La journée vue par Mathieu Dossevi

Quatre ans déjà que Mathieu Dossevi fréquente la Ligue 1. Le Valenciennois, à l’image de son club, prend de la bouteille dans notre championnat. Tant mieux, les résultats commencent à suivre. Le bon nul (2-2) obtenu à Toulouse samedi en est la preuve.

0 1
Après la performance (victoire 4-1) contre l’OM le weekend dernier, vous rapportez un point important de Toulouse. Vous avez la patate en ce moment ?
C’est un bon point de pris face à une équipe très solide. Ce n’est jamais évident de battre les Toulousains. On l’a encore vu lors de ce match. Les regrets sont là, surtout quand tu prends un but à la 90e (égalisation d’Adrien Regattin, ndlr). On aurait pu faire le plein.

Valenciennes est intraitable à domicile. Mais vous arrivez aussi à marquer à chaque fois à l’extérieur. Daniel Sanchez veut que vous preniez aussi le jeu à votre compte à l’extérieur ?
Notre potentiel offensif est clairement intéressant. Il nous faut juste l’exploiter à fond et jouer notre carte à l’extérieur. Non seulement on refuse de subir, mais en plus on va de l’avant. En essayant de retranscrire ce qu’on réalise à la maison. Même si au niveau comptable, ce n’est pas encore ça.

La régularité, ça commence à te connaître. Tu es devenu indiscutable à ton poste. Comment juges-tu tes apparitions ?
Je m’applique pas mal sur le boulot défensif, donc maintenant, il faudrait être meilleur devant aussi. Mais quand vous jouez à Valenciennes, vous savez que vous faites partie d’un collectif. On est sur un système de « défense à onze » , si l’on peut dire. Je dois donner un maximum offensivement.

Un mot sur le classico de dimanche soir.
C’était plutôt un bon match, quatre buts c’est bien. Mais on en attend toujours un peu plus de Paris. Ça manquait d’intensité. Et pour avoir regardé le Clásico espagnol, ça n’a absolument rien à voir. C’est vraiment dommage, ce manque de dynamisme, surtout quand on connaît le potentiel parisien…

Justement, le PSG, vous les recevez en décembre. Comment vous appréhendez cette opposition ?
On n’y pense pas vraiment. L’avantage d’un match comme celui-là, c’est qu’il n’y pas « besoin » de le préparer. La concentration, l’implication, tout est décuplé par dix naturellement. On saura les accueillir comme on sait faire.

Ton but du weekend ?
Le premier but de Zlatan, quand même ! Il n’y a que lui pour en mettre un pareil. En un geste, il démontre tout son génie. Le coup franc était magnifique aussi. Mais je ne l’ai pas vu en direct. Je zappais sur Barça – Real…

Ton joueur du weekend ?
André-Pierre Gignac qui confirme son bon début de championnat. Marseille lui doit beaucoup. C’est bon signe pour lui de mettre en doublé lors d’une telle rencontre.

Le weekend prochain, pas de Ligue 1. Ton pronostic pour Espagne-France (le 16 octobre à Madrid, ndlr) ?
Honnêtement, on connaît l’Espagne, qui va accaparer le ballon. Donc le but pour la France sera de subir le moins possible. De garder la balle un maximum de temps lorsqu’ils l’auront. Il faudra surtout profiter de chaque attaque, ce qui implique beaucoup de réalisme devant comme derrière. Je dirais 1 – 0 pour les Espagnols.


Propos recueillis par Pierre Girard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Brian Hainaut Niveau : Ligue 1
You'll never talk alone.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 1