S’abonner au mag
  • Football italien
  • Les belles histoires de l'été
  • Épisode 5

Giuseppe Meazza et les filles de joie

Par Éric Maggiori
Giuseppe Meazza et les filles de joie

Légende du football italien, Giuseppe Meazza avait également un vice : les femmes. Un jour, il a même failli rater un match décisif à cause de l'une d'elles.

Giovanni Brera en a vu passer, des joueurs de football. Celui qui est encore considéré comme le plus grand journaliste sportif italien de tous les temps a traversé les époques. Il a vu Piola, Schiavio, Boniperti, Sivori, Riva, Rivera, Tardelli, Baggio… Mais pour Brera, personne ne dépassera jamais la légende. « Des grands joueurs, il y en avait déjà dans le monde, peut-être même plus forts et plus réguliers que lui. Pourtant, il nous semblait que personne ne pourrait aller au-delà de ses inventions, ses coups brillants, ses dribbles majestueux, mais jamais irrespectueux, ses courses solitaires vers sa victime préférée : le gardien adverse. » Gianni Brera parle là de Giuseppe Meazza. L’immense attaquant de l’Ambrosiana-Inter et de l’équipe d’Italie. 338 buts dans toute sa carrière, trois fois meilleur buteur de Serie A, et, évidemment, deux Coupes du monde remportées. Tellement légendaire que le stade de Milan porte aujourd’hui son nom. Si l’on connaît le joueur de foot, on connaît moins l’homme. Un homme élégant, classe, toujours bien peigné, mais qui avait un vrai faible : les femmes. Et pas forcément les plus recommandables, ni les plus recommandées.

« Assailli par les femmes »

Nous sommes en 1937. Le 14 novembre, très précisément. Au stadio San Siro a lieu le choc de la neuvième journée de Serie A. L’Ambrosiana-Inter reçoit sa rivale sportive, la Juventus. Un match attendu par les tifosi des deux camps. Et pour cause : au coup d’envoi, la Juventus est leader, avec 12 points, tandis que l’Ambrosiana-Inter est deuxième, avec 11 points. Évidemment, les Nerazzurri comptent sur leur maître à jouer, Giuseppe Meazza, pour s’imposer et prendre la tête du classement. Il faut dire que le bonhomme en impose, du haut de ses 215 buts inscrits en championnat en dix saisons avec le maillot noir et bleu. Charisme sur la pelouse, mais également en dehors. Il se raconte que lors des années 30, Meazza était l’un des hommes les plus prisés des demoiselles milanaises. « Il avait les yeux bleus, un regard langoureux, les cheveux plaqués en arrière à la Rodolfo Valentino, racontait notamment Gianni Brera dans la Gazzetta dello Sport. Lorsqu’il entrait dans un établissement milanais pour aller danser, il était littéralement assailli par les femmes. Et il ne se défilait jamais. »

Mais ce 14 novembre 1937, Meazza n’est pas en train de danser. Loin de là. Le match entre l’Ambrosiana-Inter et la Juventus doit commencer dans deux heures. Les spectateurs commencent à entrer dans le stade, et l’attente grandit. Tous les joueurs sont prêts. Tous, sauf un. Giuseppe Meazza. L’attaquant n’est pas là. Aucune nouvelle de lui depuis la veille. La nouvelle ne met pas bien longtemps à se répandre, et les joueurs de la Juventus commencent même à se frotter les mains. Avec ou sans son champion, l’Ambrosiana-Inter n’a clairement pas le même visage. La panique commence à envahir San Siro : et s’il lui était arrivé quelque chose de grave ? Tout le monde savait que Meazza adorait la vitesse et les belles voitures (c’est d’ailleurs lui qui possédait la plus grosse et la plus belle). Et s’il avait eu un accident ? Et s’il était parti loin ? Toutes les suppositions sont émises. Mais aucune réponse. Les minutes s’égrènent et « Pepin » Meazza reste introuvable.

Bordel, doublé et Scudetto

Pourtant, à ce moment-là, un homme sait où se trouve Meazza. Son masseur. Mais il ne pipe mot. Sans rien dire à personne, il quitte le stade, monte dans une voiture avec un autre passager, et les deux hommes prennent la direction du centre de Milan. Ils savent exactement où ils vont. Leur véhicule s’arrête devant une maison. Mais pas une maison normale, non. Une maison close. Un bordel, comme on avait alors l’habitude de dire. Le masseur pénètre dans les lieux, toque aux portes. Rien ici. Rien là. Et puis, là, au détour d’un couloir, dans une petite chambre exigüe, il finit par tomber nez à nez avec Meazza. Il est 14h, et l’attaquant dort profondément aux côtés d’une fille de joie. Il ronfle, même. Il reste une heure avant le coup d’envoi du match, prévu à 15h. Le masseur réveille « Pepin » , qui s’étonne à peine de sa présence ici. « Dépêche-toi, le match est dans une heure ! » lui crie-t-il. Meazza ne bronche pas, se lève, s’habille et dévale les escaliers sans même prendre le soin de se laver le visage.

Dans la voiture, Meazza se confie au masseur, qui se révèle d’ailleurs être son plus proche confident au sein du club. Il lui parle d’une « nuit d’amour longue et torride » . De là à se sentir fatigué ? Tu parles. « Je me sens comme un lion. Tu m’entends ? Un lion. » Meazza débarque dans l’enceinte de San Siro à peine un quart d’heure avant le début du match. Il déboule dans les vestiaires, enfile son maillot, l’éternel numéro 9, noue ses lacets et court sur la pelouse. Il reçoit une ovation du stade San Siro, soulagé de le voir là, sain et sauf, et à des années-lumière de se douter qu’une heure plus tôt, l’idole était au plumard avec une prostituée. Et alors ? Alors, Meazza ne trahit pas son public. Le « lion » plante un doublé décisif, pour une victoire 2-1 de l’Ambrosiana-Inter. Un succès qui permet donc aux Nerazzurri de prendre la tête du classement. « Tu as failli me faire avoir un infarctus » , lui dira au terme de la rencontre le président du club, Ferdinando Pozzani. À la fin de la saison, l’équipe de Meazza sera sacrée championne d’Italie, avec deux longueurs d’avance sur la Juventus. Plaisir jusqu’au bout, Giuseppe Meazza s’est, lui, éteint le 23 août 1979. Deux jours avant de fêter ses 69 ans.

D’autres belles histoires italiennes :

Zambelli et Monateri, les deux hommes qui ont sauvé la Juve Don Gennaro, celui qui aurait pu être un pionnier La tragédie du bomber Jacovone Le Torino et le Scudetto fantôme de 1927
Robin Le Normand : « Rester dans son monde, c’est la solution de facilité »

Par Éric Maggiori

À lire aussi
Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-3)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-3)

Live : Lyon-Lens (0-3)

Live : Lyon-Lens (0-3)
Logo de l'équipe Olympique Lyonnais
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens (0-3)
Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Logo de l'équipe Paris Saint-Germain
Paris, Frankreich, 14.02.24: Kylian Mbappe (Paris Saint-Germain) Torjubel, jubelt nach seinem treffer zum 1:0 waehrend des UEFA Champions League 2023/2024 - Round of 16 Spiels zwischen Paris Saint-Germain vs Real Sociedad im Parc des Princes am 14. Februar 2024 in Paris, Frankreich. (Foto von Harry Langer/DeFodi Images) Paris, France, 14.02.24: Kylian Mbappe (Paris Saint-Germain) celebrates after scoring his team's first goal during the UEFA Champions League 2023/2024 - Round of 16 match between Paris Saint-Germain vs Real Sociedad. at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Harry Langer/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
Paris, Frankreich, 14.02.24: Kylian Mbappe (Paris Saint-Germain) Torjubel, jubelt nach seinem treffer zum 1:0 waehrend des UEFA Champions League 2023/2024 - Round of 16 Spiels zwischen Paris Saint-Germain vs Real Sociedad im Parc des Princes am 14. Februar 2024 in Paris, Frankreich. (Foto von Harry Langer/DeFodi Images) Paris, France, 14.02.24: Kylian Mbappe (Paris Saint-Germain) celebrates after scoring his team's first goal during the UEFA Champions League 2023/2024 - Round of 16 match between Paris Saint-Germain vs Real Sociedad. at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Harry Langer/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
Pronostic Real Sociedad PSG : Analyse, cotes et prono de l'affiche de Ligue des champions + 15€ offerts sans déposer d'argent

Pronostic Real Sociedad PSG : Analyse, cotes et prono de l'affiche de Ligue des champions + 15€ offerts sans déposer d'argent

Pronostic Real Sociedad PSG : Analyse, cotes et prono de l'affiche de Ligue des champions + 15€ offerts sans déposer d'argent
Logo de l'équipe Paris Saint-Germain
Takefusa KUBO of Real Sociedad and Bradley BARCOLA of PSG during the UEFA Champions League match between Paris Saint-Germain and Real Sociedad de Football at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
Takefusa KUBO of Real Sociedad and Bradley BARCOLA of PSG during the UEFA Champions League match between Paris Saint-Germain and Real Sociedad de Football at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine