Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demi-finale retour
  3. // Real Madrid/Borussia Dortmund (2-0)

A Madrid l'honneur sauf, à Dortmund la finale

Le Real l'emporte 2-0. Mais il a manqué quelques minutes, quelques gouttes de sueur ou quelques millimètres en plus. Dortmund essuie sa première défaite dans la compétition mais se qualifie pour la finale. Madrid sort la tête bien haute. L'honneur est sauf.

Modififié
Real Madrid - Borussia Dortmund : 2-0
Buts : Benzema (83e) et Sergio Ramos (88e) pour le Real Madrid.

À quoi sert la sono des stades de foot ? À encourager ou à assommer le public ? Florentino a glissé Thunderstruck, un tube d'ACDC, dans la playlist du speaker pour électriser les cordes vocales. Sur le line-up, Modric est la bonne surprise des plus idéalistes. Une Remontada est une affaire de jugones, c'est-à-dire de gamins élevés au cuir et au gazon. Modric-Alonso-Özil au centre de la scène. Reus-Götze-Blaszczykowski pour leur répondre. Ce soir, le Real a joué avec son talent et sa mystique. Le Borussia avec son intelligence collective et son sang-froid. Ce match n'a vraiment été maîtrisé par personne et s'achève sur un coïtus interumpu de 80.000 personnes en même temps. Le Real s'en va, Mourinho aussi. Mais le rock n'est pas mort.

Camisole et paquet de cigarettes

Le drame se prépare en première mi-temps. Comme dans les bonnes histoires, tout commence à coups de canon. L'infanterie du milieu merengue joue court, juste et dans le timing qu'il faut pour oser l'espoir. Le Real impose son rythme. Le Modric de ce soir ressemble à celui de Tottenham ou d'Old Trafford. Trois occasions font espérer. Higuain rate la première (4'), puis Ronaldo (12') et enfin Özil (14'). Que se passe-t-il dans la tête de Mesut quand il se plante seul devant Weidenfeller ? L'enfant de Gelsenkirchen aurait dû glisser ce ballon dans le petit filet. Il aurait dû planter ce but contre ses anciens potes jaune et noir. Mais il a tapé trop tôt ou bien trop tard. Le ballon file à côté. C'est le moment pour Gundogan et Bender de reprendre le dessus au milieu, de passer la camisole à Alonso et Modric. Les Allemands reprennent l'intérieur et laissent les ailes à un Di Maria qui rate presque tout d'un côté et un Coentrao qui ne tente presque rien dans le dos de Piszczek. « Si se puede ! » , hurle le fondo sur, la frange la moins rationnelle du stade. Mais les visages du 3e amphithéâtre se crispent. Les socios lâchent les pipas et sortent les paquets de cigarettes. Le Real se fume un Klopp.

Du rabe pour rien

Ils sont 8000 à sauter de joie dès la 46e minute. Ceux-là sont de l'autre côté du stade et admirent leurs gamins se promener sur la grande scène. Le Borussia n'a pas peur et le montre. Mourinho tente le coup en sortant Coentrao et Higuain pour Benzema et Kaka. Bernabeu se réveille pour siffler l'incompréhensible changement. « Le Real a besoin de buts et Mourinho sort l'autre spécialiste derrière Ronaldo, el Pipa Higuain » s'étrangle Valdano dans le poste de radio. Le 3-4-3 ne fait peur qu'aux socios qui croient encore au miracle. Mais les bonnes histoires sont celles qui ne finissent pas. Tout à coup Benzema soulève Bernabeu. But. 1-0, dix minutes à jouer. La mystique s'enclenche. Le Real se remplit d'enthousiasme et la défense centrale du Borussia s'effondre. But de Ramos à bout portant. La terre tremble à Madrid. « Si se puede ! Si se puede ! » Maintenant tout est possible. Les merengues enclenchent la disto et cette fois-ci ils sont 80.000 à crier et à y croire. Ramos joue avant-centre et Khedira arrière-gauche. Les Jaunes gèrent, les Blancs explosent. C'est n'importe quoi. Mais les cinq généreuses minutes de rab ne serviront à rien. Webb éteint le match et Madrid débranche les guitares. Le Real est éliminé mais Bernabeu n'est pas rancunier. Alors, des larmes dans la voix, le public remercie ses joueurs un à un. C'est beau la coupe d'Europe. Et puis la sono revient et étouffe les derniers sanglots. Voilà donc à quoi elle servait.

Par Thibaud Leplat, au Bernabeu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures Un Ukrainien refuse de faire face au drapeau russe 19
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 17:45 Leeds enchaîne 18