Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Quarts
  3. // PSG-Bayern (0-1)

Les bleus de Coman, le blanc de Pavard, le raid de Lucas

Fort derrière, faible devant et invisible sur les côtés, le Bayern a donc été à l'image de ses trois Power Rangers français. Et pas la peine de vous dire que c'était Lucas Hernandez dans la combinaison de Force Rouge.

Modififié
La France ne pouvait pas terminer cette soirée européenne sans une once de sa traditionnelle lose. Mais plutôt que de faire porter le chapeau (encore une fois) au Paris Saint-Germain, la scoumoune s’est cette fois abattue de l’autre côté du terrain. À savoir sur les Frenchies de l’étranger. Finalement pas si étonnant, puisqu'il y avait autant d’internationaux français côté Bayern que côté PSG, voire plus si on exclut d’office le fait que Colin Dagba porte un jour le maillot des A. Au Parc des Princes, Kingsley Coman, Benjamin Pavard et Lucas Hernandez ont tous trois dit au revoir à la possibilité de signer un back-to-back en Ligue des champions. Mais chacun a livré des prestations à géométrie variable, et finalement toutes symptomatiques du mal qui a rongé les Bavarois durant cette double confrontation.

Coman, le retour du moi


Il y en a bien un pour qui ce match retour avait plus de valeur que pour les autres : Kingsley Coman. L’ailier francilien honorait la première titularisation au Parc des Princes depuis qu'il est pro (nous n'avons pas vérifié s'il a participé au challenge Wanadoo ou à la Danone Cup). Le Titi parisien était entré en jeu contre Montpellier pour la dernière demi-heure de la saison 2013-2014 et avait, une fois le maillot rouge du Bayern sur le dos, remplacé James Rodríguez à la pause d’un match de poule en septembre 2017. 73 minutes, c’est peu. Mais ce soir, en 90 minutes, le gamin de Moissy-Cramayel n’aura pas montré beaucoup plus que ce que Paris ne lui connaissait déjà : de la percussion, de l’activité, des efforts collectifs, mais rien qui aurait pu faire tomber son club formateur.



Pourtant, ce n’est pas Colin Dagba qui, même s’il lui a laissé moins d’espace à l’aller, avait le profil pour l’embêter. Mais voilà, sans le tueur qu’est habituellement Lewandowski dans la surface, ses arabesques n’auront finalement jamais abouti. Il n’y a qu’avec une remise de la tête en seconde période, dans une position presque identique à celle de son buteur vainqueur en finale de la dernière C1, qu’il a pu faire courir un frisson sur l'échine des Parisiens. Mais avec cette partition livrée, c’est une boucle qui se boucle pour lui.

Paris, je suis venu ici pour souffrir OK

Lucas à part


À l’autre bout du terrain, le panorama est complètement différent. Car Lucas Hernandez a livré, lui, un véritable match de patron. Directement placé en défense axiale, à l’inverse de l’aller où il avait débuté en tant qu’arrière latéral, le guerrier a écœuré Kylian Mbappé et Neymar Junior, jouant à la fois sur la corde sensible du hors-jeu (8 contre le PSG), mais aussi avec sang-froid au moment de rattraper les sprinters adverses. Flanqué d’un solide Jérôme Boateng, l’ancien Colchonero a montré que Diego Simeone avait bien raison de le considérer d’abord comme un central plutôt que comme un latéral, et envoie dans le même temps un vrai signal à Didier Deschamps, si celui-ci cherchait un peu d’inspiration avant l’Euro. Le Bayern termine donc sa campagne européenne sur un clean sheet, mais peut-être avec le regret de ne pas avoir offert le même hermétisme sous la neige de Munich il y a une semaine. Et Pavard dans tout ça ? Pas vu, pas pris. Sauf pour briller dans un de ses exercices préférés : le débrief d'après-match, où on l'a entendu souhaiter à Paris de « pouvoir la soulever » . Une attitude aussi fair-play et patriote que significative de l'état d'esprit du Bayern, pas assez conquérant ce mardi pour montrer que l'exploit du PSG à l'aller n'était que le coup d'un soir.



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 14:30 Villa directeur général d'Odisha 9 Hier à 13:45 Lens 81, Riquelme... Découvrez la collection photos So Foot de mai 2
Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE