Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 14 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

6 bonnes raisons de continuer de regarder la Liga

Au beau milieu de l'ouragan provoqué par le départ de Lionel Messi au Paris Saint-Germain, le championnat espagnol reprend ce vendredi avec un Valence-Getafe au programme. Maintenant orpheline des deux machines à spectacle - et à cash - qu'étaient Cristiano Ronaldo et l'Argentin, la Liga peut très bien prouver que l'Espagne a du répondant. Alors, quitte à se farcir un Osasuna-Cadiz en janvier prochain pour se réchauffer, autant savoir pourquoi.

Modififié

  • Parce qu'on laisse enfin la place aux autres

  • On va enfin pouvoir souffler, et Omar da Fonseca aussi, s'il ne lâche pas son poste de commentateur de la Liga pour pouvoir aller s'égosiller avec les ultras parisiens en hurlant le nom de son Argentin adoré. Fini les débats - en Espagne - autour de Messi qui boîte, Messi qui crache, Messi par-ci, Messi par-là, place aux clubs sexy qui ont du foot à revendre. Le Villarreal d'Emery dernier vainqueur de la Ligue Europa, Valence, Getafe, les deux formations sévillanes, autant de clubs qui sont des élèves réguliers au niveau européen, qui titillent depuis plusieurs saisons les trois gros, et pour lesquels l'aller simple du lundi 9 août entre El Prat et Le Bourget n'est pas une si mauvaise nouvelle. Ce n'est pas un hasard si l'Espagne roule, en compagnie de l'Angleterre, sur le classement des coefficients UEFA. Et c'est l'année parfaite pour montrer qu'il n'y a pas que Messi dans la vie.


  • Parce que Benzema va devenir le Rey

  • Cette fois, ça y est. Karim Benzema a le champ libre pour enfin glaner ce titre de meilleur buteur de Liga qu'il lorgne depuis... depuis qu'il est arrivé à Madrid, en 2009. Comment lui en vouloir, quand on sait que depuis qu'il a posé ses valises dans la capitale ibérique, seul Luis Suarez est parvenu à dépasser sur un exercice, en 2015-2016, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ? Pour lui, qui porte la Maison Blanche à bout de bras depuis que le Portugais a filé à Turin, cette saison 2021-2022 est l'occasion rêvée d'enfin devenir, seul, le cauchemar des défenses castillanes. Le premier Pichichi post-Messi, c'est pour qui ? C'est pour Karim.




  • Parce que c'est le retour du derby barcelonais

  • Un an, une division en-dessous du voisin, c'était déjà trop. Et ça, les Barcelonais de l'Espanyol l'ont compris dès le début de la saison en deuxième division, en septembre dernier. En a suivi une pulvérisation de la Liga SmartBank, avec 71 buts marqués en 42 rencontres, une première place et une promotion assurée bien des journées avant la fin. Un rythme que seul a pu suivre le RCD Majorque, terminant avec le même nombre de points. Des Pericos remontés à bloc, qui déboulent par le bas en Liga, avec la ferme intention de se payer le scalp du rival ; chose qui n'est plus arrivée depuis 2009 en Liga. Alors arrêtons avec les Clasicos et redonnons du crédit au derby catalan.


  • Parce que c'est toujours le marché aux Pulgas

  • Une médaille d'argent aux Jeux olympiques parle pour elle-même : la nouvelle génération espagnole est pleine de jeunes bourrés de talent, qui n'attendent que cette saison pour un peu plus marquer de leur fougueuse empreinte leur championnat. Plus besoin de présenter Pedri, qui a éclaboussé de sa classe de lycéen le dernier Euro, et qui a peut-être été le seul à redonner le sourire à Messi la saison passée. Les seuls contrôles orientés du minot né sur les Canaries sont une excellente raison d'allumer sa télé une heure et demie dans le week-end. Et il est loin d'être le seul à perpétuer la tradition du jeune et bel hidalgo sur la pelouse. Tottenham, qui s'est attaché les services de Bryan Gil, en sait quelque chose.




  • Parce que c'est l'année de la bénédiction d'Isak

  • Parmi tous les petits prodiges à admirer cette année, en voici un qui entame sa troisième année à la Real Sociedad, auquel on promet monts et merveilles depuis déjà deux ans, et pour lequel toutes les conditions sont réunies cette saison. Alexander Isak, le Suédois, sort d'un Euro très abouti venu ponctuer un impressionnant exercice 2020-2021 qui l'a vu terminer meilleur buteur de son équipe. Une Real Sociedad de retour au plus haut niveau qui, vous verrez, remportera la Ligue Europa pour laquelle elle s'est qualifiée, comme l'ont fait trois clubs espagnols différents sur les quatre dernières années. L'occasion de mettre véritablement sur orbite son phénomène pas encore âgé de 22 ans.


  • Parce qu'Iñaki Williams est en passe de battre un record historique

  • Vous avez trouvé qu'Iñaki Williams n'était pas souvent blessé, ces derniers temps ? C'est normal, l'attaquant de l'Athletic Club de Bilbao n'a pas raté un seul match de championnat depuis plus de cinq saisons. Depuis le 20 avril 2016, le dragster du Pays basque a joué toutes les rencontres de Liga que son club a disputées - 195. Il a déjà mis dans le rétroviseur Alfredo Di Stéfano ou Luis Arconada, et fond sur le tenant du titre : Juan Antonio Larrañaga, 202 matchs de rang au compteur, ancien arrière de... la Real Sociedad. Pas besoin de se rencontrer pour attiser la rivalité régionale.

    On demande aussi à voir : la confirmation des Colchoneros tenants du titre, l'an II de Ronald Koeman à Barcelone, le retour de Carlo Ancelotti à la tête du Real Madrid, les recrues à l'œuvre : Memphis Depay, Rodrigo de Paul, David Alaba, Rafa Mir, Boulaye Dia, Luca Zidane dans les cages du Rayo Vallecano, le public interdit de boire sous 43 degrés...

    Par Paul Citron
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
    Partenaires
    Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
    Hier à 12:33 Salle OM, salle PSG: viens mater le Classico lors d'une projo So Foot inédite 1