Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Résumé

Auxerre fesse Metz, Paris veut y croire

Pendant que l'AJA s'impose 4-0 contre Metz, le Red Star gagne au buzzer à Ajaccio, et le Paris FC enchaîne une deuxième victoire de rang et se donne le droit de croire à un impossible maintien. Bonne opération aussi pour Lens, vainqueur sur la pelouse de Niort.

Modififié

Ajaccio 1-2 Red Star

Buts : Cavalli (42e) pour Ajaccio // Bouazza (56e), Fournier (94e) pour le Red Star

Vous connaissiez Pascal le grand frère, voici Riffi le petit frère. Dans un début de match pauvre en occasions, Riffi Mandanda sort un arrêt de grande classe face à l’Audonien Aristeguieta. Juste avant la mi-temps, Cavalli envoie les Corses aux anges en inscrivant son cinquième but de la saison sur penalty. La belle étoile rouge et ses princes reviennent au score à l’heure de jeu grâce à Bouazza qui transforme un penalty obtenu par Sliti. Les occasions se multiplient en seconde période, mais ni les Corses ni les Franciliens ne trouvent le secret pour tromper la défense adverse. C’était sans compter sur Rémi Fournier, qui se la joue Nouvelle Star, en venant offrir la victoire aux Franciliens dans les tout derniers instants de la rencontre. 4 bleus pour lui.

Auxerre 4-0 Metz

Buts : Courtet (45e, 90e), Sefil (53e), Puygrenier (77e) pour l'AJA

Metz débarque à l’Abbé-Deschamps dans un ensemble jaune fluo, digne des précédentes campagnes de sensibilisation à la sécurité routière. Pas d’excès de vitesse en début de match où les deux équipes, prudentes, se neutralisent. Auxerre passe la seconde, mais doit laisser Ruben Aguilar sur le bord de la route en cours de match après une blessure à l’épaule. Les Bourguignons repartent pied au plancher, et Gaëtan Courtet ouvre le score sur penalty avant que les 22 acteurs ne regagnent les stands. Au retour des vestiaires, Sefil, oublié sur le bord de l’aire de l’autoroute par la défense lorraine, fusille Didillon du gauche. Metz cale et tombe en panne sèche à la 76e minute, lorsque Puygrenier vient inscrire le but du 3-0 d’une belle tête décroisée. Les Messins manquent un penalty dans les arrêts de jeu avant que Courtet ne s’offre un dernier tour de piste en toute fin de match pour un doublé sur penalty.

Niort 0-1 Lens

But : Cyprien (77e) pour Lens

Un match qui commence par un loupé incroyable. Le Niortais Omrani, seul face au but à un mètre de la ligne, trouve le moyen de rater le cadre alors que le gardien lensois était battu. L’Algérien tente de se racheter sur coup franc quelques instants plus tard, mais la barre transversale vient freiner ses ardeurs. Les recruteurs de deuxième division anglaise, présents dans les tribunes de René-Gaillard, n’ont pas grand-chose à se mettre sous la dent si ce n’est cette tête lensoise sur le poteau au retour des vestiaires. Wylan Cyprien, bien décalé par Nomenjanahary, vient réveiller la rencontre à la 78e en inscrivant le seul but de la partie d’une belle frappe au sol. Les Chamois réagissent, mais trouvent une nouvelle fois les montants lensois à la 84e minute. Lens s’impose et Niort tombe dans la zone de relégation. Le Chamois dort.

Évian TG 0-0 Tours



L’entraîneur haut-savoyard Romain Revelli insistait avant le début de la rencontre sur un ton professoral : « L’important, ce soir, c’est de ne pas faire n’importe quoi. » Ses élèves semblent avoir retenu la leçon et sont tout proches d’ouvrir le score dès la cinquième minute de jeu sur corner. Mais Tours veut aussi devenir premier de classe et fait reculer le bloc haut-savoyard. Le niveau des 22 élèves baisse considérablement après la pause et la copie rendue par les joueurs de l’ETG est bien pâle. Les Roses peuvent même s’estimer heureux de ne pas avoir reçu de punition en fin de match. Bédia s’écroule dans la surface et aurait dû obtenir un penalty. L’ETG compte un seul point d’avance sur le redoublement en National.

Nîmes 2-0 Valenciennes

Buts : Fabre (67e), Ripart (69e) pour Nîmes

Sous les yeux du double champion olympique de natation Yannick Agnel, Valenciennes prend une douche froide dès la première minute de jeu avec l’expulsion de Ntim, qui ne s’était sûrement pas mouillé la nuque avant d’entrer sur la pelouse. Battu par les vagues offensives nîmoises, le navire nordiste est maintenu à flot par le gardien Damien Perquis qui multiplie les plongeons. Mais le portier valenciennois ne peut éviter la noyade des siens à la 66e sur une belle frappe du gauche de Florian Fabre. Renaud Ripart maintient, quant à lui, la tête des Nordistes sous l’eau en doublant la mise trois minutes plus tard. Saliou Ciss décide de sortir du bassin plus tôt que prévu et laisse ses partenaires à neuf contre onze pour les cinq dernières minutes. Nîmes fait boire la tasse à Valenciennes et s’offre une bouée de cinq points d’avance sur la zone rouge.

Paris FC 2-0 Bourg-Péronnas

Buts : Bahamboula (5e), Camara (19e) pour le PFC

La mission commando des joueurs du Paris FC continue. Cinq jours après son doublé contre le Red Star, le caporal Dylan Bahamboula dégoupille la première grenade à la sixième minute d’une belle frappe au premier poteau qui trompe Fabri. Il est rapidement imité par son adjudant Camara qui double la mise à la 18e minute. Les Franciliens protègent alors leur base arrière, même si les Bressans loupent l’occasion de revenir à portée de fusil avant la mi-temps. Le score ne bougera plus, Paris doit encore refaire son retard de six points sur Évian, premier non-relégable. Le tout, sac à dos de vingt kilos sur les épaules.


Brest 0-0 Le Havre



Il existe les bons et les mauvais 0-0. Ce Le Havre-Brest fait plutôt partie de la première catégorie. Dans un match riche en occasions, Le Havre peut regretter ces 45 premières minutes dans lesquelles Duhamel et Mousset n’ont su tromper la vigilance de Johan Hartock. Le gardien brestois réalise une grosse performance qui a le mérite de booster ses coéquipiers. Au retour des vestiaires, les Bretons se montrent plus dangereux, mais restent inoffensifs. Mathieu Duhamel bouffe la feuille de match à trois reprises, et Mousset ne trouve pas le chemin des filets sur un ultime coup franc. Le Havre rate l’occasion de se rapprocher de Dijon et Nancy au classement et voit le Red Star revenir à égalité de points sur la troisième marche du podium.

Laval 1-2 Sochaux

Buts : Monfray (96e) pour Laval // Toko Ekambi (18e), Sao (92e) pour Sochaux

L’attaquant lavallois Rachid Alioui passe un bien mauvais début de soirée à Francis-Le-Basser. Après avoir tenté de séduire la belle Ligue 2 d’un retourné acrobatique bien léché, il se prend un râteau cinq minutes plus tard lorsque Werner détourne son tir au but. Karl Toko-Ekambi, opportuniste, en profite et vient emballer la rencontre à la 18e minute sur penalty. Werner, en bon copain, repousse les avances lourdes des Lavallois qui s’essayent de loin (49e, 56e). En fin de soirée, le roi de l’after s’appelle Moussa Sao (la version samba de Moussa Sow), qui marque dans les arrêts de jeu, du gauche après un joli raid solitaire. Une bien bonne idée, puisque Laval marque enfin à la 95e. Trop tard.

  • Résultats et classement de Ligue 2

    Par Maxime Feuillet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article