Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 30 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Monaco-PSG (0-4)

Comme prévu, Paris explose Monaco

En plein doute et amoindri, Monaco a subi à domicile la puissance offensive de Paris symbolisée par Cavani, auteur d'un triplé. Le leader de Ligue 1 remporte son treizième match en treize journées pendant que la Principauté s'enlise dans la zone rouge.

Modififié

Monaco 0-4 Paris Saint-Germain

Buts : Cavani (4e, 12e et 53e) et Neymar (64e sp)

Un match de football se déroule parfois exactement comme la plupart des intéressés l'avaient imaginé. Un favori, leader incontesté de Ligue 1, qui marche sur l'eau grâce à un effectif en or massif et des résultats parfaits contre un outsider, avant-dernier du championnat, déboussolé par des performances en dessous de tout et appauvri par un maximum d'absents ? N'en jetez plus, le premier va désosser le second en moins de temps qu'il n'en faut pour allumer la télévision. C'est exactement ce qu'il s'est passé ce dimanche soir lors de l' « affiche » opposant un Paris Saint-Germain qui n'aime décidément pas le suspense et un Monaco qui n'a jamais pu y croire. Spoiler : le match était déjà plié avant même le quart d'heure de jeu atteint.

Opportunité parfaite pour le retour de Cavani


Paris allait gagner, donc. Comme lors des douze premières journées de L1. Une fois ce socle posé, il fallait aller chercher d'autres ambitions. Comme redonner confiance – si tant est qu'il l'avait perdue – à Cavani, dont la dernière titularisation sur la scène nationale remontait au 20 octobre. Bingo : en douze minutes chrono et avec l'approbation de la vidéo (qui annulera heureusement une réalisation de Draxler en fin de première période), l'Uruguayen plante un doublé après une frappe ratée de Neymar et un service de Diaby.


Dès lors, impossible pour Monaco – qui, rappelons-le, n'a plus gagné une partie depuis le 11 août dernier – d'espérer un résultat. Surtout que Chadli rejoint la quinzaine de blessés asémistes à l'infirmerie à la 21e minute. Clairement, chacun avait raison sur le fait que le soir n'était pas idéal pour recoller les fissures du Rocher. Le seul souhait éventuellement envisageable, et pas seulement de la part des membres de la Principauté, est désormais que le club de la capitale ne l'explose pas en mille morceaux.

Cruel, mais attendu


Après tout, pourquoi les Parisiens ne feraient-ils pas une belle action en levant le pied ? Et à quoi leur servirait-il de coller une branlée à un adversaire qui n'en a que le nom ? Peut-être à prendre une dernière revanche sur le titre perdu en 2016. M'enfin, les ogres de l'Hexagone n'ont pas non plus envie de se tuer à la tâche. Et font donc circuler le ballon, tranquillement, laissant même deux occasions à Mboula quand Mbappé, Nkunku ou Diaby ne testent pas les gants d'un Benaglio évidemment sollicité.



La suite est presque trop cruelle pour être racontée. Mboula se pète lui aussi dès le retour des vestiaires, Cavani ne fait pas de sentiment et s'offre un triplé (Diaby à la passe, encore), Mbappé obtient un penalty après une faute de Sidibé, Neymar le transforme et fait exister la correction tant redoutée, Mbappé en colle un cinquième cependant refusé... Et puis la fin, enfin. Une soirée complètement classique pour le PSG, et tristement attendue pour Monaco. Qui, de son avant-dernière place, regrette le temps où il était à celle de Paris.


Monaco (4-4-2) : Benaglio - Sidibé, Badiashile, Jemerson, Henrichs - Pelé, Aït Bennasser, Grandsir, Chadli (Mboula, 21e ; Isidor, 49e) - Diop, Falcao (Massengo, 69e). Entraîneur : Henry.

PSG (3-4-3) : Areola - Silva, Kimpembe, Kehrer - Diaby (Di María, 77e), Draxler (Nsoki, 70e), Nkunku (Choupo-Moting, 78e), Rabiot - Mbappé, Cavani, Neymar. Entraîneur : Tuchel.


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Un entraînement pour Paris, un cauchemar pour Monaco




    Dans cet article


    Hier à 16:30 Les bonnes recettes de la FFF 14
    Partenaires
    Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    À lire ensuite
    Les notes de Paris