1. // France – Ligue 2 – 29e journée – Le Mans/Nîmes

Le Mans FC : la course contre la montre

Des salaires impayés, un stade coûteux au loyer non versé, une dette qui ne cesse de se creuser, un président fragilisé, une mairie qui se met à paniquer, une DNCG qui commence franchement à s’impatienter et un avenir… en pointillé. Mais comment l’ancien club modèle du football français a pu se trouver dans une telle panade ? Explications.

Modififié
11 19
Ce sont des choses qui arrivent à tout le monde. Une petite consultation de son relevé de comptes et là, le drame : livret A, vide, compte-chèque, vide aussi. C’est seulement à ce moment que vous vous rappelez cette dernière tournée de shooters généreusement payée à vos potes en fin de soirée le week-end précédent. La boulette. Sans thunes, comment payer le prochain loyer, régler les prochaines courses au Super U et remplir le réservoir de la caisse ? Ce sérieux problème perso, appliquez-le à l’échelle d’un club employant une soixantaine de personnes et imaginez combien c’est le stress.

Les fameuses pâtes au beurre

Car au Mans FC en ce moment, il faut savoir être honnête, c’est la grosse panique. La situation est la suivante : en début de mois, le président Legarda a réuni joueurs, staff et personnel administratif pour leur annoncer qu’il n’était pas en mesure de leur verser leur salaire pour le mois de février. Même en sacrifiant pendant un mois les 100 000 euros de charges patronales, il manque 500 000 euros pour régler la note mensuelle totale des rémunérations. Impossible également de continuer à verser le loyer – 600 000 euros par an – pour être accueilli au MMArena tous les 15 jours. Il reste sur les comptes en banque juste assez logiquement pour payer les déplacements de l’équipe et leur logement. L’équivalent de toi bouffant des pâtes au beurre tous les soirs pour boucler la fin du mois.

Cette semaine, on a appris qu’une somme que Nancy doit refiler chaque mois au Mans pour le transfert de Jeff Louis l’été dernier a permis de régler « en partie » les salaires. « Une traite sur le transfert de Maïga doit être honorée prochainement » , a aussi annoncé Legarda au quotidien Ouest-France. Mais qu’en sera-t-il début avril, lorsqu’il s’agira de régler la note de mars ? Qu’en sera-t-il en fin de saison, lorsqu’il s’agira de composer avec une dette qui pourrait approcher les 10 millions d’euros ? Même à court terme, l’avenir du Mans FC est très incertain. La chute du club sarthois paraît inéluctable. Par deux fois récemment, il est parvenu à sauver sa peau miraculeusement : l’été dernier, alors que la DNCG avait prononcé au préalable une rétrogradation en National, puis cet hiver, quand cette même DNCG a fait preuve d’indulgence en accordant un délai exceptionnel jusqu’en juin prochain pour se recapitaliser. Une recapitalisation qui coûte 3 millions d’euros.

Chemin aux Bœufs, 72055 Le Mans

Comme souvent dans pareil cas, c’est la désunion qui l’emporte et qui aggrave encore un peu plus la situation. Le président Henri Legarda demande plus de soutien de la part des collectivités locales, et notamment la première d’entre elles, la mairie du Mans. Alors que le maire Jean-Claude Boulard estime en avoir déjà bien assez fait et accuse cette même direction de ne pas avoir su gérer le club ces dernières années en prenant trop de risques. Lors de la descente en Ligue 2 en 2010, tout avait été fait pour tenter de remonter immédiatement, avec un budget considérable de 23 millions d’euros, moitié plus en moyenne que la concurrence et à peine moins que la saison précédente en L1. Ce pari a échoué et depuis, c’est le scénario catastrophe qui s’est enclenché. Les meilleurs joueurs sont partis, il a fallu composer avec un groupe très rajeuni, qui a échappé de justesse au National la saison dernière. Cette année encore, l’équipe se bat sportivement dans le bas de classement de L2, avec un légitime sentiment de découragement. Car si le maintien peut encore être acquis sur le pré – Le Mans FC est actuellement 17e avec un point d’avance sur la zone rouge – la menace de relégation en CFA voire CFA2 avec la perte de statut pro est cette fois bien réelle.

Le nœud de cette triste histoire a pour adresse le Chemin aux Bœufs, 72055 Le Mans : la MMArena, cette enceinte inaugurée en 2011, qui a d’abord fait la fierté des Sarthois. Un stade moderne, avec une sacrée belle gueule, qui peut accueillir jusqu’à 25 000 personnes, faut reconnaître que c’est la classe. Et innovant en plus ! Un pionnier en France du naming, cette manière de louer le nom du stade à une société ou une marque, contre de la thune. En l’occurrence le groupe d’assurances local MMA, qui a passé contrat pour dix ans, avec une rétribution d’un million par an. Un joli coup ? Un peu, oui, sauf que le stade a coûté plus de 100 millions d’euros au total ! Dont près de la moitié a été assuré par les collectivités, donc indirectement par le contribuable. Ce partenariat public-privé, séduisant sur le papier, semble n’avoir été conçu que dans le cas où Le Mans FC performe en élite et ramène du monde au stade. Avec une équipe en L2, c’est déjà la misère, avec seulement 6 200 spectateurs par match en moyenne cette saison, soit seulement 25 % de taux de remplissage. Dans le cas où le club est rétrogradé et perd son statut pro, ça vire à la catastrophe. La filiale du groupe Vinci, qui a construit le stade et en est devenu concessionnaire pour les trois décennies à venir, pourrait se retourner contre la ville et demander à être indemnisée de l’argent que le club ne peut plus lui verser.

Le larfeuille de Michel Moulin

Donc évidemment, le maire du Mans Jean-Claude Boulard flippe à mort. Cette semaine, la presse locale nous apprend qu’il a organisé des rendez-vous avec des gros bonnets de l’économie sarthoise, dans le but de réunir petits bouts par petits bouts les 3 millions nécessaires à la recapitalisation en juin. L’idée étant de pousser Legarda vers la sortie. Ce même Legarda qui, dans le même temps, cherche de son côté à trouver ces fameux 3 millions. Il en aurait déjà chopé la moitié via un certain Jérôme Ducros, boss de l’immobilier et actuel président du club de Luzenac (National). L’ineffable Michel Moulin affirme aussi être en mesure de se ramener avec 2,5 millions dans le larfeuille. Mais face à cette dernière proposition, le scepticisme est général. Et pour cause, le sulfureux businessman n’a pas forcément l’opération sauvetage du Mans chevillée au corps. On parle d’ailleurs aussi de lui du côté de Tours… Sinon, il est aussi question du rachat du centre d’entraînement par la ville, pour 2 millions d’euros. Ce sur quoi l’opposition gueule et réclame un audit pour clarifier tout ça. Bref, le gros gros bordel.

Forcément, ceux qui vivent le plus mal cette histoire sont les supporters, qui se sentent impuissants, malheureux et en colère. Face aux irresponsabilités des uns et des autres au niveau local, ils pointent surtout celle de la LFP, accusée d’avoir poussé leur club de cœur à s’endetter pour construire un stade largement surdimensionné. Il était même question d’une enceinte de 30 000 places à la base… « La ligue exige des beaux stades modernes, conçus surtout pour offrir de belles retransmissions télé. Au Mans, on a été trop polis et on a obéi, sagement. On n’aurait pas dû » , estime Anthony, président de l’asso Virage Sud, qui incite à avoir une vision plus globale du problème : « Regardez Sedan, regardez Auxerre ! Le Mans n’est pas le seul club en train de couler. C’est une certaine vision du football qui disparaît. Un football populaire, avec du monde au stade et de l’ambiance. Depuis onze ans que Frédéric Thiriez est à la tête de la LFP, les affluences n’ont cessé de baisser mais lui se dit très heureux, parce que le Qatar, parce que BeIN… Mais la base, elle devient quoi ? » Une manifestation de supporters a récemment été organisée sous la présidentielle. Un record d’affluence cette saison est annoncé ce soir pour la venue de Nîmes. Preuve que l’esprit de révolte continue au moins d’exister au Mans. C’est déjà ça. Reste à trouver cette foutue thune pour sauver ce qui peut encore l’être.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
Haha le premier paragraphe m'a fait triper, ca arrive tellement souvent d'être super généreux en soirée, et de manger des pâtes toute la semaine d'après!
commnt ça le machin public/prive serait une grosse sodomie ,un racket des deniers public par des gros groupes prives? on nous auraient menti....?
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
« Regardez Sedan, regardez Auxerre ! Le Mans n’est pas le seul club en train de couler. C’est une certaine vision du football qui disparaît. Un football populaire, avec du monde au stade et de l’ambiance. Depuis onze ans que Frédéric Thiriez est à la tête de la LFP, les affluences n’ont cessé de baisser mais lui se dit très heureux, parce que le Qatar, parce que BeIN… Mais la base, elle devient quoi ? »

Ce monsieur a un bilan catastrophique, mais il est réélu avec un score digne d'un président africain ...
Quand à la base, si je puis me permettre de répondre à son interrogation, il s'en branle, elle con-somme pas assez.
Mais heureusement, Be in Sport est la, et grâce à eux et à leurs supers horaires, les affluences de Ligue 2 ont grimpé en flèche durant le premier semestre.

Sinon, petite question : vu que Sedan, Auxerre et Le Mans sont dans la merde avec risque de relégation, qu'est ce qu'il se passe si ces clubs sont effectivement relégué alors qu'elles terminent sauver sur le terrain ? On sauve une équipe de Ligue 2 ou on reprend le 4eme (voir 5eme) de National ?
Effectivement tout est dit dans cette phrase d'Anthony , président de l’asso Virage Sud...
Le problème ne vient pas de la ligue ni du stade ou de la stratégie du président.
Le problème c'est que la première année en L2 avec un budget énorme, ils doivent remonter et puis c'est tout...

On peut accuser le président, mais la stratégie était loin d'être débile a priori. Avec une remontée immédiate ça passait nickel.
On accuse souvent les clubs d'être frileux. Là ils ont pris un petit risque en gardant un gros budget et des bons joueurs malgré la descente (Corchia par ex).

Facile d'accuser une "mauvaise gestion" a posteriori, mais si les joueurs avaient fait leur taf cette année là, tout le monde aurait loué la stratégie audacieuse d'un président de club moderne etc.
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
Un vrai sac de noeuds cette histoire.
Régis Delanoë Niveau : DHR
Calmos > Faire un "all in" sur une saison, tu peux trouver ça audacieux mais c'est quand même prendre un risque énorme. C'est comme avec cette histoire de stade, tout ça donne l'impression qu'il y a eu un manque de vision sur le long terme et de gestion des risques...
mouais esperons que s'arrange.
Mais dès le début, ce stade MMA, au Mans, me paraissait franchement prétentieux au regard du statut du club, avec tout le respect que je peux avoir pour lui. Un club très jeune avec seulement une poignée de saisons en L1 derrière lui et une base public qui me parait limité comme souvent en France.
Tout le monde n'y perd pas dans ces histoires de stades. L'objectif est simple, créer une bulle de confiance entrainant un gros projet avec un gros crédit alors que c'est absurde. Au final les acteurs prennent tous une commission pour leur "superbe" travail et quand l'entreprise tombe à l'eau comme c'était prévisible les commissions et les salaires ne sont pas remboursés.

Bref ils ont fait du bon boulot en s'enrichissant sur le dos de leur entreprise, de ses employés... et dans le cas du foot, de leurs supporters.

Nous à Grenoble on a une magnifique friche industrielle en plein centre ville. Très beau stade... peut-être même qu'il sera remplis une fois ou deux d'ici la fin du siècle, lors d'un concert probablement.

Je le dis à ceux qui se réjouissent de leur nouveau stades en construction, les bordelais et les niçois tout particulièrement: vous allez vraiment être dégoutés.
Oui, il ne faut pas tout mettre sur Legarda. L'année de ligue 2 à 23 millions d'euros de budget, le club ne remonte pas en finissant à la 4 ème place à la différence de but avec Dijon, c'est quand même pas non plus un scandale, le vent a tourné.

Ensuite, il faut bien voir que le risque pris avec le stade, c'est bien le manque de considération d'une base public très faible. Historiquement, au Mans, c'est les voitures et le basket. Après le football. C'est bien parce que le club est monté en ligue 1 et a fait quelques coups sur le marché des transferts sur trois saisons que les footix se sont pointés au stade voir le PSG, l'OM et consort se faire martyriser. Aujourd'hui,il n'y a plus grand monde, l'ambiance au stade est glauque et encore : félicitation à Anthony Archenault et au Virage Sud qui ont bien compris qu'il fallait continuer à encourager ce qui peut encore être sauvé : le sportif. Le groupe est très, très, très jeune, je sais pas si on a déjà vu ça à ce niveau (des joueurs de réserve se blessent, d'autres sont appelés pour les remplacer), l'objectif est de finir non-relégable pour sauver l'honneur car je vois mal la situation s'améliorer. Moulin ou Ducros n'inspirent pas confiance et Dayan, le spécialiste des sauvetages de clubs, n'est pas disponible.

Tout ça pour dire que Le Mans n'est pas une ville de football, le président s'est sans doute vu trop beau. Advienne que pourra. Et tout de même, allez Le Mans FC ce soir contre Nîmes.
Y a un petit truc que je comprends pas.

Y a personne dans la direction du club, a la LFP ou même a la l'UEFA ou la FIFA ( je sais pas si ils ont autorité ) qui a fait une rapide estimation des coûts du stade, de la masse salariale etc.. Et qui a dit :" Ohlalala les mecs attention ! "

Soyons honnête faut pas sortir de St-Cyr pour comprendre que les clubs allait pas faire guichets fermé a chaque match.

Donc est ce que sa aurait pu être éviter ?
A Ninnousse : Si le club remontait en ligue 1 et se maintenait les cinq premières années, il y aurait eu entre 15 000 et 20 000 de moyennes avec un stade plein sur quatre ou cinq affiches. Pari perdu.
Ok merci, donc c'est ça le fameux "All In" dont parlais Calmos et Regis Delanoe plus haut ?

C'est incroyable...
C'était risqué, peut-être trop vous avez sûrement raison.

Mais ce que je voulais dire c'est que quand tout le monde (partenaires sur le projet du stade, mairie, supporters etc.) accuse le président après coup, c'est un peu facile.

Cela aurait pu fonctionner, et là tout le monde aurait trouvé ça génial.

Un club de foot n'est pas une entreprise comme les autres. Perso ça ne me choque pas que l'on prenne un peu trop de risques s'il y a un beau projet derrière en cas de succès.
Message posté par marcobasa
A Ninnousse : Si le club remontait en ligue 1 et se maintenait les cinq premières années, il y aurait eu entre 15 000 et 20 000 de moyennes avec un stade plein sur quatre ou cinq affiches. Pari perdu.


15.000 à 20.000 de moyenne c'est déjà un sacré parti pour Le Mans ville de basket et de sports mécaniques.
Le Mans en ligue 1 , c'est pas plus de 12.000 de moyenne. Certes au stade Léon Bollée mais on à l'époque des Romaric, Gervinho etc. Autre détail : le stade MMArena n'est rentable pour le club que s'il y a au moins 12.000 spectateurs...Pour le moins audacieux !

En ce qui concerne le "All in", même s'ils étaient remontés en ligue 1, ça ne voulait pas dire qu'ils se seraient maintenus pendant 30 ans d'affilé...Le risque d'une descente pour un club de ce gabarit est toujours réel. D'ailleurs combien de clubs actuellement en ligue 1 ont-ils autant de vécu ?

A mon avis, il y a dans ce dossier bcp d'incompétences (direction du club, collectivités) et ce qu'il arrive était forcément prévisible et inéluctable.

Bon courage aux supporters et contribuables Manceaux !
Il fait que 25000 le stade? Ca explique pourquoi il n'a pas été choisi pour recevoir l'Euro... Je me demandais la L2 en Espagne, en Italie et en Allemagne ca fait quoi come affluences? (Je sais qu'en Angleterre ca cartonne). Allez LeMans ce soir contre Nimes!
Ce soir et depuis longtemps, je serais au stade pour ce match face à nîmes. Je vais être honnête, c'est un ami qui m'a convaincu, le dernier match que j'ai pu voir était face à Nantes, lors de la fameuse saison du All In, avec Helstad qui exulte après son but, but qui ne suffira pas à faire monter le club...

Mais monter pour quoi ? Redescendre l'année suivante ? Ce club a pu compter sur des sacrés générations qui l'ont amené au plus haut. Mais avant de construire un stade, il aurait fallu avoir une équipe. Là, on a un stade flambant neuf qui n'accueille même pas de match de l'Euro, et une équipe bien trop jeune, inexpérimentée et en manque de talent individuel.

Ce stade... une terrible erreur. Il n'y a même plus de quoi payer les joueurs, de quoi payer un entraîneur crédible (inexpérimenté, à l'image de son groupe, il vient des équipes de jeune).

Quand on voit la jurisprudence Grenoble, Lilles qui évoluait à Villeneuve d'A. en accrochant la ligue des champions, on ne pouvait prétendre à évoluer au MMArena avec un club aussi inexpérimenté, fragile économiquement et sur le devant de la scène depuis bien trop peu de temps.

On en est maintenant réduit à attendre un coup, de pouce de ce pourri de Moulin, à faire chier le contribuable et ce n'est pas les quataris qui rachèteront un club dont le principal symbole reste les rillettes... de porc.

C'est moche, un club qui crève.
Message posté par BenColombia
Il fait que 25000 le stade? Ca explique pourquoi il n'a pas été choisi pour recevoir l'Euro... Je me demandais la L2 en Espagne, en Italie et en Allemagne ca fait quoi come affluences? (Je sais qu'en Angleterre ca cartonne). Allez LeMans ce soir contre Nimes!


En Espagne ce n'est pas terrible il me semble, en Italie c'est encore pire, sinon en Allemagne c'est plein (aaah Sankt-Pauli et leurs drapeaux à coeur) en D2 et même en D3. C'est un pays à la culture foot contrairement à la France.

Viser 12000 de moyenne au Mans me paraissait aussi extrêmement ambitieux.
Hier ce nombre a été atteint mais les joueurs n'en ont pas tiré bénéfice, défaite 3-0. Un signe ? J'en ai bien peur...
Ce nombre n'a pas été atteint. Environ 13 000 supporters annoncés, finalement, on était 7 500 présents d'après l'annonce des écrans géants du stade...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Harlem Cheick Diabaté
11 19