S’abonner au mag

Liga 08/09, l’abcédaire

Par
Liga 08/09, l’abcédaire

La Liga a connu son dénouement la semaine dernière. L'heure est donc venue de faire le bilan. So Foot passe au peigne fin tout ce qu'il y a à retenir de cette saison 2008-2009, sous forme d'abécédaire.

Abidal : Pour sa deuxième année au Barça, le Français s’est distingué par sa Porsche Cayenne tunée en orange, par le fait qu’il ait déclaré à Don balon que sa mère était la femme la plus sexy du monde, mais aussi par son absence, finalement sans conséquences, des deux finales disputées par le Barça. Deux expulsions, une à Stamford Bridge et l’autre au Camp Nou contre Villarreal l’auront privé des habituelles photos d’avant-match face à l’Athletic Bilbao et à Manchester United. Et si la malédiction des Froggies au Barça existait réellement ?

Barça : “Maquina” River (1941-1945), Hongrie 1954, Real-Di Stefano (1955- 1960), Santos-Pelé (1955-1964), Brésil 1970, Ajax (1969-1973) et la Hollande (1974) de Cruyff, Milan de Sacchi (1988-1990). Oui, ce Barça au triplé merveilleux fait bien partie du panthéon du football.

Betis Séville : Des charlots sur le terrain, un grand n’importe quoi en coulisses, et des martyrs dans les tribunes. Le club populo de la capitale andalouse est rétrogradé sans gloire en deuxième division. Question : qui va nous faire rire la saison prochaine ?

Cannavaro : Pas facile d’être au top quand on a arrêté de jouer depuis l’été 2006. L’Italien a même eu le culot de se déplacer à Turin le lendemain du terrible clasico contre le Barça (2-6) pour y signer une nouvelle collaboration avec la Vieille Dame. Un geste qui résume à merveille une saison tout simplement lamentable.

Casillas : La légende veut que tous les grands joueurs connaissent une baisse de régime après une grande victoire en compétition internationale. Champion l’été dernier avec l’Espagne et héros en quart face à l’Italie, San Iker a été moins impérial par la suite avec le Real. Le portier merengue a passé son année à râler après ses défenseurs et à accumuler les boulettes sur sa ligne. A noter qu’il s’est également séparé de Miss Espagne 2006. Et ça, c’est un putain de coup dur.

Clasico : 2-6. Le plus grand match de l’année en Liga. Voire même du siècle… Enfin ça dépend pour qui…

Casquero : Jusque-là, le vétéran de Getafe était surtout connu pour ses “Casquerazos”, des papinades Made in Spain. Désormais son nom restera associé à jamais au défenseur Pepe. En rouant de coups le milieu de terrain Azulon, alors qu’il était déjà à terre, le défenseur du Real Madrid a peut-être fait perdre la tête à sa victime. Tenter une panenka foireuse contre Casillas à quelques minutes de la fin d’un match, personne n’y avait jamais pensé. Deux actions en une pour, finalement, trois conséquences : la défaite de Getafe, une fin de saison à courir après des points, et des centaines de groupes facebook à la “gloire” de Casquero, dont quelques-uns assez violents (“Moi aussi j’aurais voulu que Pepe lui arrache les pieds quand il était à terre”).

Diego Lopez : Le meilleur gardien actuel de la Liga. L’ancien pensionnaire du centre de formation du Real Madrid ne devrait pas rester longtemps à Villarreal. Manchester, le Milan AC, et quelques autres cadors du football européen seraient déjà en quête de celui qui a réalisé d’authentiques miracles dans les cages du Sous-Marin Jaune cette saison.

De La Red : Champion d’Europe avec l’Espagne, le milieu de terrain merengue s’est écroulé en début d’exercice, victime d’un infarctus. Bonne nouvelle : il est aujourd’hui sain et sauf. Mauvaise nouvelle : il ne rechaussera peut-être plus jamais les crampons en tant que professionnel.

Drenthe : Tous les championnats ont leur Malouda. Des mecs puissants, techniquement doués, vifs, rapides, mais un peu nigauds sur les bords. Cette année devait être celle du rachat pour le jeune Batave. Bah pour sa deuxième année consécutive au Real Madrid, il n’aura strictement servi à rien.

Emana : Le meilleur joueur du Bétis Séville est également considéré comme l’une des révélations de la Liga. Aucun joueur n’avait inscrit un total de onze buts lors de sa première saison avec un maillot Verdiblanco. Personne avant le Camerounais n’avait également inspiré une chanson flamenco aux socios beticos en si peu de temps. La relégation du Betis est néanmoins un mal pour un bien pour l’ancien Toulousain, puisque tous les grands clubs de la péninsule se sont déjà renseignés sur son cas. Putain de vautours…

Etxeberria : Pour sa dernière saison dans le football professionnel, le vétéran basque avait annoncé ne pas vouloir toucher de salaire en guise de reconnaissance envers l’Athletic Bilbao. On dit Bravo !

Forlan : La star de l’Atletico, c’est Agüero. Celui qui met des buts, c’est lui. L’Uruguayen, auteur de 32 buts en 34 matchs (dont seize lors des quatorze derniers) a réussi à lui tout seul à qualifier l’Atletico en Champion’s League. Pour la deuxième fois de sa carrière, il finit également pichichi, au nez et à la barbe de Samuel Eto’o en plus d’égaler le nombre de buts marqués par un certain Ronaldo au Barça. C’est pas rien.

Faubert : « Il ne joue pas car il n’a pas le niveau du Real Madrid » . Juande Ramos. Et en plus il se fait griller par des caméras de télévision en train de piquer un roupillon sur le banc de touche…

Getafe : Les communistes de la Liga ont failli passer à la trappe cette saison. Toujours en mauvaise posture, les banlieusards madrilènes ont bataillé jusqu’à la fin pour assurer le maintien. Un comble pour une équipe qui a pourtant toujours livré des bons matchs… Sans jamais être efficace.

Guti : La petite pucelle du Real Madrid s’est bien fait enfler avec l’arrivée de Juande Ramos. Il ne devrait plus jouer sous les couleurs merengues la saison prochaine. Tant mieux.

Higuain : Le natif de Brest s’est affirmé comme l’un des meilleurs attaquants du championnat. Raymond peut avoir des regrets. Le Real, en revanche, peut se poser des questions sur le niveau général de ses coéquipiers.

Iniesta : Peu de joueurs peuvent prétendre éclipser Lionel Messi au titre de meilleur joueur du championnat et du monde. Casper est de ceux-là.

Jimenez : Manolo de son prénom. L’entraîneur de Séville n’a jamais convaincu, mais a tout de même qualifié le FC pour la Ligue des Champions. Du coup, le président Del Nido a reconduit son contrat d’une année. Ce qui est clairement une grosse erreur.

Koikili : Le défenseur de l’Athletic Bilbao est celui qui a réalisé le plus grand nombre de tacles (souvent par derrière) du championnat. Une statistique somme toute normale pour l’ancien champion de lutte basque. Cyril Rool doit apprécier sa combativité. Ses adversaires un peu moins.

Lopera : Sale année pour le principal actionnaire du Betis. Son club est descendu en deuxième division, ses supporters veulent lui faire la peau, les cheikhs de Dubai l’incitent à vendre, ses joueurs veulent tous se barrer et son cœur est en train de le lâcher. Finalement, c’est Jean-Jacques Rousseau qui avait raison : « Les méchants restent toujours tout seuls » .

Messi : Ce qu’on retiendra de la saison du prochain ballon d’or ? Ben qu’il a découvert que le poisson était une denrée comestible. Tout le reste, on le savait déjà.

Nassief Morris : Le Sud-Africain est le joueur de champ qui a disputé le plus grand nombre de minutes du championnat. Le défenseur central de Huelva n’aura pourtant pas permis à son club d’éviter la relégation.

Noctambule : Manuel Fernandes, Miguel, Sergio Ramos, Sneijder, Drenthe, Luis Fabiano, Soldado. Tous ont commis des “fautes de vie” cette saison, en hommage à Sydney Govou.

Osasuna : Camacho a confirmé qu’il avait un sérieux problème de transpiration pendant toute la saison. Les Rojillos ont tout de même décroché le maintien en s’imposant face au Barça et au Real Madrid lors de leurs deux derniers matchs. Pour eux, les Ligas se suivent et se ressemblent toujours. Avec un même dénominateur commun : la souffrance.

Pochettino : A son arrivée au club, l’Espanyol Barcelone avait 7 points de retard sur le premier non-relégable. Autant dire que les carottes étaient cuites. C’était sans compter sur la foi de l’ancien défenseur du PSG. Après un pèlerinage à Montserrat (sorte de Lourdes catalane), les Blanquiazules ont finalement sauvé leur peau en officialisant leur maintien avant la dernière journée de championnat. Une bonne saison donc.

Preciado : L’entraineur du Sporting Gijon a réussi l’exploit de maintenir son club en première division. Il a surtout laissé quelques grandes phrases pour la postérité. Petit florilège : « On n’est pas la dernière merde chiée par Ponce Pilate, et nous ne sommes pas non plus le Bayer Leverkusen » , « Rester en première division, c’est mieux que de passer une nuit avec une playmate » , « Jouer contre le Barça et le Real Madrid, c’est bandant. Ça ne vous ferait pas bander vous ? » .

Primes : 38 millions d’euros de primes à se partager entre les joueurs et le staff. C’était la promesse faite par les dirigeants catalans à Pep et compagnie en cas de triplé.

Ramos : L’ancien entraîneur du FC Séville a permis au Real de recoller au Barça avec son arrivée : dix-sept victoires, un nul, un vrai parcours de champion. Et puis patatra. Le Barça est passé par là, tel un tsunami. Point noir : l’absence de style et de spectacle. Un sacrilège pour le Bernabeu.

Record de cartons : 17 cartons jaunes, et 5 biscottes rouges lors du match Racing Santander – Athletic Bilbao. Une ode à la poésie, et accessoirement le record historique de cartons pour un match de Liga.

Salopard : « Si je croise encore une fois ce petit salopard de Marcelo dans les rues de Madrid, je le tue ! » . Cata Diaz, défenseur de Getafe, après la défaite des siens au Bernabeu.

Touré : Pas José mais Yaya. L’Ivoirien a été énorme dans l’entrejeu barcelonais, en couverture de Xavi et Iniesta. Il est en partie responsable du rayonnement des Blaugranas cette saison, alors qu’il est l’un des moins bien payés de l’effectif.

Tamudo : Le capitaine historique des Pericos quitte son club sur un triplé réalisé lors du dernier match. C’est son premier en Liga, et vraisemblablement le dernier, puisqu’il est annoncé en partance pour le Panathinaikos. Des adieux qui coïncident avec ceux du stade olympique de Montjuic, puisque l’Espanyol emménagera dès la saison prochaine dans un stade flambant neuf situé dans la banlieue de Barcelone.

Ujfalusi : Prestations semblables à celles de Cannavaro au Real. Mais en pire.

Unai Emery : Le coach de Valence a qualifié les Che pour la Coupe de l’UEFA malgré une situation socio-économique pour le moins tendue au sein du club et confirme ainsi qu’il est l’une des plus grandes promesses des bancs de touche espagnols. Il s’est également distingué par son discours très gay-friendly : « Il y a des homos dans le foot. Il y a aussi des gouines, des bites, des chattes… Je ne vois pas où est le problème » .

Valdes : Il remporte le trophée Zamora, décerné au gardien qui a encaissé le moins de buts durant la saison. Évidemment, le nom du lauréat n’aurait pas été le même si on avait juste pris en compte le talent intrinsèque.

Viva la vida : Le morceau de Coldplay. C’est la bande-son choisie spécialement par Guardiola pour motiver les joueurs et le public avant les matchs. C’est peut-être la seule faute de goût de la saison des Blaugranas.

Welington : Défenseur brésilien de Malaga, sosie de Fabrice Abriel… Fallait bien trouver quelqu’un pour la lettre W.

X : Il fallait cocher une seule fois la case match nul cette saison dans la grille du Loto Foot pour les matchs du Sporting Gijon. Pour le coup, fallait vraiment avoir du cul…

Zlatan : Selon les rumeurs, Ibrahimovic serait le remplaçant de Samuel Eto’o au Barça. Ça ressemble déjà à une erreur de casting…

Par

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe Olympique Lyonnais
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens (0-3)
Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Logo de l'équipe Paris Saint-Germain
Takefusa KUBO of Real Sociedad and Bradley BARCOLA of PSG during the UEFA Champions League match between Paris Saint-Germain and Real Sociedad de Football at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
Takefusa KUBO of Real Sociedad and Bradley BARCOLA of PSG during the UEFA Champions League match between Paris Saint-Germain and Real Sociedad de Football at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine