S’abonner au mag
  • Ligue 1
  • LOSC

C’était un Losc à moelle

Par
C’était un Losc à moelle

Ok, Lille n'a pas fini sur le podium. Ok, Lille a un stade de sdf. Ok, Lille joue avec une tenue de championnat corpo. Ok. Mais malgré tout ça, le Losc a été l'équipe la plus tripante de la saison, une des rares à donner l'envie de prendre un abonnement à Foot+. Si en plus, les Dogues se mettent à faire des bras d'honneur à Aulas... Bilan et perspective.

Quand on se fait insulter par Jean-Michel Aulas, c’est qu’on commence à sacrément déranger. Et, il faut bien le dire, les gentils Lillois d’antan ont laissé placé à de méchants Dogues prompts à mordiller les mollets des plus gros. Insuffisant pour conserver le podium mais juste assez pour se prendre une petite rasade d’amabilités de la part du patron de l’Olympique Lyonnais : « Lille était devenu un peu hautain, les Lillois nous ont snobés, et après le dernier match du Losc à Lorient (défaite des Nordistes 1-2), j’ai appelé Loïc Fery, le président de Lorient, pour le féliciter… » Pas sympa, totalement nouveau et franchement inattendu quand on y pense. Car pour tout le monde, y compris pour les deux clubs concernés, Lille a longtemps été considérée comme l’anti-chambre de Lyon. Une sorte de sas dans lequel on patiente en attendant d’avoir le niveau ou/et qu’il y ait une place disponible sur les bords du Rhône. Mais manifestement, il semblerait que cette hiérarchie ne soit plus acceptée dans le Nord. Une remise en cause on and off the pitch sans doute pas étrangère à la bile crachée par Aulas.

Quand Seydoux se met à clasher… à la Seydoux

Michel Seydoux mesure bien ce nouveau statut acquis par son club. Du coup, malgré ses yeux de Droppy, le président de Lille n’hésite plus à répondre à celui qui avait l’habitude de lui taper son goûter direct dans le cartable : « Je constate juste qu’on commence à déranger et que certains étaient inquiets » . Évidemment, fallait pas non plus s’attendre à ce que le sympathique Mimi sorte la kalach’ pour arroser le tout-venant. Mais quand même, le message est clair : fini de jouer les paillassons. Cette posture de résistant pourrait n’être qu’une gesticulation isolée et vaine. Mais non. Les joueurs eux-mêmes suivent leur dirigeant dans son ambition nouvelle. Prenez le jeune Eden Hazard par exemple. Le jeune prodige belge est ouvertement convoité par l’OL après une saison de très haut vol où le gamin de 19 printemps a très largement confirmé les espoirs placés en lui l’an passé. En d’autres temps, un Dogue en chaleur se serait jeté illico sur le roulement de fion aulassien. « J’ai lu que Lyon s’intéresse à moi, mais Lyon ne m’intéresse pas vraiment. Si je quitte Lille, ce qui n’est vraiment pas mon intention, ce ne sera pas pour un autre club français, mais uniquement pour l’étranger » . Bigre ! Il faut une vraie assurance pour oser mépriser de la sorte une drague lyonnaise. Et une grande confiance dans sa propre paroisse. Ce que l’on peut comprendre car il faut bien dire les choses comme elles sont : Lille a probablement pratiqué le meilleur football de Ligue 1 cette saison. L’OM est champion et le Losc même pas sur le podium ? C’est vrai, c’est vrai… mais il ne faut pas être grand clerc pour imaginer que cela aurait sans doute été très différent si le club nordiste n’avait pas fait n’importe quoi à l’intersaison (Garcia viré après une lutte intestine avec Xavier Thuilot, le directeur sportif, Thuilot viré à son tour, Garcia réintégré). Un bazar grandguignolesque ravageur à l’heure de la reprise : deux petites victoires lors des dix premières journées. Un boulet fatal à l’heure des comptes. Mais la saison prochaine, on peut imaginer qu’avec un été plus calme, Lille ne se lestera pas d’un pareil handicap au démarrage. Et alors là…

Ne surtout pas s’affaiblir

Car dans cet art du pressing (big up au trio Mavuba-Balmont-Cabaye tout en vivacité, en intelligence et en technique), dans cette qualité dans la transition récupération-attaque et vice-versa et dans ce pouvoir performant probablement unique en France grâce essentiellement Gervinho et Hazard, le Losc propose certainement l’expression collective la plus aboutie. Bien entendu pour espérer gratter ce satané podium qui s’est dérobé à la dernière journée, il faut que Lille conserve ses forces vives. Ou plutôt qu’il ne s’affaiblisse pas, ce qui n’est pas exactement la même chose. Ainsi, Cabaye dispose d’un bon de sortie. Mais primo, personne ne s’est encore aligné sur les 7M€ exigés par Lille et secundo, Jérémy Clément serait près à sauter dans le Paris-Lille. Quant à Adil Rami, lui aussi transférable mais pas à moins de dix patates, sa non sélection dans les 23 ne joue pas en sa faveur. Il ne faut pas le cacher, Seydoux joue les équilibristes avec le manque à gagner de la qualif’ ratée en C1 et les dix millions annuels manquants pour cause de billetterie light à Villeneuve-d’Ascq (18 000 places, sérieusement quoi…), ce sur quoi mise Aulas pour forcer les Dogues à lui céder Hazard… avant que la perle du plat pays ne se charge lui-même d’éconduire Jean-Mimi. Avec la quasi assurance de conserver Hazard donc et Gervinho ainsi que la possibilité que Tulio De Melo (11 pions quand même) arrête de se péter à la moindre accélération, il pourrait encore y avoir du spectacle dans le Nord la saison prochaine. Malgré un stade dégueulasse et un jeu de maillot de corpo. Comme quoi…

Par

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine