S’abonner au mag
  • Ligue 1
  • J10
  • OM-OL

Pierre Sage, comme une image

Par Léo Tourbe

Nommé après le départ de Fabio Grosso, et en attendant que les dirigeants lyonnais trouvent un remplaçant à l'Italien, Pierre Sage a impressionné samedi à Lens (3-2). Tronche absolue de la tactique et excellent pédagogue, celui qui devra faire cicatriser l'OL ce mercredi au Vélodrome mérite une présentation.

Pierre Sage, comme une image

« Vous allez sur Google images et vous tapez “la vie vs la réalité”. » Karim Mokeddem a une façon bien particulière d’illustrer le parcours de son copain. Une image avec un petit cycliste face à un chemin facile en haut, et un petit cycliste face à un chemin tortueux en bas, apparaît. « Eh bien la carrière de Pierre, c’est ça. » Nommé à la tête de l’OL à la suite du licenciement de Fabio Grosso, jeudi dernier, Pierre Sage continue de vivre sur des montagnes russes. Pour sa première expérience de numéro un sur un banc si prestigieux, sur un banc professionnel tout court, le Rhodanien de 44 ans a laissé une belle impression malgré la défaite à Lens, samedi à Bollaert (3-2). Tellement que les dirigeants lyonnais se demanderaient s’ils ne devraient pas laisser un peu plus de temps au directeur du centre de formation. Dans tous les cas, c’est bien lui, qui n’a pas encore de page Wikipédia, qui sera debout dans la zone technique du Vélodrome ce mercredi, habillé de la doudoune des Gones.

Le goût de la transmission

Sous ses ordres, alors qu’il n’avait pris en charge le groupe que depuis 48 heures, les joueurs lyonnais ont montré un visage encore jamais vu depuis le début de cette saison catastrophique. Certes, actuellement, Lens n’est plus le rouleau compresseur de l’an passé, et Lyon est encore loin d’être rétabli, mais il y a eu des séquences rassurantes. Pas une surprise pour Mokeddem, dont Pierre Sage était l’adjoint lors de la saison 2018-2019, à Lyon La Duchère : « On sentait qu’il y avait un plan de jeu clair en défense et en attaque. Tout ce qu’on fait, on le fait ensemble. Il y avait cette idée de phases de préparation pour aspirer, puis chercher de la verticalité à l’opposé. Dans les intentions de jeu, il y avait une patte. Il leur a donné une liberté offensive avec une rigueur d’organisation. » Tout ça en deux jours. La capacité à transmettre ses idées, c’est là l’une des grandes forces de Sage.

« Jouer au football c’est une chose, apprendre le foot c’en est une autre. Ce n’est pas parce qu’on a été un grand joueur qu’on peut enseigner. Pierre a l’art de l’enseignement », affirme Hélder Esteves, qui a eu Sage en adjoint lorsqu’il dirigeait les U19 du FC Annecy (2015-2016). « Dans le football, il y a quelque chose de simple : c’est “qui fait quoi ?” Le “qui fait quoi ?” , Pierre sait le transmettre correctement », abonde Mokeddem. Référence pour les mordus de tactique en France, le nom de Pierre Sage est un peu moins familier pour le grand public. S’il n’a pas connu de carrière de joueur de haut niveau (il était gardien de but en amateur), il s’est rapidement tourné vers le métier d’entraîneur. Au milieu des années 2000, il rencontre Karim Mokeddem et possède déjà ses diplômes alors qu’il n’a pas passé la trentaine. Il en profite pour entrer dans l’organigramme de quelques clubs de la région (Belley, Oyonnax), avant d’être nommé directeur sportif de Bourg-Péronnas en 2007. En cinq ans, il structure totalement le club, ouvre des catégories jeunes, et permet même aux seniors de goûter à la Ligue 2.

Pierre, c’est le modèle de tout une génération d’entraîneurs qui a voulu se diversifier.

Karim Mokeddem, coach de l’US Orléans.

Il roule ensuite sa bosse à Chambéry, à Sedan, au FC Annecy, où il passera un an avec Esteves, à faire des réunions foot dans le restaurant de ce dernier autour de son plat préféré : grillades mixtes (lard, poulet, saucisse) avec des frites. « Pour moi, ça a été un enrichissement. C’était une belle période, on s’amusait beaucoup », se souvient le coach de l’US Lusitanos en N3. Il piquera également une tête à l’US Annecy-le-Vieux, avant de rejoindre, enfin, Mokeddem à La Duchère, qui réalisera la meilleure saison de son histoire, même si le coach de l’époque estime que le club aurait « pu faire mieux, voire accéder à la Ligue 2 ». Dans la foulée, à l’été 2019, l’OL lui confie ses U16, qu’il gardera jusqu’au 1er janvier 2022, date à laquelle il décide de rejoindre Habib Beye au Red Star.

Depuis cet été, il est revenu à l’OL en tant que directeur du centre de formation, avant de connaître cette soudaine mise en lumière, qui ravit toute une catégorie de coachs. « Pierre, c’est le modèle de toute une génération d’entraîneurs qui a voulu se diversifier. Il a mis en place tout un tas de modules de formation sur le jeu de position. Je sais qu’il y a beaucoup d’entraîneurs “d’en dessous” qui s’appuient sur ce que Pierre a fait », assure le technicien d’Orléans. Ce bagage tactique théorique a parfois tendance à le réduire à un simple professeur du football. Un piège dans lequel il ne faut surtout pas tomber selon Mokeddem, qui s’appuie sur sa propension à transmettre ses idées de jeu à l’entraînement.

Loin d’être aussi volcanique que Jorge Sampaoli, courtisé par l’OL, Pierre Sage porte bien son nom de famille. Et c’est une qualité. « Il n’a pas besoin de parler fort, ni d’avoir un énorme charisme, même s’il a une personnalité. Il va se faire accepter parce qu’il va faire l’unanimité par ses compétences », assure Esteves. D’autant plus que le technicien des Gones a aussi son caractère. « En Coupe de France, au huitième tour, on va jouer à Côte Bleue. Climat très hostile, on finit le match à neuf. Match arrêté puis qui reprend. Il était à côté de moi et il ne s’est pas démonté. Donc oui, il a du tempérament », raconte Mokeddem. Celui-ci pense que la ligne d’arrivée du parcours escarpé de son ancien adjoint n’est autre qu’un poste de numéro un. « Quand on voit ce qu’a fait Lyon à Lens, on peut se dire que si on lui donne un peu plus de temps, ils vont finir par en gagner, des matchs », étaye-t-il. Et même s’ils ne gagnent pas, « ils vont apprendre, à moins qu’ils ne tendent pas l’oreille », assure Esteves. À Marseille, en plus d’ouvrir leurs écoutilles, les Lyonnais devront éviter de tendre la joue pour la neuvième fois de la saison. Sauf s’ils veulent connaître un cinquième coach en quatre mois.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Léo Tourbe

Tous propos recueillis par LT.

Articles en tendances
31
Revivez OM-Shakhtar (3-1)
  • C3
  • Barrages
  • OM-Shakhtar (3-1)
Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)
10
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
  • Ligue 1
  • J22
  • Brest-OM
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus OL