Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Toulouse-Lille (0-0)

Toulouse sacre officiellement Paris

Impuissant sur la pelouse d'un Toulouse qui a touché deux fois les montants, Lille a concédé un résultat nul sans but et offert du même coup le titre au Paris Saint-Germain avec quelques heures d'avance. Un champion qui espérait sans doute être sacré dans d'autres conditions...

Modififié

Toulouse 0-0 Lille



Lorsqu'une équipe fait l'actualité d'une rencontre qu'elle n'a pas disputée, c'est rarement bon signe pour le match en question. Non seulement pour la qualité de la partie évoquée, mais aussi pour l'épilogue qu'elle construit. Le Toulouse-Lille de ce dimanche après-midi comptant pour la 33e journée de Ligue 1, qui avait pourtant le soleil avec lui pour rayonner, en est malheureusement un bon exemple.


La conclusion d'abord, donc : le Paris Saint-Germain est officiellement champion de France. Sans paillette, sans ambiance, sans euphorie. Les sobres détails, ensuite : ce titre a été définitivement obtenu après un soporifique 0-0 concédé par son dauphin au Stadium. Un dauphin qui aurait d'ailleurs pu perdre s'il n'avait pas été sauvé par ses montants à deux reprises. Mais ça, c'est une parenthèse.

Un seul tir cadré, et pas plus de rythme


Sans Soumaoro ni Xeka, mais avec sa « Bip-Bip » , Lille vise les trois points. Pour mettre sa deuxième place définitivement à l'abri d'abord, et pour ne pas ressembler au dauphin qui fera triompher le premier. Mais contrairement à la semaine dernière contre le leader, le LOSC n'y est pas vraiment et doit même son salut à un poteau de Durmaz qui empêche l'ouverture du score toulousaine. Laquelle aurait été, pour le coup, splendide.


Les visiteurs réagissent tout de même, avec une tentative d'un Ikoné plutôt en jambes qui fuit le cadre pour quelques centimètres. Reste que le jeu des favoris manque de rythme, et ne met franchement pas en difficulté son adversaire qui l'avait battu à l'aller sur deux penaltys de Gradel. Si bien qu'à la pause, on recense un seul tir cadré. Triste spectacle...

Un seul tremblement de filet... refusé


Même le PSG, officiellement champion en cas de 0-0, préfère voir les Lillois s'imposer plutôt que d'être sacré sur ce genre de rencontre. Peu après la pause, son souhait n'est pas loin d'être exaucé : sur une nouvelle transmission de Çelik, Fonte reprend... C'est trop croisé. Dix minutes plus tard, le LOSC pense avoir fait le plus dur : à l'heure de jeu et au cœur d'une deuxième période bien plus réussie, Mendes ne se loupe pas et ouvre le score. Sauf que cette réalisation est annulée, Ikoné ayant touché la sphère de la main au départ de l'action.


Cette fausse joie a au moins le mérite de dynamiser la confrontation, enfin lancée. Insuffisant cependant pour voir les filets trembler, protégés par les gants de Reynet devant Araujo et par le poteau (le deuxième pour le TFC !) trouvé par Gradel. Bien organisé derrière, Toulouse se contente de toute façon allègrement de ce point qui lui offre huit unités d'avance sur la zone rouge. Avec ce nul, son adversaire en compte six sur l'Olympique lyonnais. Mais ne peut empêcher Paris de triompher avec quelques heures d'avance.


Toulouse (3-4-3) : Reynet - Shōji, Jullien, Moubandje - Amian, Sidibé, Sangaré, Sylla - Dossevi (Manu García, 83e), Gradel, Durmaz (Leya Iseka, 74e). Entraîneur : Casanova.

Lille (4-2-3-1) : Maignan - Çelik, J. Fonte, Gabriel, Koné - Thiago Mendes, Soumaré - Pépé, Ikoné, Bamba (R. Fonte, 70e) - Leão (Araujo, 79e). Entraîneur : Galtier.


  • Résultats et classement de Ligue 1


    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
    Hier à 11:25 Griezmann fustige l'homophobie en une de Têtu 238
    À lire ensuite
    Thauvin, le mauvais train