Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 71 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Rennes

Rennes, London Calling

Moins de vingt-quatre heures après avoir dégagé le Betis, le Stade rennais vient de voir le nom de son adversaire pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa sortir des boules, à Nyon. Un jackpot : la bande de Stéphan a rendez-vous avec Arsenal.

Modififié

En quoi est-ce un bon tirage ?


Enfermé dans une pièce du Benito-Villamarin jeudi soir, Julien Stéphan avait tenu à dégonfler la pression : « La priorité, désormais, c'est de bien récupérer. On est le petit poucet. » Mais l'entraîneur du Stade rennais avait-il un rêve, quand même ? Confidence : « J'ai croisé Joris Gnagnon mercredi. On n'a pas évoqué ça ouvertement, mais on s'est dit dans le creux de l'oreille, que ce serait sympa de se retrouver... » Finalement, après la Tchéquie, le Kazakhstan, l'Ukraine et l'Espagne, Rennes va découvrir l'Angleterre, le 7 mars prochain, et défiera Arsenal, tombeur du BATE Borisov lors des seizièmes de finale (0-1, 3-0). Une bonne nouvelle ? Oui pour l'affiche évidemment, mais pas forcément non plus une mauvaise pour les espoirs, même si les Gunners ont l'avantage de l'expérience. Pourquoi ? Parce qu'Arsenal a des failles, défensives notamment (la bande d'Emery affiche la onzième plus mauvaise défense de Premier League avec 37 buts encaissés en 26 journées, N.D.L.R.), et qu'il souffre face aux équipes joueuses. Peut-être aussi parce qu'Hatem Ben Arfa a quelques comptes à régler.

Les retrouvailles


Avec qui ? Avec Unai Emery, un coach qui lui avait gentiment demandé un jour d'arrêter de « se prendre pour Messi » et avec qui l'international français a vécu une drôle d'histoire au PSG. La preuve par le souvenir : selon France Football, quelques minutes après la remontada, Ben Arfa n'avait pas hésité à rentrer dans le lard du technicien basque et à lui affirmer qu'il ne « dépasserait jamais les huitièmes de finale de la Ligue des champions, même avec la meilleure équipe du monde » . Ambiance en prévision, donc. Ce huitième de finale sera aussi l'occasion de revoir Petr Čech à Rennes, où le gardien tchèque a explosé (2002-2004) avant de rejoindre Chelsea, mais aussi quelques anciens de Ligue 1 (Lacazette, Aubameyang, Koscielny, Lichtsteiner et Guendouzi) au Roazhon Park. Sexy saucisse.

De quoi faut-il se méfier ?


Peut-être de l'histoire, justement, car Arsenal affiche quelque 300 copies européennes au total, dont 46 de C3, une compétition qui a accueilli les Gunners dans le dernier carré la saison dernière et dont les Londoniens ont disputé la finale en 2000. Quand on y ajoute le savoir-faire en la matière d'Unai Emery (trois victoires avec le FC Séville), il y a de quoi claquer un peu des mollets. Ce huitième de finale sera le premier de l'histoire du Stade rennais, mais aussi la deuxième double confrontation seulement du club avec une écurie anglaise après une demi-finale de Coupe Intertoto perdue face à Aston Villa (2-1, 0-1) en juillet 2001. Alors, peureux ? Non, pour quoi faire ?

L'anecdote pour briller en société


Avant de rejoindre le Stade rennais cet été, le nom de M’Baye Niang a longtemps tourné du côté d'Arsenal. Au point de voir Arsène Wenger souligner publiquement le talent du bonhomme en janvier 2017 et de voir naître cette compilation cadeau.

Vidéo


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi

À lire ensuite
Stéphan, la galette du roi