S’abonner au mag
  • France
  • Olympique lyonnais

OL : Gones de chantier

Par Enzo Leanni

L'Olympique lyonnais est le club de Ligue 1 le plus actif lors de ce mercato hivernal avec trois arrivées déjà actées et le probable recrutement de Gift Orban. Un symbole de puissance pour le barragiste du championnat, mais surtout l'entrée de l'OL dans une nouvelle ère : celle du trading, qui oblige à n'être rien d'autre qu'un club tremplin.

OL : Gones de chantier

Après un sursaut remarqué sous la houlette de Pierre Sage, l’Olympique lyonnais est retombé dans ses travers au Havre (3-1) et doit donc admettre de ne jouer rien d’autre que le maintien. Pourtant, les prémices du mercato hivernal laissaient présager une remontée au classement. Autorisé par la DNCG à recruter cet hiver, l’OL ne s’en est pas privé en s’offrant les services de Lucas Perri, d’Adryelson (aux alentours de 3 millions d’euros chacun) et de Malick Fofana (17 millions). Le club rhodanien n’est pas rassasié et veut désormais jeter son dévolu sur Gift Orban. La possible arrivée, contre 13 millions d’euros, de cet avant-centre nigérian de 21 ans présenté comme un crack représente un sacré coup.

De nouveau barragistes, les Gones vont toutefois être dépendants de l’adaptation express de leurs recrues dans les prochaines semaines. Si les deux Brésiliens doivent prendre place sur le banc pour les six prochains mois (Adryelson devrait avoir du temps de jeu lors des prochains matchs à la suite des suspensions de Jake O’Brien et Duje Ćaleta-Car), Fofana et Orban sont, quant à eux, censés apporter un allant offensif à une équipe qui en manque parfois cruellement. Les deux se connaissent d’ailleurs déjà bien pour évoluer ensemble dans les rangs de la Gantoise depuis janvier 2023, de quoi faciliter les premiers pas entre Rhône et Saône.

Lors du début d’année 2019, l’AS Monaco s’était également renforcée avec 10 arrivées pour sortir de la zone rouge après une phase aller quasiment aussi calamiteuse que celle des Lyonnais. Un objectif finalement atteint tant bien que mal, puisque Cesc Fàbregas, Fodé Ballo-Touré ou Georges-Kévin Nkoudou avaient seulement permis d’accrocher une 17e place de Ligue 1. Pour l’heure, l’OL est l’équipe qui a le plus chamboulé son effectif, car il faut aussi noter les départs, en prêt, de Jeffinho, Tino Kadewere et Mamadou Sarr, en plus de la fin de contrat de Rémy Riou. Pour cette mission commando, il faudra donc reprendre à partir d’une feuille blanche.

Moins d’ADN OL, plus de trading ?

​​Matthieu Louis-Jean, responsable du recrutement, semble prêt à écrire dessus en lettres d’or. Arrivé cet été en provenance de l’OM, l’ancien défenseur international français Espoirs sillonne les terrains européens en quête de pépites à moindre coût. En bouclant les arrivées de Fofana et Orban, son staff, entièrement refaçonné ces derniers mois, affirme également la nouvelle politique lyonnaise visant à faire son marché en Belgique. À l’instar de Lille ou Reims, qui regardent attentivement du côté du Plat Pays depuis plusieurs années, l’Olympique lyonnais tend désormais vers le trading. Pour cela, il faudra alors avoir plus de chances au tirage que sur le cas Amin Sarr, arrivé du championnat néerlandais, autre terre dont raffolent les amateurs de Football Manager, pour 11 millions d’euros avant d’être exilé à Wolfsburg en prêt. Le nouvel organigramme des Gones, géré par David Friio, directeur sportif depuis novembre, est en réalité enfin dans son temps et doit rattraper son retard sur les spécialistes français en la matière.

Ceux qui pâtiront de cette nouvelle manière de recruter seront sans doute les membres du « gang des Lyonnais ». Cette saison, ils sont souvent les premiers pointés du doigt dans les mauvais résultats de leur club formateur. Rayan Cherki se cherche toujours une ligne de stats digne de son talent, alors que le tandem du milieu entre Corentin Tolisso et Maxence Caqueret n’a jamais confirmé les attentes placées en lui. Surtout, Alexandre Lacazette et Anthony Lopes, plus aussi impériaux dans les deux surfaces, voient des concurrents directs arriver à leur poste, respectivement Lucas Perri et Gift Orban. Jamais remis en cause ou presque, les deux tauliers pourraient ainsi voir d’un mauvais œil ces deux arrivées. De là à remettre le feu à un vestiaire qui a enfin retrouvé sa sérénité ? Pierre Sage va donc devoir remobiliser ses troupes une nouvelle fois, dans l’objectif commun du maintien, tout en intégrant de nouveaux éléments. Ces derniers vont également avoir la lourde tâche de s’adapter à vitesse grand V pour se servir de l’OL comme du club tremplin qu’il est définitivement devenu.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Enzo Leanni

Articles en tendances
30
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen  (3-0)
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Leverkusen
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)
Logo de l'équipe Atalanta
Lookman au triple galop
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Bayer Leverkusen (3-0)
Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

30
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen  (3-0)
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus OL