dernier. Le Guerriero est dans la place !


  • Le joueur qu'on n'a pas du tout envie de voir : Nilson Loyola
  • Un sale petit con qui fout en l’air des appareils photo.

  • Le grand absent qui n’en est pas un : Claudio Pizarro
  • Meilleur buteur étranger de l’histoire de la Bundesliga (192 buts depuis son arrivée au Werder en 1999), une Ligue des champions au palmarès et même une pige chez Disney pour le doublage du film Coco : le CV a de l’allure. Mais à 39 ans, force est de constater que « Le Blanc » , comme on le surnomme au Pérou, se fait vieux. D’ailleurs, son compteur reste bloqué à 85 sélections depuis mars 2016. En vérité, le grand absent pourrait s’appeler Cristian Benavente, auteur d’une belle saison avec Charleroi. Il a été convoqué pour des matchs amicaux du mois de mars, mais son profil de dribbleur soliste ne semble pas convenir au projet de Ricardo Gareca.

  • S'ils étaient un tube de l'été...
  • Survivor - Eye Of The Tiger, parce qu’il cartonnait déjà lors de la dernière apparition du Pérou à la Coupe du monde.

    Vidéo

  • Pourquoi ils vont... battre les Bleus
  • On rembobine : en 1982, la sélection péruvienne s’impose face à la France au Parc des Princes à quelques semaines du Mondial espagnol, grâce à un but de Juan Carlos Oblitas. Et ce remake a déjà une bande-annonce. Arriba Péru carajo !

  • Le programme :
  • Pérou - Danemark
    Samedi 16 juin, à 18h, à Saransk
    France - Pérou
    Jeudi 21 juin, à 17h, à Iekaterinbourg
    Australie - Pérou
    Mardi 26 juin, à16h, à Sotchi



    Par Florian Lefèvre
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié




    Dans cet article


    Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
    Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
    À lire ensuite
    La fiche de la France