Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // Valenciennes/Bordeaux

Bordeaux, un nul pas si nul

Les Girondins n’ont toujours pas connu la défaite depuis le début du championnat. Motivés, entreprenants, ils n’ont cependant pas réussi à faire plier une équipe valenciennoise (0-0) toujours très difficile à manœuvrer sur ses terres. Un résultat pas si pourri que ça, et rassurant avant l’Europa Ligue…

Modififié
Valenciennes - Bordeaux : 0-0

Premier d’une série de trois matchs qui les conduira à affronter le Club Brugge et Ajaccio d’ici dimanche, ce rendez-vous à Valenciennes, au Stade du Hainaut, revêt une importance particulière pour les Girondins et Francis Gillot. Et pas uniquement parce que ce dernier y a passé huit saisons en tant que joueur. Pas uniquement non plus parce que Fahid Ben Khalfallah y a également joué. Non, d’ailleurs, celui-ci, en convalescence, était encore trop juste pour faire partie du groupe aquitain. Important, donc, parce que les Bordelais restent sur 13 rencontres sans défaite, en comptant la saison dernière (L1 + C3), avec un bilan des courses favorables : 9 victoires, 4 nuls. Et une visée sur un classement intéressant, aussi, avant le coup d’envoi de cette 5e journée, qui proposait une 3e place (ex-æquo) aux Marine et Blanc (8 points), positionnés un cran devant leur adversaire du jour. Un bon coup à faire, donc. Une bonne opération potentielle à réaliser, aussi, pour les Nordistes. J-Lo avait annoncé vouloir « brouiller les pistes » concernant le système de jeu. Daniel Sanchez (ancien du staff visiteur, Ndlr), de son côté, répondait envisager fermement « conserver son identité de jeu » . Bref, du bon duel de maquignons à l’ancienne en perspective. Et l’intox, elle a donné naissance à un « 5-3-2 » sur papier, modulable, pour les Aquitains. Avec Marange titularisé en défense centrale… Comme lors des matchs de préparation ! Chez les Ch’tis, un bon vieux « 4-4-2 » des familles, classique, fidèle.

Les phalanges de Penneteau

Bon ben, faut le dire, ça démarre tambour battant de part et d’autre. Valenciennes pousse fort la percussion, menace et oblige ses hôtes à reculer. Ceux-là, pas en reste, envoient la sauce, le plus souvent côté gauche. Aboubacar, Ducourtioux se démènent ; Trémoulinas, Obraniak et Maurice-Belay répliquent aussitôt en contre. La machine est lancée, la partie aussi. Tirs non cadrés 9e (Mariano) et 15e (Trémoulinas), et tir cadré : Isimat-Mirin, sur corner, de la tête au second poteau (20e). Problème : Mariano sauve sur sa ligne ! Chaud pour Bordeaux. Décevant pour l’ex-Rennais. Peu de temps morts, peu de sanctions pour M. Jaffredo. C’est agréable, fluide et vivant. Pas comme la dernière partie disputée par les Girondins, face à Nice (1-1).

Penneteau est vigilant et prive Gouffran d’une reprise devant le but (26e). Ça va très vite dans les deux sens, y a de l’idée dans le camp bordelais. Un bloc qui joue de plus en plus haut… dans celui d’en face. Résultat : Sertic se fait descendre aux 20 mètres, et Obraniak enroule en suivant le coup franc ; Penneteau se détend à l’horizontale et, d’une main opposée, sauve les siens (32e). Putain de phalanges, semble se dire le Franco-Polonais ! Carrasso enfile les siennes dans de nouveaux gants (36e). Ça paraît idiot, mais ça peut avoir son importance. Dossevi tape un coup franc brossé deux minutes plus tard et voit Carrasso, pourtant pris à contre pied, détourner efficacement. Putain de phalanges, acte II. Là, tiens, Planus lance Maurice-Belay, qui perce avec puissance la défense rouge et décale Obraniak côté gauche : reprise en force, et le missile explose près des montants locaux (41e). Frissons au Hainaut.

« Le même problème que l’année dernière »

Ça repart quasiment sur les mêmes bases en seconde période. Vive allure, attaques rapides et frappes non cadrées. Il serait donc plus simple de faire un copier-coller, histoire de gagner du temps dans la rédaction du présent papier. Mais non, merci, on préfère attendre un peu. Jean-Louis Triaud se gratte le bouc en tribunes et triture son cellulaire. Mais le onze marine ne reçoit visiblement pas de SMS. Sans lien manifeste de cause à effet, à l’heure de jeu, il n’y a plus de frappes au but dignes de ce nom. Plašil, encore un peu en dedans physiquement, cède sa place à Saivet (63e). 120 secondes plus tard, l’international Espoirs place – sur son premier ballon – une tête lobée qui échoue de peu hors du cadre ; il ne marque donc pas là son deuxième but de la sorte en deux matchs. Ça commence à tirer dans les jambes, et le déchet technique fait à son tour son entrée sur la pelouse. Tout comme Cheick Diabaté. Mais la « momie » , comme surnommée affectueusement par son coach cette semaine, n’apporte pas l’influence escomptée. Kadir, lui aussi entrant, tente un peu plus, sans pour autant se montrer plus précis, malgré un centre-tir repoussé par Carrasso (90+1).


Ce match, du début à sa fin, n'a fait que sentir la poudre… d’escampette ! Car le réalisme devant le but a fui à grands pas ce soir. Un truc que Francis Gillot stigmatisait il y a deux jours encore. Le manque d’efficacité offensive de ses joueurs est « le même problème que l’année dernière » . Difficile de nier que ses boys ont des carences à ce niveau-là. Mais ils ont eu les occases. Ben ouais, en fait, c’est pire.

Valenciennes : Penneteau – Mater (cap), Isimat-Mirin, Gil, Néry – Ducourtioux, Sanchez – Dossevi, Danic (Saez, 86e) – Aboubacar (Kadir, 70e), Le Tallec.

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Henrique, Planus, Marange, Trémoulinas – Sertic, Plašil (cap) (Saivet, 63e), Obraniak – Gouffran (Ch. Diabaté, 74e), Maurice-Belay (Jussiê, 86e).


Par Laurent Brun
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi