S’abonner au mag
  • Mondial 2022
  • Gr. D
  • France-Australie (4-1)

Theo Hernandez, au nom du frère

Par Mathieu Rollinger, à Doha
Theo Hernandez, au nom du frère

Le verdict médical est tombé dans la nuit : Lucas Hernandez est forfait pour le reste la compétition, touché aux ligaments croisés après seulement neuf minutes de jeu dans cette Coupe du monde. Un drame sportif, personnel, mais pas familial. En effet, son remplaçant de frère Theo a montré lors de la large victoire contre l’Australie (4-1) qu’il avait les épaules pour faire perdurer chez les Bleus le nom, les qualités et les valeurs de son aîné.

Lucas Hernandez n’a pas pu voir l’ouverture du score des Australiens qu’il a en partie causée. Il faut dire qu’étant dos au but, la tête dans le gazon, sa position ne se prêtait guère à un rôle d’observateur. Personne n’aura pourtant idée de lui en vouloir : on ne tire pas sur un soldat au sol. Certes, le latéral tricolore a perdu dès la 9e minute son duel avec Mathew Leckie, laissant tout le loisir à son vis-à-vis australien de trouver le biennommé Craig Goodwin au second poteau, mais les Bleus ont vite compris qu’il y avait bien plus grave qui se tramait à l’opposé de la surface de réparation : cette action a coûté un genou à leur pote. Les Socceroos pouvaient continuer d’exulter, tous se sont retrouvés au chevet de Lucas. Par solidarité d’abord, par volonté de se ressouder ensuite.

La perte d’un coéquipier sur blessure peut parfois engendrer un peu de doute, mais, au contraire, on a su se remobiliser.

« On comprend tout de suite que c’est quelque chose de très sérieux. On connaît tous la place de Lucas, son importance, encore plus dans un match comme ça, où on a besoin d’agressivité, affirme Hugo Lloris, avant d’identifier l’électrochoc. La perte d’un coéquipier sur blessure peut parfois engendrer un peu de doute, mais, au contraire, on a su se remobiliser. » Dayot Upamecano assure lui qu’avoir « vu son visage au moment de sa blessure » l’a « motivé pour la suite », quand Benjamin Pavard voulait à tout prix aller chercher cette victoire pour son collègue du Bayern. Émotionnellement, cette perte a fait son effet, et bien au-delà du cercle bavarois. Il y en a un qui a dû mettre plus que quiconque ses sentiments de côté, alors qu’il est par nature lié par le sang au sortant.

What’s up bro ?

Theo Hernandez a vu le jour 21 mois après Lucas ; il a donc découvert la Coupe du monde quatre ans après son frère. Au vu de ses débuts, on peut aussi prendre le pari qu’il pourra se révéler comme un élément déterminant du parcours des Bleus, comme l’a été Lucas, relatif anonyme lorsqu’il s’est emparé du poste d’arrière gauche en Russie. Rien ne peut présager à ce stade que l’or sera au bout, mais le capitaine du Milan a fait étalage de tout son talent pour exceller sur le flanc d’une défense à quatre, alors qu’il était jusqu’ici dans l’esprit de Didier Deschamps un excellent piston dans le feu 3-4-3 des Bleus, et participer activement à la bonne prestation française. À son compteur : concentration défensive, application dans les transmissions (à l’exception d’une perte de balle plein axe qui a offert une frappe à Duke) et surtout – son point fort – un indéniable apport offensif. Le gaucher s’est notamment distingué par cinq centres aboutissant presque tous à une situation dangereuses (les frappes en retrait de Griezmann et Tchouaméni, la bicyclette de Giroud) ou se transformant en passe décisive (sur l’égalisation de Rabiot). L’occasion de souligner que si la blessure de Lucas a secoué les crânes bleus, c’est bien Theo qui a su mettre le plan de révolte en marche.

Alors que Lucas Hernandez s’était remis in extremis d’un adducteur défaillant avant le tournoi, son forfait définitif, après le diagnostic annonçant une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, est évidemment une perte énorme pour les tenants du titre. « Ça commence à faire beaucoup », soufflait Hugo Lloris, sans savoir que les ligaments de son partenaire étaient touchés. Pour Didier Deschamps, qui a blindé sa liste en défenseurs centraux au détriment de spécialistes du poste de latéral comme Ferland Mendy, Lucas Digne ou Jonathan Clauss, un casse-tête pointe le bout de son nez : qui est désormais la doublure de Theo ? Avec le forfait de Kimpembe, remplacé par le droitier Disasi, tous les axiaux seraient amenés à jouer sur leur mauvais pied s’ils devaient dépanner sur le côté, et Adrien Rabiot, qui a déjà officié là pendant le dernier Euro, est déjà trop précieux dans son rôle originel de milieu relayeur. « Si on veut être tranquille, il faudrait tripler les postes, renvoyait le sélectionneur mardi soir. Aujourd’hui, il y a Theo, on verra ensuite s’il y a besoin d’autres alternatives. » Déjà secouée avant la compétition par une enquête de France Football apportant un nouveau point de vue sur la disparition de leur père, la fratrie Hernandez s’est trouvé une nouvelle épreuve à surmonter, quitte à ce que ce soit le cadet qui porte le flambeau.

Bleus : Jusqu’ici, tout ne va pas si mal

Par Mathieu Rollinger, à Doha

Propos recueillis par MR et Maxime Brigand.

Articles en tendances
30
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen  (3-0)
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Leverkusen
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)
Logo de l'équipe Atalanta
Lookman au triple galop
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Bayer Leverkusen (3-0)
Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

France

Australie

Logo de l'équipe Angleterre
England's Harry Kane celebrates scoring their side's first goal of the game during the UEFA Euro 2024 Group C qualifying match at Wembley Stadium, London. Picture date: Sunday March 26, 2023. - Photo by Icon sport
England's Harry Kane celebrates scoring their side's first goal of the game during the UEFA Euro 2024 Group C qualifying match at Wembley Stadium, London. Picture date: Sunday March 26, 2023. - Photo by Icon sport
Pronostic Angleterre Australie : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Angleterre Australie : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Angleterre Australie : Analyse, cotes et prono du match amical international

Lucas Hernández

01
Revivez l'élimination du PSG face à Dortmund
Revivez l'élimination du PSG face à Dortmund

Revivez l'élimination du PSG face à Dortmund

Revivez l'élimination du PSG face à Dortmund

Theo Hernández

02
Revivez : France-Allemagne (0-2)
Revivez : France-Allemagne (0-2)

Revivez : France-Allemagne (0-2)

Revivez : France-Allemagne (0-2)