Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // CDM 2022
  2. // Qualifs
  3. // Ukraine-France

Marche ou Kiev

Après sa rentrée manquée contre la Bosnie (1-1) en milieu de semaine, l'équipe de France retrouve l'Ukraine et le stade olympique de Kiev, où elle n'a jamais gagné, avec l'envie de gagner en confiance et de conforter sa première place de groupe.

Modififié
le 04/09/2021 à 20:45
Éliminatoires Coupe du monde 2022
Diffusion sur

À force de se balader dans son costume de championne du monde ces trois dernières années, l'équipe de France avait presque oublié les sensations des lendemains qui déchantent. La rentrée des classes manquée contre la Bosnie (1-1), mercredi à Strasbourg, a mis du plomb dans l'aile à la thèse de l'accident pour expliquer l'échec tricolore au dernier Euro. Quoi qu'en disent Didier Deschamps et son armée, le tournoi de l'été n'est pas encore dans le rétro, même si les Bleus ont désormais besoin d'avancer vers un autre objectif : la Coupe du monde au Qatar, dont le coup d'envoi sera donné dans moins d'un an et demi. La route de la rédemption passe donc maintenant par Kiev, plus précisément au NSC Olimpiski, où la France n'a jamais battu l'Ukraine en trois rencontres (deux nuls et la fameuse défaite 2-0 du 15 novembre 2013, dont les seuls rescapés aujourd'hui sont Hugo Lloris, Steve Mandanda, Paul Pogba et Karim Benzema). « C'est vrai qu'on n'a pas connu des résultats très positifs dans ce stade, a confirmé Hugo Lloris, qui était aussi de la partie lors de la défaite contre la Suède dans la capitale ukrainienne à l'Euro 2012. Ça va être un grand challenge pour nous. »

Une crise de confiance et de résultats


Comme à chaque fois depuis le début de l'ère Deschamps, il sera d'abord question du résultat, puisque c'est tout ce qui compte dans l'esprit du sélectionneur. Face à une Ukraine qui vient de changer de sélectionneur (Andriy Shevchenko a été remplacé par Oleksandr Petrakov) et qui compte quatre nuls en autant de rencontres, dont les deux derniers contre le modeste Kazakhstan, les Bleus ont l'opportunité de conforter leur place de leader en reléguant leur principal « concurrent » à sept unités. Avec le souci d'insister sur leur respect pour les Jovto-Blakytni, Lloris a parlé d'une rencontre pendant laquelle « il y aura beaucoup d'enjeu sur le terrain » , avant que Deschamps n'enchaîne sur l'importance pour ses poulains de « sécuriser » leur première place dans ce groupe D.



Pour cela, il faudra une victoire, ce que les Bleus n'ont plus connu depuis quatre rencontres et ce succès inaugural contre l'Allemagne au dernier Euro. Depuis son sacre en Russie, l'équipe de France n'avait pourtant jamais passé deux matchs d'affilée sans l'emporter. La preuve que cette disette n'est pas normale pour ces Bleus-là, qui ont également le défaut d'avoir à chaque fois concédé l'ouverture du score depuis le nul en Hongrie. « J'ai l'impression qu'on a seulement perdu cette force collective sur le plan défensif contre la Suisse, a voulu relativiser Lloris. Pour le reste, ce sont deux penaltys contre le Portugal et deux buts contre le cours du jeu face à la Hongrie et la Bosnie. Mais il y a évidemment des choses à rectifier dans la maîtrise du ballon et éviter les pertes de balle qui favorisent les contres adverses. » Contre la Bosnie, les lacunes ont été techniques, tactiques, mais aussi mentales, l'enchaînement des résultats décevants trottant probablement dans la tête des petits copains d'Antoine Griezmann. Lloris, encore : « Ce n'est pas la meilleure entame pour cette rentrée, on était à la recherche de confiance. Il ne faut pas s'affoler, rester sereins. On espère monter en puissance demain et réaliser une meilleure performance. »

Bouger les lignes


Pour retrouver le goût de la victoire, les Bleus auront besoin de montrer autre chose sur la pelouse de Kiev. Il reste le souvenir des dernières prestations poussives, mais également celle du match aller contre cette même Ukraine, au Stade de France, lors de laquelle Griezmann avait marqué un but sublime avant de sombrer avec ses coéquipiers en deuxième période (1-1, score final) pour lancer cette campagne de qualifications. Ce samedi soir, Deschamps sera contraint de faire bouger les choses dans sa composition de départ, notamment sur la ligne offensive où le trio Benzema-Griezmann-Mbappé avait systématiquement été aligné d'entrée lors des sept dernières rencontres. En l'absence de l'attaquant parisien, touché au mollet et retourné avec le PSG ce jeudi, le sélectionneur va devoir mettre en place un nouveau plan, qui pourrait impliquer Kingsley Coman ou Anthony Martial, voire même un retour au 4-4-2. « Kylian est un joueur difficilement remplaçable, mais on va dire que ça laisse l'opportunité à d'autres joueurs de s'exprimer, a jugé le capitaine Lloris. On va devoir avant tout dégager une force collective pour monter d'un cran par rapport au dernier match, engranger de la confiance et asseoir cette première place. » Il n'y a cependant pas de quoi s'inventer de fausses inquiétudes : sauf immense catastrophe, l'équipe de France sortira de ce groupe très abordable en leader et pourra défendre son titre en 2022. L'important pourrait être ailleurs, dans le jeu ou la notion de plaisir, trop rare ces derniers temps avec les Bleus, mais là encore le même mot revient en boucle à chaque intervention tricolore : le résultat.

Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
il y a 20 minutes Les interdictions de stade, un dispositif « très efficace » selon Frédéric Thiriez 6
Hier à 21:17 Viens mater PSG – City lors d’une projection So Foot !
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
N'y pensez plus Arsène