1. //
  2. // Toulouse/Bordeaux

Le Sud-Ouest est-il fâché avec le football ?

Olivier Sadran en a marre. Le président du TFC n’a jamais vu les tribunes du Stadium aussi vides que cette saison. À Bordeaux, le problème est le même. Ces trois dernières années, les Girondins ont perdu 10 000 spectateurs en moyenne. Alors, malaise régional ou malaise footballistique ? Décryptage.

Modififié
112 25
Dimanche 26 mai. Dernière journée de Ligue 1 de la saison, Toulouse reçoit Montpellier à la maison. La rencontre est sans enjeu, mais les hommes d'Alain Casanova ont à cœur de partir en vacances sur une bonne note : Rabiot est à la passe, Ben Yedder à la finition, le TFC plie la partie en 15 minutes et peut regagner son vestiaire sous les applaudissements de ses supporters. Sous de maigres applaudissements, en fait. Car ce soir-là, avec seulement 12.000 spectateurs et quelques pelés dans ses travées, le Stadium sonne creux. Comme bien trop souvent cette saison. Et pour cause, pour la toute première fois, le taux de remplissage du Stadium est passé sous les 50 % (49,9%) cette saison. Un chiffre qui le place en queue de peloton de toute la Ligue 1. Certes, le Stadium est assez grand – 35 000 places – et les statistiques sont encore loin de la Série A et des 24 % du Chievo. Mais il y a quelques années, alors que ses résultats étaient beaucoup plus irréguliers, le Tef' attirait (un peu) plus de monde. Ce constat, Olivier Sadran l'a fait. Et pas plus tard que la semaine dernière, le président du TFC a poussé une gueulante : « La baisse de la fréquentation et du sponsoring, qui touche la grande majorité des clubs, est massive et cause d'une mort lente et désastreuse, expliquait le président du TFC à la Dépêche du Midi. Que ce soit au début de cette saison, ou de la dernière, on jouait le haut du tableau, et ça n'a pas rempli plus le stade. Notre billetterie aujourd'hui, c'est deux fois moins qu'en 2003-2004, alors que nous sommes bien plus constants et qualitatifs. »

À 200 kilomètres de là, la situation est similaire. Les Bordelais ont eu beau fêter la victoire en Coupe de France sur les bords de la Garonne, ils n'enlèvent pas pour autant l'image d'un stade Chaban-Delmas au public très parsemé le reste de la saison. 19 000 spectateurs en moyenne, et un taux de remplissage de 55,9 % (le 17e de L1), contre 72 % en 2010-2011 et 85 % en 2009-2010, saison post-titre. Avec 10 000 bonhommes de moins dans une enceinte qui peut en accueillir elle aussi 35 000, ça laisse un vide. Et ça soulève une interrogation : le public du Sud-Ouest serait-il fâché avec le football ?


« On s'est fait chier »


À Toulouse, de l'avis d'Alain Groslier, le président des Supporters des Violets, deux problèmes sont à l'origine de ce syndrome de la tribune vide. « Le premier, c'est qu'on ne peut pas dire que cette année, on s'est vraiment amusés au stade, regrette celui qui suit le Téfécé depuis 30 berges. On a vu un paquet de matches tristes. Très très tristes, même. Pour que ça change, pour que les gens reviennent au Stadium, il faudrait qu'on fasse une bonne saison. Je ne parle pas forcément de finir premier ou deuxième, mais il faut que les gens se régalent. Parce que vous savez, quand l'arbitre siffle la fin du match, on en entend des ''on s'est fait chier'' dans les travées. Alors en plus avec la crise...  » Il est vrai qu'avec une 10e place au général, la 9e attaque et la 9e défense, le Tef' n'a pas trop vendu de rêve à son public au cours du dernier exercice. « En fait si, il y a quand même eu des bons matches, nuance Nicolas Stival, supporter depuis 1986 et correspondant pour 20 minutes depuis 2004. Le truc, c'est que Toulouse a vraiment l'image d'un club moyen et ennuyeux qui lui colle à la peau. Alors qu'au vu de la saison, ce côté ''soporifique'' n'est pas forcément mérité. Olivier Sadran multiplie les opérations, comme pour la Journée de la femme, ou avec des places offertes lors de chaque journée, mais ça ne prend pas. Le TFC, dans l'esprit des gens, reste un club chiant et pas spectaculaire. Au Stadium, c'est plus l'adversaire qui attire le public que le Tef'. » Mais cette image, le club l'a un peu mérité, il faut bien l'avouer. « Cette équipe a du mal à passer un pallier, elle ne répond que très rarement présent lors des matches importants, poursuit Stival. Il n'y a pas eu d'épopée en coupe, non plus, qui pourrait créer une dynamique. En 2009, on pensait aller au Stade de France, et on perd contre Guingamp en demi-finale de la Coupe de France. C'est toujours pareil avec Toulouse. »

Une terre de rugby, vraiment ?


L'autre problème, sur lequel les deux hommes s'accordent, c'est qu'à Toulouse le football souffre de la comparaison avec un autre sport : le tir à l'arc. Non, plus sérieusement, dans la ville d’Airbus, celui qui dicte la loi, c'est bien entendu le rugby. Avec quelques délocalisations au Stadium et un Ernest-Wallon plein à plus de 85 %, le Stade Toulousain présente lui une moyenne de spectateurs à domicile plus élevée que celle du TFC. « Cette concurrence est réelle, concède Alain Groslier. Dans mon groupe de supporters, il y a aussi des abonnés du Stade Toulousain, et on sent quand ils en parlent que l'engouement n'est pas le même  » . « C'est sûr que le TFC vit dans l'ombre du Stade, confirme Nicolas STival. Quand le Stade gagne la Coupe d'Europe en 2010, et qu'en foot on finit 14e du championnat, le comparatif est un peu cruel... »

À Bordeaux, le rugby refait parler de lui après un long passage en PRO D2. L'Union Bordeaux Bègles cumule la deuxième meilleure affluence du Top 14 – derrière Toulouse –, et quand elle se déplace à Chaban, c'est pour y faire le plein. Pour autant, d'après Laurent Perpigna, le responsable des Ultramarines, l'argument de la « terre de rugby » ne tient pas la route : « L'UBB et les Girondins sont vraiment deux entités différentes, il n'y a pas de rivalité. L'UBB, ça fait très peu de temps qu'elle est dans l'élite, alors forcément il y a un enthousiasme qui se crée derrière et tant mieux, nous on est les premiers à aller les soutenir. Après, la fidélité à un club, ça se juge sur le long terme, après des années passées au plus haut niveau. » Bordeaux n'est donc pas une ville de rugby, soit. Mais visiblement, ce n'est pas une ville de football non plus... « C'est sûr qu'avec une moyenne d'à peine 20.000 spectateurs, c'est assez décevant, reconnaît Laurent Perpigna. Maintenant, il faut comprendre les gens. Au vu du jeu produit par les Girondins cette année, en championnat notamment, il n'y a pas à crier au scandale. On a vécu des rencontres calamiteuses, mais vraiment horribles, quoi. Les gens n'ont plus forcément envie de se déplacer quand ils voient depuis 2-3 saisons des rencontres aussi laides. Le pire, c'est que ce n'est pas tant les résultats que le niveau de jeu qui énerve. Gagner la Coupe de France, aller en huitièmes de la Ligue Europa... on ne peut pas dire que ça soit une saison noire. »

Un problème pas récent


Comme chez les Toulousains, l'argument du manque de beau jeu ressort donc du discours des Girondins. Mais observons ce qui se fait ailleurs. À Nancy, par exemple, où l'ASNL n'est pas forcément réputée pour son football très léché – c'est de la faute de Jean Fernandez – les spectateurs ont pourtant rempli le stade Marcel-Picot aux trois quarts toute la saison. Même chose à Reims. Le public du Nord-Est serait-il plus fidèle ? Le vrai footix, celui qui ne se déplace que quand ça va bien, parlerait-il avec l'accent de Francis Cabrel ? « Ça ne date pas d'aujourd'hui, il faut démystifier la chose, explique Laurent Perpigna. On aime à le répéter, il y avait peut-être 80 000 personnes pour fêter un titre aux Quinconces, mais on n'était que 15.000 fidèles au stade pour le gagner. Ça a toujours été une constante dans l'histoire du club. Durant les grandes époques, pour les Bordeaux-Milan, les Bordeaux-Prague ou les Bordeaux-Munich, d'accord il y avait 120 000 demandes. Mais le Bordeaux-Martigues une semaine avant, il y avait 10 000 mecs au stade, hein. Bordeaux a un public fidèle, un public de passionnés – je remercie d'ailleurs tous les gars qui font les déplacements avec nous – mais un public peu nombreux. » Supporter de football dans le Sud-Ouest, une activité pour les braves.

Youtube


Par Clément Chaillou
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Toulousain ayant aussi vécu à Bordeaux (juste à coté du de Chaban), je peux vous dire que le comparatif Toulouse-Bordeaux, c'est vraiment pas la même chose.
Toulouse, on l'a dit, c'est une terre de rugby et de longue date... D'ailleurs pendant très longtemps le Rugby c'était LE Sport du Sud Ouest.
Quand j'étais jeune à Toulouse, et qu'on aimait le Foot, Toulouse avec ses allers retours D2,D1 ne faisait rêver personne. On supportait soit Marseille, soit Bordeaux (comme moi) en plus à l'époque c'était la rivalité entre les 2 gros club de Foot.
Autre point important, aller vous balader dans les cafés de Toulouse, vous trouverez souvent un drapeau, une écharpe voir des posters du Stade mais rarement du Tef'
Après faut aussi comprendre que le Stade c'est une fierté locale (on aime les clubs victorieux de manière générale) Et cela a surtout permis de valoriser la ville en Europe. Quand vous voyez le sponsoring du Stade (EADS, Peugeot, Nike, Société Générale...) et celui du Tef' (JD Promotion alias Julien Ducros, un promoteur local fan de Foot) vous comprenez aussi la situation financière du Tef'.
Bordeaux, par contre niveau Rugby ça a toujours été moyennasse (comme dirait Moscato) par contre historiquement le Club a un passé ! Mais niveau public a part la base des 10000 supporters (Ultra Marine ect), le reste c'est du versatile tout le contraire de Lens ou Saint Etienne...
Il y a aussi le caractère social de la ville, Bordeaux la bourgeoise alors que le Foot c'est considéré comme un sport populaire...
Et dire que après le titre et l'épopée en coupe d'Europe de l'ère Blanc, Bordeaux voulait construire un stade flambant neuf de 50000 places.
Le passage sur les footix me fait bien marrer. Ne pas dépenser son pognon et son temps pour aller au stade supporter son équipe après avoir vu 10 purges d'affilées, c'est être un footix ?

Sinon, la comparaison Toulouse/bordeaux n'a pas lieu d'être, ayant également habité dans les deux villes, ça n'a rien à voir. Bordeaux est bien plus une ville de foot que Toulouse mais souffre de son coté bourgeois qui colle mal avec ce sport (non ce n'est pas un cliché) et, à mon avis, d'un stade pourri et difficilement accessible qui donne vraiment pas envie.

Au delà du rugby, Toulouse est une ville qui compte beaucoup d'amateurs de foot mais dont la grande majorité sont, pour le coup, des gros footix. Même parmi les gens qui viennent au stade... Je me marre bien quand j'entend un type dire avec l'accent de chez nous "nous les parisiengs..." (ça marche aussi avec marseille).

Et être toulousain et supporter de Bordeaux, c'est vraiment un comble, une véritable honte au vue de la rivalité des 2 Villes !
Septembre 2008, Cap Breton.

Le fameux France Autriche, les mecs applaudissaient les buts de l'Autriche dans le bar et ils ont fini par me zapper la fin du match pour regarder un vieux Castre-Dax à la con.

Effectivement dur pour le foot par la bas. Mais je penses que si on regarde els chiffres le foot serait quand même devant en terme de licenciés. Même au pays du rugby le foot est Roi (c'est beau ce que je dis).

PS: pour équilibrer la chose, j'ai vu un derby ol-asse dans le même coin avec des bordelais, ils étaient à fond pour les steph ces enfoirés mais on s'est bien marré.
Je ne savais pas que la désaffection des stades ne concernait que 2 clubs....

Montpellier champion de France .... et 17.000 de moyenne...

Stade difficilement accessible ? Le stade est en ville et sur une ligne de tram. Bon par contre je suis d'accord avec toi sur le stade tout pourri.

Puis pour la "rivalité" Bordeaux/Toulouse on le répète il n'y a que les toulousains qui y croient
En fait il faut pas comparer Bordeaux la Bourgeoise avec un public exigeant et expert soit moins de 10 000, les autres sont spectateurs et c. tout,rien á voir avec les villes ouvrieres, minieres , populaires de villes moyennes.En revanche Toulouse respire le Rugby ,le TFC. n'attire que des expatriés, venus s'installer sur la ville rose pour travailler autour d'EADS.Le pure est á génie avec la livraison du Grand stade á Bordeaux lac et pas moins de 50000 places ....va falloir inover pour se faire un nouveau public...Triaud et De Tavernost offrez nous spectacle avt.et pendant match.!
Ah j'oubliais, Rennes aussi a perdu du monde et propose un jeu soporiphique... l'effet Sud-Ouest ?
Moi ça me fait plaisir que les stades de Toulouse et Bordeaux soient vides. Il faut aussi être lucide et exigeant: quand le spectacle proposé est de piètre qualité, on ne va pas le voir et on garde son argent, quitte à le dépenser pour aller voir un match de l'UBB où spectacle et ferveur seront au rendez-vous.
Ce phénomène des stades qui se vident me réjouit, ça montre que les gens ont un minimum de jugeote.
Musampa : Mouai... pas tout à fait faux pour l'accessibilité du stade, j'aurai du nuancer un peu plus peut être. Mais je maintien, au vue du bordel en bagnole, que c'est pas le top.

Et pour la rivalité Toulouse/Bordeaux, il y a de multiples raisons pour expliquer le fait que les Toulousains ont plus d'animosité envers les Bordelais que l'inverse (Bordeaux plus tourné vers Paris, difficultés politiques entre les deux villes et régions, différences culturelles, etc...). Cependant, même si cette rivalité n'est pas toujours partagée, le fait qu'un toulousain supporte Bordeaux me semble tout de même totalement incohérent au vue des différences importantes entre les deux villes.
Message posté par Doberman
Je ne savais pas que la désaffection des stades ne concernait que 2 clubs....

Montpellier champion de France .... et 17.000 de moyenne...


Mais Montpellier c'est une ville incroyable à ce niveau là. Gamin, j'étais abonné, quand ça jouait les 0-0 en ligue 2 contre Louhans-Cuiseaux (là pour le coup, on se faisait chier* mais j'étais gosse, alors ça allait) et t'avais pas 5000 personnes dans le stade de 38 000 places.
Maintenant j'habite à 1200 bornes de là, et je suis descendu l'an passé pour voir le MHSC-LOSC à la Mosson, le stade était plein à craquer (chose que je n'avais jamais vue avant sauf en cas de Montpellier-OM) et les gens avaient tous leurs vieux maillots floqués Thimotée, Robert ou Sylvestre (quelle époque!).
Je crois que Montpellier a quand même un public qui suit, de loin, mais qui ne va pas au stade sauf événement (parce que la ville bouge trop, que les gens ne restent jamais fort longtemps chez nous, tu viens à Montpellier profiter du soleil 2 semaines l'été, 2 ans quand t'es étudiant ou 2 baux quand tu es cadre supérieur avant le prochain plan social chez Dell ou IBM). Et puis Montpellier devient de plus en plus une terre omnisports. Les matches de Water Polo sont toujours pleins (bon, faut reconnaître que c'est pas la même capacité non plus) et d'une folle ambiance, les matches de hand aussi (si tu cherches de l'ambiance sportive à Montpellier, va a René Bougnol et pas à la Mosson), et au niveau rugby, il me semble qu'Yves Dumanoir s'en sort très bien aussi et que le rugby est en train de prendre doucement le pas sur le foot en terme d'engouement (en même temps Gorgodze-TrinhDuc par exemple c'est du très haut niveau).
Mais faut pas oublier que seuls 20% des montpellierains y sont nés, alors pour ce qui est de la fidélité historique tout ça, on y repassera. Je connais plus de supporters de Lens ou de l'OM à Montpellier que de fans du MHSC (même chez des gars de la Butte, mais je dirai pas qui).
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
Message posté par Doberman
Je ne savais pas que la désaffection des stades ne concernait que 2 clubs....

Montpellier champion de France .... et 17.000 de moyenne...


justement je m'attendais a ce que l'article traite le cas montpelliérain . parce que si la ville n'est pas au sud ouest elle est à la limite de cette grande zone géographique si on decoupe la france en 4. et c'est aussi ce qui est caractéristique.
sur un quart de la france il y a 2 clubs de foot. et 4 clubs de L1 en bretagne 2 en corse, 3 sur la la cote d'azur.
tomate-farcie Niveau : Loisir
Le sud Ouest n'est pas fâché avec le foot, mais il préfère voir des Pau-La Rochelle en demi final de PRO D2, la au moins il y a de l'ambiance
Article intéressant, quelques remarques:
- de manière générale (et les journalistes de So Foot se sont penchés avec talent sur ce phénomène général), est-ce que ça ne concerne pas l'ensemble de la France à l'exception de quelques territoires à l'histoire très particulière? (culture "populaire" de Saint-E, Lens)
- les tribunes se vident un peu partout...
- plutôt d'accord avec les coms précédents de gens ayant vécu à Toulouse: pas grand chose à voir entre les deux villes
- Lescure n'est pas moche, juste un bijou de 80 ans désuet et inaccessible en voiture
- ces deux villes sont prêtes à s'enflammer, on est dans le sud, mais pas prêtes à se taper des purges pendant deux saisons surtout que dans les années 1980, Bordeaux et à un degré moindre Toulouse se sont gavés, avec des doublés pour les premiers et des parcours épiques en Coupe d'Europe pour les deux (Ah, Passi et Beto Marcico!). Public exigeant, sans nul doute, on vit dans des pays de Cocagne, hein!
- pour le rugby, ça véhicule davantage des valeurs de respect, d'humilité, de combativité, et curieusement, tiens tiens, ça fait le plein!
Au final, Le Sud Ouest terre de foot, probablement pas, terre de sport et de valeurs, ça ne fait aucun doute!
tranquilo_chiquito Niveau : DHR
Message posté par 2yemklubapanam


justement je m'attendais a ce que l'article traite le cas montpelliérain . parce que si la ville n'est pas au sud ouest elle est à la limite de cette grande zone géographique si on decoupe la france en 4. et c'est aussi ce qui est caractéristique.
sur un quart de la france il y a 2 clubs de foot. et 4 clubs de L1 en bretagne 2 en corse, 3 sur la la cote d'azur.


montpellier, n'est ni le sud ouest ni la provence, c'est le midi. avec un penchant pour l'om (pour les "natifs" de la région), ville omnisports très compétitive. vous avez tout dit dans vos commentaires. comme toi j'aimerais le même article sur la paillade.
je pense que le TFC souffre énormément de son cousin le rugby et que les bordelais en ont mare du spectacle proposé depuis 2-3 ans tout simplement.
volontaire82 Niveau : Loisir
Un article qui résume bien la situation actuelle.. Cette saison j'ai moi même été bien moins souvent au stade qu'à l'accoutumée.. Mais la comparaison avec Bordeaux est difficile je trouve, l'UBB malgré tout le respect que j'ai pour ce club est loin, très loin du Stade.. Le Stade en rugby c'est comme le Real au foot, rien de plus normal à ce qu'il concurrence autant le TFC.. Je peux vous assurer qu'être supporter du tef et fan de foot dans la région c'est loin d'être facile...

Néanmoins le récent passage de Casa au 3-5-2 me laisse beaucoup d'espoirs, on verra bien.
Faut arreter de penser a notre malheur quotidien, quand on voit que des mecs suivent toulouse depuis plus de 30 ans..
Message posté par pompidou
Moi ça me fait plaisir que les stades de Toulouse et Bordeaux soient vides. Il faut aussi être lucide et exigeant: quand le spectacle proposé est de piètre qualité, on ne va pas le voir et on garde son argent, quitte à le dépenser pour aller voir un match de l'UBB où spectacle et ferveur seront au rendez-vous.
Ce phénomène des stades qui se vident me réjouit, ça montre que les gens ont un minimum de jugeote.


Toulouse et la ville qui a vu le plus de buts après Lorient.
On n'avait jamais autant marqué de buts au TFC que depuis 30ans.

Celui qui parle du jeu du TFC en négatif est soit un footix qui ne regarde que le CFC soit un hypocrite.
Message posté par So4Sheva
Bordeaux voulait construire un stade flambant neuf de 50000 places.


remplace "voulait" par "va".
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 1
Bordeaux mène depuis quelques années un vrai travail en profondeur au niveau de la formation, qui commence à porter ses fruits, en témoigne la victoire en Gambardella. Et ça joue plutôt pas mal donc on peut espérer un avenir sympa en Gironde.

Par contre, personne ne peut nier que les Bordeaux-Toulouse sont probablement les plus grosses purges de Ligue 1.
ce qu'il faut signaler quand meme c'est le prix des places à l'heure actuelle.
de 1986 à 2005 j'étais abonné pour...600 francs +1/2 tarif pour les matchs européens et de coupes....maintenant vu le montant c'est niet!! meme les matchs "non gala" au moins cher c'est 14e...désolé mais je n'ai plus le budget et mes amis avec qui j'allais non plus...combien d'autres sont dans notre cas????
De plus,maintenant il est plus aisé de voir les matchs grace au net,en streaming direct et c'est gratuit...je regrette pour l'ambiance mais je le répète je n'ai pas le choix et je ne fais pas du guy roux
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
112 25