S’abonner au mag
  • Ligue 1
  • J38
  • Lyon-Strasbourg

Strasbourg : et maintenant ?

Par Nicolas Kssis-Martov

Alors que l’ultime déplacement du RC Strasbourg à Lyon ce dimanche ne revêt aucun enjeu pour le club alsacien, il confirme également que les espoirs suscités lors du rachat du club par Blueco ont vite été douchés. Si le maintien est acquis cette saison, le futur ne s’annonce pas forcément rose.

Strasbourg : et maintenant ?

À l’issue d’un troisième revers consécutif au Havre le 4 mai dernier, Patrick Vieira confessait un terrible sentiment d’impuissance. «Je suis furieux. On n’a pas le droit d’avoir fait un match aussi pitoyable au niveau de l’attitude, au niveau de l’état d’esprit, au niveau de l’esprit de compétition, c’est quelque chose que moi, je ne peux pas supporter, assénait le coach strasbourgeois totalement dépité. Les joueurs pensent certainement déjà aux vacances». Impossible de résumer plus justement l’impression qui prédomine dans la capitale alsacienne. À Strasbourg, on ne peut pas simplement se satisfaire du récent succès dans le derby face à Metz pour oublier cette saison galère. D’autant que la suite inquiète déjà.

Une « réserve de Chelsea » sans saveur

À défaut de rêver d’Europe, les supporters et le public de la Meinau n’auront même pas eu droit au suspense haletant d’un maintien assuré à la 94e minute grâce à un coup franc à la Dimitri Liénard. Même le sauvetage assuré l’an dernier par Frédéric Antonetti, venu assurer une nouvelle pige de secouriste du ballon rond, laissera un meilleur souvenir. Non, cette fois, si le Racing reste dans l’élite, il le devra surtout aux ratés des autres formations qui luttent pour le maintien. La saison qui se termine aura été façonnée par l’ennui de résultats en dents de scie, plutôt vers le bas, avec peu de spectacle à se mettre sous la dent ou d’exploits à partager sur les réseaux sociaux. L’amertume est grande. Le rachat par le groupe BlueCo dans le cadre d’une multipropriété qui transformait le RCSA en réserve de Chelsea, n’a pas produit les effets escomptés y compris en matière d’investissements sur le mercato. Au contraire, le départ d’Habib Diallo vers l’Arabie saoudite ou celui de Matz Sels vers Nottingham Forest ont participé à l’affaiblissement de l’effectif.

Patrick Vieira, qui était venu sur les bords du Rhin se construire enfin un destin d’entraîneur reconnu en France, a dû composer avec cette situation guère reluisante. Marc Keller, resté pour le moment président, ne réussit plus de son côté à calmer les inquiétudes. Notamment chez les supporters, qui constituent aujourd’hui un des atouts essentiels du club, avec la fameuse « magnifique ambiance » d’une Meinau quasiment toujours à guichets fermés. Les UB90 ciblent continuellement la stratégie imposée par une logique de multipropriété, qui indigne d’ailleurs de plus en plus les tribunes en Europe : l’exemple des supporters du Hertha Berlin, du Red Star, du Séville FC ou encore du Standard de Liège signant un texte commun contre 777 Partners en est le parfait exemple. « Il est désormais limpide que BlueCo impose un recrutement de joueurs de 21 ans, maximum, argumentaient les fans du RCSA. Aucun club professionnel ne peut être compétitif dans ces conditions, (…) le Racing n’est désormais qu’un actif financier, sous le giron d’un fonds d’investissement déjà propriétaire d’un autre club de football. » Difficile de leur donner tort quand la moyenne d’âge actuelle de l’effectif strasbourgeois se situe à 24 ans. Soit le deuxième effectif le plus jeune de Ligue 1, et ce avec la présence de Kevin Gameiro et ses 37 printemps.

Étrangement, même au sein du vestiaire, le son de cloche s’avère assez similaire. Sur France Bleu Alsace, le défenseur Lucas Perrin a pointé ces derniers jours l’incohérence structurelle qui règne dans l’actuel projet sportif : « On ne va pas se le cacher, cette année, c’était un miracle quasiment que l’on se soit maintenus. On demande à des joueurs de 18, 19 ans d’avoir des responsabilités de mecs de 30 ans. » L’an prochain, il va donc falloir changer, se réinventer. Le passage de Julien Stéphan, avec une sixième place qui serait aujourd’hui européenne (le meilleur classement en L1 de Strasbourg depuis 1980), avait laissé croire que le Racing pouvait occuper un second rôle crédible dans le théâtre du foot français. Le parcours cette saison de Brest prouve pourtant aussi que la question du budget (presque 20 millions de moins pour les Bretons) ne représente pas un obstacle insurmontable pour atteindre la C1. Mais avant de reparler d’Europe à Strasbourg, il va déjà falloir assurer une saison prochaine qui peut être celle de tous les dangers.

Dans cet article :
Saint-Étienne force Metz à reprendre l’ascenseur
Dans cet article :

Par Nicolas Kssis-Martov

À lire aussi
Logo de l'équipe Borussia Dortmund
La Ligue d’Ancelotti
  • C1
  • Finale
  • Borussia Dortmund-Real Madrid (0-2)
La Ligue d’Ancelotti

La Ligue d’Ancelotti

La Ligue d’Ancelotti
Articles en tendances
30
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen  (3-0)
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Leverkusen
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)
12
Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)
  • Coupe de France
  • Finale
  • Lyon-PSG
Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)
Logo de l'équipe Atalanta
Lookman au triple galop
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Bayer Leverkusen (3-0)
Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Ligue 1

Strasbourg