Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe E
  3. // Suisse/France

Pourquoi Patrice Évra est-il incontournable en équipe de France ?

Séduisant offensivement contre le Honduras, Patrice Évra a largement participé à la bonne prestation de son équipe. Leader de vestiaire, le protégé de Deschamps est respecté par ses coéquipiers pour son expérience et sa maturité. Aujourd'hui, pour le meilleur ou pour le pire, le latéral de Manchester est incontournable en équipe de France. N'en déplaise à beaucoup.

Modififié
* Il a une grosse expérience internationale
Patrice Évra a 33 ans et 58 sélections au compteur. Autant dire qu'il pèse, dans une équipe qui ne compte que 491 matchs internationaux, dont 9 matchs de Coupe du monde… Depuis que Ribéry a déclaré forfait à cause des piqûres, il fait figure de dinosaure, capable de maintenir l'équipe à flot, de glisser les mots qui protègent le groupe de la pression. Si pour certains psychologues et entraîneurs, les grands matchs se jouent à 50% sur le terrain du mental, Évra est l'un des seuls, avec Landreau, à connaître les astuces pour ne pas céder face à l'enjeu.

* C'est un leader de vestiaire, malgré tout
Menés 1 à 0 à la mi-temps du match face à la Biélorussie, la France voyait la deuxième place du groupe de qualifications lui échapper. C'est le moment qu'a choisi Patrice Évra pour prendre la parole. Après la victoire, synonyme de barrage dantesque face à l'Ukraine, Franck Ribéry était monté au front pour expliquer le regain de motivation des joueurs : « Je suis très content aussi parce qu'il y a eu un bon discours de Patrice Évra dans le vestiaire, un discours d'homme. Il a dit qu'il fallait jouer, se lâcher » , expliquait celui qui fut depuis toujours un de ses plus solides soutiens en sélection. Autrement dit, même sur le banc (Évra était remplaçant et avait vécu un deuil familial le jour-même), Pat' le médiateur a contribué, à sa façon, à mener l'équipe vers la victoire. « Les leaders ne se font pas du jour au lendemain, explique Deschamps, qui le juge indispensable. Si je le prends, ce n'est pas parce que je l'ai connu à Monaco » , glisse celui-ci. En langage freudien, on appelle ça un aveu, non ?

* C'est un titulaire incontestable ... faute de mieux ?
Clichy n'est pas du voyage, Kurzawa est encore jeune, Digne est toujours remplaçant et reste un peu léger. Pendant ce temps, Évra est titulaire à United depuis sept ans. Il enchaîne les matchs. 45 cette saison, dont 8 de Ligue des champions. Solide en défense, Captain Pat est aussi capable de prendre le couloir pour apporter offensivement. Et techniquement, c'est du propre. Autant de qualités objectives qui font de lui un taulier du flanc gauche de la défense française. Reste l'inconnue de l'équation : sa relation avec l'ailier gauche, un poste sujet à de nombreuses rotations (Ribéry, Griezmann, Benzema...). Pas tip-top pour travailler les automatismes, comme on dit.

* C'est un mec qui ne s'excuse pas et qui rend les coups
Quand Jérémy Toulalan porte encore les stigmates de l'épisode Knysna, et refuse de rempiler chez les Bleus, Patrice Évra encaisse. Il emprisonne ses souvenirs. S'astreint au silence. Pas facile pour celui qui n'hésite pas, sur le reste, à s'épancher à grands coups de punchlines : « Beaucoup de gens ont peur de moi depuis la Coupe du monde, mais je n'ai mordu personne » , résume-t-il d'un trait. Mieux : il aurait endossé les habits de pestiféré par devoir, étant l'un de ceux qui a empêché une équipe à la dérive de boycotter le dernier match face à l'Afrique du Sud. Sa sortie politiquement incorrecte sur Roland Tournevis et Bixente Lizarazu, dans Téléfoot, a outré les médias. Mais la FFF ne l'a pas sanctionné. Lui n'a rien regretté. Quant aux autres joueurs, sous le feu des critiques en permanence, ils sont loin d'être en désaccord avec lui sur le fond de l'affaire, même si leur langue de bois les empêche de répéter ce qu'a dit Évra. Pour eux, Évra a pris leur défense en quelque sorte. Et ils lui en sont reconnaissants.


* Les autres joueurs n'osent pas bousculer son rôle de « grand frère »
En conférence de presse, Loïc Rémy n'a surpris qu'à moitié en disant qu'Évra avait « le rôle le plus important » dans l'équipe. Il apporte de l'épaisseur, de « l'expérience » et de la « maturité » à une équipe qui en manque cruellement. La preuve en un seul exemple, face au Honduras : Paul Pogba a failli prendre un nouveau carton rouge sur une balayette parfaitement exécutée pour son premier match de Coupe du monde. Fébrile. Patrice Évra, lui, adore endosser le rôle de « grand frère » . On voit mal alors les jeunes Griezmann, Varane ou Cabella remettre en cause son statut. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il le conserve. Conclusion limpide de Loïc Rémy : « Il nous fait énormément de bien. » Apparemment, Loïc Rémy préfère se mettre Patrice Évra dans la poche...

* Il fait le dos rond et se fait oublier
Pour De Gaulle comme pour Évra, ce sont les circonstances qui les ont hissés au premier plan. Banni, pestiféré après 2010, il conserve une image plutôt mauvaise dans l'opinion. Mais pour Deschamps, interrogé par Le Figaro, « il y a un décalage entre son image et ce qu'il est réellement. Je lui ai conseillé de prendre du recul par rapport à cela. » Évra a-t-il écouté son protecteur et ancien coach à Monaco ? En tout cas, il s'est calmé. Et n'explose plus devant la presse, qu'il continue à affronter, sans provocation. Il ne parle plus de lui à la troisième personne, contrairement à avant : « Ce n'est pas si facile que de remplacer Évra  » , disait-il, sans rire, après avoir perdu le brassard au profit d'Hugo Lloris. On doute que l'homme puisse avoir changé entre-temps. Mais il se tient. C'est une manière pour lui de rester incontournable. Et de ne surtout pas prendre de risque. La maturité sûrement.

Jérémy Collado
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17