1. //
  2. // Huitièmes de finale

L’équipe type des losers magnifiques

Parmi les huit effectifs éliminés en huitièmes de finale, certains éléments méritaient plus que d’autres de voir les quarts. Dont beaucoup de Croates, trois gardiens, quelques grands noms et un mec qu’on n'a jamais vu jouer.

1k 26
Sur le banc
Gábor Király
Gábor
Király

Gábor Király

Pour son jog', bien sûr. Pour son faux dégagement, oui. Mais aussi pour toutes ses parades qui ont bien ennuyé les Belges, qui n’ont doublé le score qu’à dix minutes du terme. Un grand-père qu’on n’a franchement pas envie d’envoyer en maison de retraite.

Danijel Subašić
Danijel
Subašić

Danijel Subašić

Personne ne l’a évoqué, mais le portier monégasque réalise un superbe arrêt devant Ronaldo juste avant le but de Quaresma. Le genre d’arrêts qui fait normalement gagner un pays. Pas de bol, les planètes croates n’étaient pas alignées ce jour-là.

Kyle Walker
Kyle
Walker

Kyle Walker

En vérité, tous les latéraux anglais méritaient leur place dans cette sélection. Car eux seuls n’ont pas été ridicules dans leur équipe.

Andrés Iniesta
Andrés
Iniesta

Andrés Iniesta

Voir Luka Modrić et Marek Hamšík.

Les supporters irlandais
Les supporters
irlandais

Les supporters irlandais

Vous pouvez rester jusqu’au 10 juillet si vous voulez. Et bien plus encore.

Darren Randolph
Darren
Randolph

Darren Randolph

Quelle frustration. Le numéro 2 de West Ham a longtemps cru qu’il garderait ses cages inviolées. Deux inspirations de Griezmann plus tard, il n’avait plus que ses yeux pour pleurer. Ça valait bien un câlin de Payet.

Darijo Srna
Darijo
Srna

Darijo Srna

LE crève-cœur de ces huitièmes. Après avoir perdu son papa, Darijo s’était sûrement promis d’aller au bout et de dédier la victoire au paternel. Il a donc tout fait pour, s’arrachant à la 115e minute de jeu afin d'offrir un ballon de but à Perišić. Qui ne trouva que le poteau… La fin est trop cruelle pour la raconter.

Domagoj Vida
Domagoj
Vida

Domagoj Vida

Il aurait pu sécher les larmes de son comparse de défense. Tout proche d’égaliser dans les derniers instants de la prolongation, il manqua quelques centimètres à sa reprise pour survivre. La Vida Loca.

Gerard Piqué
Gerard
Piqué

Gerard Piqué

On attendait Sergio Ramos, on a eu Gerard Piqué. Buteur, battant mais perdant, le défenseur catalan doit sa place, il est vrai, au manque de concurrence à son poste. N'empêche qu'on peut toujours compter sur lui.

Ricardo Rodríguez
Ricardo
Rodríguez

Ricardo Rodríguez

Un latéral gauche qui sait tirer les coups francs, ça ne court pas les rues. Si en plus, il est jeune, sait défendre et se montre utile offensivement, on tient une pépite. Mais Giggs le dira : on n’a pas toujours la sélection qu’on mérite. À confirmer dans son futur club. Qui s’appelle Arsenal ?

Luka Modrić
Luka
Modrić

Luka Modrić

Rien que pour cet artiste-là, les règles de la compétition devraient évoluer. En quarts de finale, chaque sélection pourrait échanger un de ses joueurs avec un éliminé. Et Luka choisirait la France.

Marek Hamšík
Marek
Hamšík

Marek Hamšík

Marek aussi opterait pour les Bleus. Du coup, plus de débat sur Paul Pogba ou Blaise Matuidi à gauche.

Le Stadium
Le
Stadium

Le Stadium

Le Stadium n’a peut-être pas la réputation du Vélodrome, il ne possède pas non plus les 50 000 places du stade Pierre-Mauroy, mais son herbe n’est pas moins verte. Contrairement à ses collègues, sa pelouse n’a fait l’objet d’aucun commentaire négatif de la part des joueurs ou des entraîneurs. C'est grâce à Pascal Dupraz.

Xherdan Shaqiri
Xherdan
Shaqiri

Xherdan Shaqiri

On le croyait perdu, égaré, oublié. Mais Shakiri a sauté et envoyé un ciseau qui représente pour le moment le plus beau but de cet Euro. Le Suisse ne pourra malheureusement pas défendre son titre lors du reste de la compétition. Pas sûr que la vanne de Shakira sur Twitter ne le console.

Will Grigg
Will
Grigg

Will Grigg

« C’est purement incroyable. Cette chanson me dépasse. J’arrive de Wigan où je suis une star. Mais c’est à une tout autre échelle, on est montés de troisième en deuxième division et là, d’un coup, c’est une popularité européenne qui me tombe dessus. Tout ça me motive encore plus. C’est énorme. Je veux profiter de cet élan. » Les portes de n’importe quelle équipe te sont désormais ouvertes, Will. Avec ton fan club, ...

Shane Long
Shane
Long

Shane Long

Le fighting spirit britannique, c’est peut-être lui qui le symbolise le mieux. Esseulé à la pointe du onze irlandais, Shane Long n’a jamais arrêté de se battre, même s’il touchait rarement la quille. On se revoit en août en PL.

Darren Randolph (Irlande) Quelle frustration. Le numéro 2 de West Ham a longtemps cru qu’il garderait ses cages inviolées. Deux inspirations de Griezmann plus tard, il n’avait plus que ses yeux pour pleurer. Ça valait bien un câlin de Payet.

Darijo Srna (Croatie) LE crève-cœur de ces huitièmes. Après avoir perdu son papa, Darijo s’était sûrement promis d’aller au bout et de dédier la victoire au paternel. Il a donc tout fait pour, s’arrachant à la 115e minute de jeu afin d'offrir un ballon de but à Perišić. Qui ne trouva que le poteau… La fin est trop cruelle pour la raconter.

Domagoj Vida (Croatie) Il aurait pu sécher les larmes de son comparse de défense. Tout proche d’égaliser dans les derniers instants de la prolongation, il manqua quelques centimètres à sa reprise pour survivre. La Vida Loca.

Les huitièmes de finale en chiffres

Gerard Piqué (Espagne) On attendait Sergio Ramos, on a eu Gerard Piqué. Buteur, battant mais perdant, le défenseur catalan doit sa place, il est vrai, au manque de concurrence à son poste. N'empêche qu'on peut toujours compter sur lui.

Ricardo Rodríguez (Suisse) Un latéral gauche qui sait tirer les coups francs, ça ne court pas les rues. Si en plus, il est jeune, sait défendre et se montre utile offensivement, on tient une pépite. Mais Giggs le dira : on n’a pas toujours la sélection qu’on mérite. À confirmer dans son futur club. Qui s’appelle Arsenal ?

Luka Modrić (Croatie) Rien que pour cet artiste-là, les règles de la compétition devraient évoluer. En quarts de finale, chaque sélection pourrait échanger un de ses joueurs avec un éliminé. Et Luka choisirait la France.

Marek Hamšík (Slovaquie) Marek aussi opterait pour les Bleus. Du coup, plus de débat sur Paul Pogba ou Blaise Matuidi à gauche.

Le Stadium (Toulouse) Le Stadium n’a peut-être pas la réputation du Vélodrome, il ne possède pas non plus les 50 000 places du stade Pierre-Mauroy, mais son herbe n’est pas moins verte. Contrairement à ses collègues, sa pelouse n’a fait l’objet d’aucun commentaire négatif de la part des joueurs ou des entraîneurs. C'est grâce à Pascal Dupraz.

Xherdan Shaqiri (Suisse) On le croyait perdu, égaré, oublié. Mais Shakiri a sauté et envoyé un ciseau qui représente pour le moment le plus beau but de cet Euro. Le Suisse ne pourra malheureusement pas défendre son titre lors du reste de la compétition. Pas sûr que la vanne de Shakira sur Twitter ne le console.

Will Grigg (Irlande du Nord) « C’est purement incroyable. Cette chanson me dépasse. J’arrive de Wigan où je suis une star. Mais c’est à une tout autre échelle, on est montés de troisième en deuxième division et là, d’un coup, c’est une popularité européenne qui me tombe dessus. Tout ça me motive encore plus. C’est énorme. Je veux profiter de cet élan. » Les portes de n’importe quelle équipe te sont désormais ouvertes, Will. Avec ton fan club, évidemment.

Shane Long (Irlande) Le fighting spirit britannique, c’est peut-être lui qui le symbolise le mieux. Esseulé à la pointe du onze irlandais, Shane Long n’a jamais arrêté de se battre, même s’il touchait rarement la quille. On se revoit en août en PL.

Remplaçants

Gábor Király (Hongrie) Pour son jog', bien sûr. Pour son faux dégagement, oui. Mais aussi pour toutes ses parades qui ont bien ennuyé les Belges, qui n’ont doublé le score qu’à dix minutes du terme. Un grand-père qu’on n’a franchement pas envie d’envoyer en maison de retraite.

Danijel Subašić (Croatie) Personne ne l’a évoqué, mais le portier monégasque réalise un superbe arrêt devant Ronaldo juste avant le but de Quaresma. Le genre d’arrêts qui fait normalement gagner un pays. Pas de bol, les planètes croates n’étaient pas alignées ce jour-là.

Kyle Walker (Angleterre) En vérité, tous les latéraux anglais méritaient leur place dans cette sélection. Car eux seuls n’ont pas été ridicules dans leur équipe.

Andrés Iniesta (Espagne) Voir Luka Modrić et Marek Hamšík.

Les supporters irlandais : Vous pouvez rester jusqu’au 10 juillet si vous voulez. Et bien plus encore.



Par Florian Cadu

Dans cet article

JimPooley Niveau : CFA2
"Magnifique" Piqué, surtout quand Eder lui a mis trois mètres sur vingt mètres, en étant parti derrière en plus. J'ai cru revoir Robben 2014... Dans la catégorie "DC qui fait la compète de trop", vous avez aimé Thuram 2008, voici Piquos-Ramé 2016. Il est l'heure de se retirer au coin du feu en contemplant sur sa cheminée les 3 coupes que Xavi et Iniesta sont allés chercher pour toi, Gégé...
PaganBishop Niveau : DHR
On peut avoir un lien pour la vanne de Shakira ? Je prends les news géopolitiques internationales très au sérieux
U'Marranzanu Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par JimPooley
"Magnifique" Piqué, surtout quand Eder lui a mis trois mètres sur vingt mètres, en étant parti derrière en plus. J'ai cru revoir Robben 2014... Dans la catégorie "DC qui fait la compète de trop", vous avez aimé Thuram 2008, voici Piquos-Ramé 2016. Il est l'heure de se retirer au coin du feu en contemplant sur sa cheminée les 3 coupes que Xavi et Iniesta sont allés chercher pour toi, Gégé...


Sans oublier sa grosse obstruction sur le même Eder, suivi d'un magnifique plantage de crampons dans le bide. Tout ceci avec l'approbation de l'arbitre, qui n'a pas bronché alors qu'il était à 2m de l'action. "Magnifique" Piqué comme tu dis...
Note : -4
Y a pas ronaldo ?

Je pensais que c'était le boss de la luz... euh loose.
Note : 1
Message posté par JimPooley
"Magnifique" Piqué, surtout quand Eder lui a mis trois mètres sur vingt mètres, en étant parti derrière en plus. J'ai cru revoir Robben 2014... Dans la catégorie "DC qui fait la compète de trop", vous avez aimé Thuram 2008, voici Piquos-Ramé 2016. Il est l'heure de se retirer au coin du feu en contemplant sur sa cheminée les 3 coupes que Xavi et Iniesta sont allés chercher pour toi, Gégé...


Il faut oser nous sortir que les victoires de 2008/2010/2012 sont uniquement l'oeuvre de Xavi et Iniesta quand même...
Totti Chianti Niveau : CFA2
Message posté par Bestounet
Il faut oser nous sortir que les victoires de 2008/2010/2012 sont uniquement l'oeuvre de Xavi et Iniesta quand même...


Ça va, Piqué ne fait pas un Euro dégueulasse, loin de là même.
Ramos était un peu plus dans le dur mais ça peut se comprendre après une saison où il remporte la 11ème LDC du Real Madrid.
Franchement, je ne pense pas que ce soit le principal problème espagnol aujourd'hui.

Pour moi, le principal souci est la transition entre le tiki taka antique, valable parce que tu avais Iniesta, Xavi, Silva et Xabi Alonso dans ton équipe vers une version plus directe de ce même système de jeu.
Les nouveaux, Koke, Morata, Saul aussi, sont d'excellents joueurs mais un poil plus directs.
C'est cette transition qui sera dure à faire.
Mais s'ils y arrivent, ils retrouveront de leur superbe.
Y a quand même de suoi bien faire avec ces joueurs là.
Totti Chianti Niveau : CFA2
J'ai cité Bastounet pour rien.
Puisque mon message n'a rien à voir avec le sien ;-)
Désolé.

Je suis d'accord avec lui. Ils y étaient aussi dans ces succès.
Ils ont contribué à les obtenir. Et pas qu'un peu.
Cafu crème Niveau : DHR
Message posté par U'Marranzanu
Sans oublier sa grosse obstruction sur le même Eder, suivi d'un magnifique plantage de crampons dans le bide. Tout ceci avec l'approbation de l'arbitre, qui n'a pas bronché alors qu'il était à 2m de l'action. "Magnifique" Piqué comme tu dis...


J ai tellement pété un cable devant ma télé en voyant le combo obstruction+ coup de pute. Le tout sans repartir avec un rouge ou un jaune.

Comme pour Motta qui met une droite, prend un jaune et sera suspendu pour le quart alors que DDR est incertain.

Abrutis.
Message posté par JimPooley
"Magnifique" Piqué, surtout quand Eder lui a mis trois mètres sur vingt mètres, en étant parti derrière en plus. J'ai cru revoir Robben 2014... Dans la catégorie "DC qui fait la compète de trop", vous avez aimé Thuram 2008, voici Piquos-Ramé 2016. Il est l'heure de se retirer au coin du feu en contemplant sur sa cheminée les 3 coupes que Xavi et Iniesta sont allés chercher pour toi, Gégé...


Adil Rami like this
TheGoatKeeper Niveau : CFA
Message posté par Cafu crème
J ai tellement pété un cable devant ma télé en voyant le combo obstruction+ coup de pute. Le tout sans repartir avec un rouge ou un jaune.

Comme pour Motta qui met une droite, prend un jaune et sera suspendu pour le quart alors que DDR est incertain.

Abrutis.


Rejouissons nous-avec un peu de chance Motta est titulaire en demi contre la France (si on passe). vu sa recente propension a degoupiller en moins de 2, on pourrait avoir le droit a un joli 11-10 de 75mn
Laslandes Of The Dead Niveau : Loisir
Message posté par Bestounet
Il faut oser nous sortir que les victoires de 2008/2010/2012 sont uniquement l'oeuvre de Xavi et Iniesta quand même...


uniquement l'oeuvre de la nouveauté alors ?
Ceux qui regardent les matchs du Barça et du Real savant que Piqué a été à ce niveau toute la saison, et il qu'il en va de même pour Ramos.

Mais bon rentrons dans le moule, et répétons tous comme des moutons que Piqué n'est là que parce qu'il n'y a pas de concurrence et que Ramos est le meilleur central du monde.
Tous ces rageux anti-Piqué... Arrêtez d'avoir le seum, Shakira ne fera pas plus gaffe à vous !
Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
Message posté par Jedi
Y a pas ronaldo ?

Je pensais que c'était le boss de la luz... euh loose.


Premièrement, ce n'est pas drôle.

Deuxièmement, il n'y a pas 2 o dans lose.

Recalé!
Message posté par Elessar
Ceux qui regardent les matchs du Barça et du Real savant que Piqué a été à ce niveau toute la saison, et il qu'il en va de même pour Ramos.

Mais bon rentrons dans le moule, et répétons tous comme des moutons que Piqué n'est là que parce qu'il n'y a pas de concurrence et que Ramos est le meilleur central du monde.


Les "hypes" ont la dent dure.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 26